Mort et autres joyeusetés

@Powpy Je comprends ce que tu dis, et ce "rien" m'angoisse terriblement aussi. En fait, pour moi, il y a les deux côtés :
- D'une part, ce néant qui est impossible à se représenter, à concevoir, et qui est terriblement effrayant.
- D'un autre côté le fait que justement, puisqu'il n'y a rien, puisque je ne serai plus rien, cette crainte n'existe plus non plus. J'aurai peut-être conscience de mourir sur le moment même, mais aussitôt morte, tout est fini. Si je ne suis rien, je ne peux me rendre compte de rien. C'est comme avant notre naissance, en fait : je n'existais pas encore, c'était exactement le même néant. La seule différence, c'est qu'on connaît le passé, on peut se dire "avant moi, il y avait ça" et on oublie un peu que nous, on n'était pas. Peut-être que si on pouvait connaître le futur, on se dirait "ah tiens, 10 ans après ma mort, il se passera ça, et 100 ans plus tard, la vie des gens ressemblera à ça", on aurait plus l'impression de faire partie d'un ensemble et ce néant ferait moins peur.

Autrement dit : Au moment où je meurs, tout s'arrête pour moi. Il n'y a plus "rien", ce concept impossible à concevoir pour tout humain. C'est savoir que je vais cesser d'exister qui me terrorise autant, c'est la même angoisse que celle que tu ressens ; Comment est-ce que moi, qui suis bien là, maintenant, à écrire ce message, qui respire et pense et ai des rêves, une famille, des amis, toute une vie, comment est-ce que je peux juste disparaître et tout perdre ? C'est abominable de réfléchir à sa propre fin. Le raisonnement est d'ailleurs le même pour ses proches. Ma mère est là devant moi, je peux la toucher et pourtant un jour, il ne restera rien d'elle, sinon les souvenirs que j'en garderai. Une ou deux générations plus tard, on est oublié : non seulement, on n'existe plus mais c'est en plus comme si on n'avait jamais existé.

SAUF QUE JUSTEMENT, tout ça nous fait tellement peur parce que là, tout de suite, on existe et on est capable d'y penser. Mais quand je serai morte, tout ça n'aura plus la moindre importance, ce sera aussi bien comme si ces angoisses n'avaient jamais existé. Pour certains, c'est d'ailleurs ce qui permet de les apaiser face à la mort : ils peuvent se dire que tout aura une fin et voient ça comme un apaisement. Enfin la paix. Tandis que moi, même si je comprends aussi ce raisonnement, même si je sais que quand il n'y a rien, il n'y a RIEN et que donc c'est absolument inutile d'en avoir peur, je reste paralysée par ce néant. Je ne supporte pas l'idée de cesser d'exister parce que, exactement comme ce que tu expliques, mon esprit ne peut pas l'appréhender, c'est beaucoup trop angoissant.
 
Pour moi, on ne peut pas dire qu'un sentiment est "utile" ou au contraire "n'a aucun sens".
On a des sentiments, ils sont là pour une raison. Inutile pour moi de trouver du sens.
C'est comme quand on dit que ça sert à rien d'avoir peur ou de pleurer (ou tout autre sentiment négatif).
Pour moi, c'est un faux constat.
On a des sentiments, et pour moi il faut les accepter et apprendre à vivre avec.

A mes yeux, c'est surtout l'instinct de survie qui nous pousse à avoir peur de la mort. Une chose qu'on ne contrôle même pas, et qui est commune à l'immense majorité des êtres vivants. Après ce qui peut faire peur, si on y cherche du sens, c'est peut-être l'idée qu'on pourrait peut-être encore vivre des trucs, voir de nouvelles choses, ou encore qu'une partie de nous puisse survivre sous une forme ou sous une autre (peut-être en partie pour ça que certains parents forcent leurs enfants à faire ce qu'ils veulent, au lieu de les laisser libre - ils s'imaginent que leurs enfants sont le prolongement d'eux-mêmes, et transposent leurs désirs sur leurs enfants en oubliant qu'ils sont des entités à part entière qui ont eux aussi leur propre vie).

Hm j'irai jeter un coup d'oeil à la série dont vous parlez, du coup...
 
Bonjour à toutes, j'ai perdu mon papa il y a 2 semaines. Je ne saurai pas dire ce que je ressens aujourd'hui. J'ai été très triste à l'annonce et pendant plusieurs jours, jusqu'au obsèques. Je le suis triste toujours quand je pense à lui, quand je regarde une photo mais j'ai l'impression de ne pas vraiment réalisé alors que je pensais que si. Mes émotions sont très confuses, c'est très étrange.
J'ai l'impression de continuer la vie quotidienne sans trop réaliser.
 
