Hello !
Bon, rien que le titre de ton article me fait bondir.. je réagis peu sur Madmoizelle, uniquement sur les sujets concernant la sexualité des enfants... Je persiste et signe : non elle ne doit pas être enseignée à l'école. Il faut prendre en compte le développement de chacun et non, les enfants ne doivent pas avoir de cours sur la sexualité et encore moins sur la masturbation : tout simplement parce que chaque enfant évolue à son rythme sur ce sujet tout comme sur la marche, le langage... je trouve ça aberrant d'oser imaginer que leur enseigner comment se masturber est une bonne chose... Leur parler de prévention avec des mots simples ok....leur apprendre le consentement et comment se préserver ok.... mais la sexualité est un sujet délicat...vraiment... en tant que maman, je bondis au plafond quand je lis ce genre de propos...chaque famille a son mode de fonctionnement qui lui est propre en fonction de la personnalité de chaque enfant... l'école est la pour enseigner le théorique et la vie d'un "bon citoyen" mais c'est aux parentx d'aborder avec leurs enfants la sexualité...
 
J'ai l'impression qu'aucune de vous 2 n'a lu l'article en fai, et que vous vous êtes arrêté au titre... Il n'est pas dit qu'il faut apprendre aux enfants des techniques de masturbation, mais simplement d'évoquer ce sujet lors des cours d'éducation sexuelle. :dunno:
J'ajoute que beaucoup de gamin.e.s pratiquent la masturbation, et ce depuis plusieurs années mais iels ne le voient pas forcément comme un truc sexuel. Il faut leur expliquer des choses simples comme : c'est normal beaucoup de gens font ça, ce n'est pas sale, tu ne dois pas le faire en public etc,... Les enfants se rendent bien compte quand quelque chose est considéré comme honteux ou sale, et l'intériorisent dès leur plus jeune âge...et après ça fait beaucoup de dégâts sur la vie sexuelle une fois adultes.
Je ne pense pas que ce soit aux parents d'avoir le monopole de la discussion sur la sexualité avec leur enfant. Au contraire, l'école doit mettre à disposition de tous et toutes les informations, quelle que soit la famille. L'intérêt des cours d'éducation sexuelle c'est qu'il n'y a pas de lien affectif avec la personne qui le fait, il n'y aura pas la même gêne ou a la peur d'être jugé.e ou renié.e.
 
Pour ma part, je suis mitigée.

La sexualité n'est pas quelque chose de tabou pour moi, mais il me semble important que chaque enfant puisse trouver des réponses à son rythme, et tous n'évoluent pas au même rythme justement. Tous ne voudront pas d'explication sur la masturbation le lundi 3 octobre à 9h, tous n'en auront pas besoin le même jour, à la même heure et avec les mêmes mots. Donc oui, la démarche m'embête un peu, sachant que les cours ne s'adaptent que très peu aux besoins particuliers de l'enfant mais s'adressent à la classe en globalité.

Et puis en tant que mère poule, je pense que je serai contrariée de savoir qu'ils ont parlé de sexualité en classe et que l'école m'a "piqué mon travail" sur ce sujet. Je me permets de penser qu'on sait comment agir avec notre enfant et que l'école ne fera jamais ça mieux que nous (coucou l'égocentrisme :lol:). On en parlera le jour où mon fils se sentira prêt, mais il n'y aura pas d'impératif sous prétexte que c'est prévu tel jour dans le programme scolaire.
Et dans tous les cas, je surveillerai bien ce que peut leur raconter l'enseignant au sujet de la sexualité, notamment sur le respect ou le consentement. Je veillerai que ça ne soit pas un sujet traité à la va-vite parce que "il faut vite avancer et respecter le programme surtout", on en reparlera à la maison à coup sûr en insistant bien dessus.
Bref globalement je suis quand même méfiante.

De toute façon la masturbation, je ne vois pas trop ce qu'il y a à en dire non plus, en fait ... A part dire aux enfants que ça n'a rien de honteux, que c'est normal, mais que par contre c'est quelque chose d'intime à ne pas faire à la vue de tous, je ne vois pas ce qu'il y a de plus à ajouter. :dunno:

Là où je pense que ça peut être pertinent, c'est dans le cas des familles qui n'abordent pas du tout le sujet. Parfois les enfants ne savent même pas que les règles existent, ce qu'est la contraception ou le consentement (c'était mon cas). Quand la famille ne veut pas s'en charger, alors il reste l'école faute de mieux.
 
Mais wtf en fait. C'est aussi ce genre de titre d'article qui fait que l'opinion publique mélange tout quand on parle d'éducation sexuelle à l'école. Puis le visuel pour parler d'un truc qui concerne des gosses... Y avait moyen de faire plus fin et plus à propos, vraiment.

Je suis pas non plus pour dire "masturbez-vous, c'est bien", contrairement à ce que semble vouloir dire l'article. Le discours le plus sain, à mon avis, c'est d'avantage "se masturber c'est normal". Mais c'est pas parce qu'on le fait pas qu'on va être perdu avec notre sexualité et errer dans un désert d'ignorance.
Je suis d'accord aussi pour parler des autres façons de pratiquer le sexe en dehors de la pénétration, même si pour moi, c'est pas encore indispensable pour des gamins de primaire. La priorité, c'est l'enseignement du consentement.
C'est plutôt facile à enseigner comme concept, même au tout petits. Il s'agit juste d'expliquer que aucun adulte ne doit avoir accès au corps de l'enfant, sous prétexte que c'est un adulte. Si quelqu'un essaye de lui faire de l'autorité en ce sens, ce n'est pas normal, et il doit en parler. De même, il n'a pas le droit d'avoir accès au corps et à l'intimité de ses camarades, c'est privé.

Pour ce qui est des préliminaires, des différentes façon de faire l'amour, on peut bien attendre le milieu du collège. C'est à cet âge que ça nous travaille, qu'on a "envie de savoir".
 
@Thepatate merci! :worthy:
Parce que c'est bien mignon de dire que c'est le boulot des parents, sauf que les parents peuvent avoir une vision de la sexualité biaisée, pleine de tabous ou tout simplement être trop gênés ou trop intrusif pour aborder sereinement ce sujet avec leur enfant. Au moins à l'école ce serait un cadre neutre, avec des vraies informations et j'espère la possibilité de questions sans se moquer.
Mes parents (d'ailleurs uniquement que ma mère avec ses sales manies incestuelles qui ont pas arrangé le schmilblick) n'ont jamais abordé la sexualité que sous le prisme mst/possible grossesse , et ils sont homophobes. Magnifique éducation à la sexualité on en redemande. :top:
Résultat des courses j'ai fait mon éducation sexuelle comme j'ai pu mais je n'avais à disposition que des romans et pas d'ami.es proches avec qui en discuter, j'ai donc commencé ma sexualité avec un énorme biais, des tas de clichés et j'ai découvert la masturbation à 19 ans. Donc oui j'aurais préféré apprendre sereinement des choses sur le consentement, le plaisir et la masturbation à l'école/collège au lieu d'apprendre sur le tas n'importe comment et en me prenant des claques .
(Je suis un peu fâchée j'avoue. Les enfants ne sont pas des choses fragiles, iels peuvent assimiler plein de choses si on utilise des médias et un vocabulaire adapté à leur âge. Et je considère que les parents sont pas forcément les mieux placés pour le sujet de la sexualité. )
 
Et puis en tant que mère poule, je pense que je serai contrariée de savoir qu'ils ont parlé de sexualité en classe et que l'école m'a "piqué mon travail" sur ce sujet. Je me permets de penser qu'on sait comment agir avec notre enfant et que l'école ne fera jamais ça mieux que nous
En tant que parent, ça n'est pas "ton travail". C'est un devoir que d'enseigner à ses enfants le consentement etc, mais heureusement que ton enfant n'a pas que le son de cloche de sa mère dans l'apprentissage de la sexualité et de ce qui tourne autour, sinon ça serait plutôt glauque.
J'ai toujours trouvé dangereux ce discours qui dit "je suis parent donc je sais mieux". Oui, tu connais mieux ton enfant que quiconque, mais il ne suffit pas de le connaître pour lui donner une éducation variée et étayée. C'est pourtant important que l'enfant ai différents son de cloche, surtout quand à ce sujet.
De même, le lien filial biaise parfois la communication autour de ça. A l'époque, j'aurai été beaucoup plus à l'aise d'en parler avec un inconnu qu'avec mes parents.
 
De même, le lien filial biaise parfois la communication autour de ça. A l'époque, j'aurai été beaucoup plus à l'aise d'en parler avec un inconnu qu'avec mes parents.
C'est clair. Et pourtant j'avais une mère qui me disait touuuuuuuuuuut le temps que je pouvais parler de ce que je voulais, qu'elle répondrait à toutes mes questions, elle nous a fait des cours sur la pilule et le préservatif et tout.
Mais y'a pas moyen, a l'adolescence je voulais pas en parler avec elle. Même aujourd'hui d'ailleurs. On a beau aimé nos parents, et ils ont beau prendre leurs responsabilités à coeur, parfois on a juste pas de feeling avec eux.

D'ailleurs le laïus sur la contraception est beaucoup mieux passé durant l'enfance que durant l'adolescence, tout comme le principe de la reproduction. Enfant, je l'ai appris un peu comme on apprend une leçon : c'est quelque chose qu'il faut savoir sur la vie, ça fonctionne comme ça, ça ne me "concernait" pas donc ça ne me gênait pas.
Moi ça me perturbe un peu que le cours sur la reproduction humaine soit si tardif dans la scolarité (en quatrième il me semble), je trouve pas ça normal pour quelque chose d'aussi essentiel.
 
Je n'ai pas vraiment d'avis mais en ce qui concerne l'histoire des biais, les profs aussi peuvent en avoir.
Tout le monde en a je pense. Du coup l'idée c'est de multiplier les personnes avec qui l'enfant pourrait avoir l'occasion d'en discuter. Avec des sources différentes et plus nombreuses, il sera d'avantage en mesure de se faire un avis qui sera le sien, et pas un copié collé de celui d'une personne (parent ou professeur, que sais-je).

@Olduvaï Je suis d'accord. Je pense que c'est primordial que l'enfant ai la possibilité d'en parler avec ses parents et qu'il trouve une oreille attentive, mais je crois que c'est aussi sain qu'on accepte en tant que parent qu'il n'a pas forcément besoin ou envie de nous en parler à nous, et qu'il préfère en parler avec quelqu'un d'autre parce que plus à l'aise. Faut pas pour autant se sentir lésé dans son rôle de parent.
 
Je suis pas non plus pour dire "masturbez-vous, c'est bien", contrairement à ce que semble vouloir dire l'article. Le discours le plus sain, à mon avis, c'est d'avantage "se masturber c'est normal". Mais c'est pas parce