Si ça vous intéresse, le numéro de novembre de "Sciences et avenir" a un dossier consacré à la mort (d'un point de vue médical) :

cover-big.jpg


Honnêtement les articles sont assez courts, mais j'ai appris plein de trucs !
 

nezentrompette

Le train de vie d'une noix de Saint-Jacques
Sujet très intéressant!

Je me sens un peu schizophrène de la mort (excusez du peu :yawn:)

J'accepte la mort/les morts. Pas de fascination gothique cependant. Juste une espèce de "respect" pour une chose qui somme toute fait partie de la vie. A une époque j'ambitionnais même de devenir thanatopractrice (la personne qui s'occupe de rendre le cadavre présentable avant que la famille puisse se recueillir. J'aimais l'idée d'aider à apaiser les familles à ma manière) mais pour cause de filière bouchée je me suis tournée vers mes premières amours qui n'avaient rien à voir. Je vois la mort, "l'après-vie", de la même manière que "l'avant-vie": du rien. Ca peut sembler angoissant dit comme ça (à cause de l'idée de perte de vie) alors que finalement avant d'exister, ben, on n'avait pas conscience de ne pas exister et ça se passait bien. De la même manière on n'aura pas conscience de ne plus exister donc de mon poit de vue ça se passera très bien aussi.

Par contre, la mort de certains de mes proches me panique totalement. Celle de mon Ténébreux bien sûr, celle de mon fils je ne m'étalerai pas parce que rien que de l'écrire j'en ai des sueurs, mais en prime il s'avère que je me lie facilement d'amitié avec des personnes beaucoup plus âgées. Mon véritable meilleur ami, mon confident, mon conseiller a plus de 60 ans et dans son sillage je côtoie plusieurs autres sexagénaires que j'apprécie beaucoup. Mon mentor qui est un choubidou à la crême mascarpone à qui je dois presque tout de ma carrière a plus de 60 ans et ainsi de suite. Tous appartiennent à une génération qui (si le cours des choses avance normalement) devrait disparaître avant moi. Ca me flippe tellement de m'imaginer vivre dans un monde où ils ne seront plus là, mes repères dans la vie. Je l'ai déjà fait une fois, lorsque dans un court laps de temps j'ai perdu mes grands-parents, au lycée. J'ai survécu, mais devoir recommencer me tétanise.
 
Je suis en train de lire Ghosts of the Tsunami de Richard Lloyd Parry (je crois qu'il a été traduit). C'est un livre qui parle de l'après-tsunami qui a eu lieu au Japon en 2011, soit la catastrophe naturelle qui a entraîné la catastrophe de la centrale nucléaire de Fukushima. Si je me rappelle encore des images des zones touchées par le tsunami à la télé, je me souvient surtout de ce que les médias diffusaient sur les conséquences de la catastrophe nucléaire et moins sur le drame national que représentaient les milliers de morts et le traumatisme du tsunami en lui-même. Donc je répare un peu une lacune en lisant ce livre.
Le livre s'appuie sur des témoignages pour traiter de la manière dont les familles des victimes ont vécu le drame et leur deuil. Le tout est raconté avec beaucoup de sensibilité, et même si le sujet est loin d'être joyeux (sans blague :lunette:), il y a un côté apaisant à cette lecture.
Je viens de terminer un chapitre intitulé "Ghosts" qui traite à la fois du traumatisme qui s'exprime par le biais de l'apparition de fantômes (j'ai en fait entendu parler du livre via un témoignage de ce type relaté dans le podcast Le bureau des mystères, donc j'avais hâte de lire ce chapitre), mais aussi de la place du culte des ancêtres et des morts dans la culture japonaise.
Je suis loin d'avoir terminé le livre, mais je le recommande vraiment, c'est très intéressant !
 
Histoire de ranimer un peu ce topic, quelques recommandations :

À lire :
Je commence par un thème tristement d'actualité : Réinventer le deuil au temps du coronavirus.

Un livre lu il y a quelques semaines : All That Remains: A Life in Death, Sue Black
Une autobiographie de Susan Margaret Black, anthropologue légiste qui nous dévoile son parcours depuis ses premiers pas dans une salle d'anatomie aux nombreuses casquettes qu'elle a endossées tout au long de sa carrière. Son expertise l'a amenée aussi bien à travailler sur des restes humains vieux de plusieurs siècles que trouvés dans des zones de guerre, sur des scènes de crime ou sur le site de catastrophes naturelles (ce chapitre fait un peu écho au livre que j'ai cité dans le poste précédent, Ghosts of the Tsunami). Je m'attendais à une description plutôt clinique et froide de son métier, mais elle raconte ses anecdotes avec une touche très personnelle, beaucoup de compassion et de passion.

À regarder :
Le deuil des animaux de compagnie sur la chaîne du Bizarreum. Au passage, si la mort d'animaux est un point sensible que vous ne voulez pas vous infliger dans les films/séries/livres/etc., j'attire votre attention sur le site Does the dog die? qui saura vous révéler ce détail crucial.

À écouter :
L'épisode The Least Worst Death du podcast Death in the Afternoon. Je préfère prévenir que c'est un sujet très dur : l'épisode traite du suicide, et notamment du stigmatisme qui entoure le suicide, même quand c'est une solution pour échapper à une mort bien plus horrible. Plus précisément, il est question de l'attentat du 11 septembre et de l'incendie de l'usine Triangle, deux tragédies qui ont marqué les États-Unis à leur façon.

Sur une note plus légère, l'épisode Série à enquête mortuaire du podcast Histoire en séries, sur la façon dont sont représentés les cadavres et le travail de l'équipe médico-légale dans les séries.
 

Endless

Hot like Mexico
@Rosenrot_ : J'adore la chaîne le Bizarreum !

Sinon je m'interroge pas mal sur le changement du rapport à la mort que le Covid peut entraîner dans notre société. Je lisais un topic sur Rockie où quelques post parlaient de ça (c'était suite à un article assez virulent, d'une Rockie qui pestait contre les gens qui n'ont pas suivi les consignes pendant le confinement, j'ai oublié le titre).
Je sais qu'actuellement, en France, la mort est un sujet un peu tabou, en tout cas dont on a très peur, avec des rites funéraires assez allégés comparé à d'autres cultures. Et je me demande du coup si le fait d'avoir le nez dedans en ce moment va nous pousser à plus intégrer la mort dans notre quotidien, à arrêter de la voir comme quelque chose dont on ne doit pas parler.

Même moi je me rends compte que ça m'a influencée d'une certaine façon. J'ai tendance à encore plus me dire "on n'a qu'une vie", et oser des choses pour lesquelles j'aurais pris un temps de réflexion bien plus long d'habitude. Je me retrouve à dire à mes proches que là, on a très concrètement la preuve que la vie est courte et ne tient qu'à un fil, donc autant en profiter. C'est mon mantra habituel (et une façon de justifier mon côté impatient et impulsif), mais du coup je me dis que pas mal d'autres personnes doivent ressentir ça en ce moment aussi.

Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.
 
  • Big up !
Reactions : Rosenrot_ and Faolán
@Endless : Je suis pas sûre de bien saisir ce que tu veux dire, surtout que les exemples que tu cites, je ne pense pas qu'ils soient liés à une peur de la mort. J'ai fait quelques achats sur Vinted ces derniers temps, mais c'est davantage pour tromper l'ennui et m'apporter une satisfaction plus ou moins éphémère pour lutter contre la dépression, et je crois que c'est une constante chez beaucoup de celleux qui cèdent à l'appel du consumérisme. :cretin: En tout cas, je fais pas ça du tout parce que la mort m'apparaît plus concrète.

À la rigueur, je dirais qu'on entre de plus en plus dans une phase où on essaie de retrouver un semblant de vie normale et où la question "est-ce que l'absence de risque en vaut la peine sachant que la mort est inévitable ?" se pose de plus en plus. (Je parle d'un questionnement chez les personnes qui de base prennent l'épidémie au sérieux, ça me semble inutile de parler de celleux qui se croient intouchables.) C'est peut-être de ça que tu parlais ?
Pour prendre l'exemple des EHPAD : il me semble que d'une façon générale, l'attitude première qui consistait à isoler les personnes âgées pour les protéger est en train d'évoluer vers des assouplissements, étant donné que c'est de toute façon une population vouée à mourir prochainement (soyons honnêtes ¯\_(ツ)_/¯) et que l'isolation est jugée plus cruelle que le risque de contagion par beaucoup de concerné.e.s.
J'ai pris cet exemple parce que mon grand-père est en EHPAD et qu'à présent il peut recevoir de la visite avec certaines restrictions (et il semblerait que la distanciation sociale soit pas exactement respectée). C'est une question qui me tiraille un peu. Je sais qu'il souffre de l'isolation et la plupart des personnes âgées sont de toute façon très conscientes de la mort, je crois que beaucoup sont plutôt à l'aise avec le risque de contagion si ça leur permet d'avoir de la compagnie. Et d'autre part, le virus n'est pas la seule cause de mortalité, et on peut se dire que si mamie peut de toute façon clamser d'un jour à l'autre de causes naturelles, autant ne pas la couper de tout lien familial dans les dernières semaines de sa vie.
Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.
C'est peut-être une réflexion un peu fouillis, mais je suppose que je suis pas la seule à avoir ces questionnements.
 

Endless

Hot like Mexico
@Watou : Merci pour ton message :jv: j'avais entendu parler de ce podcast (et j'aime bien ce que fait Taous Merakchi de façon générale), je n'avais jamais osé l'écouter jusqu'à présent mais c'est peut-être le bon moment... Merci de me le rappeler !
 
  • Big up !
Reactions : Faolán and Esmé.

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes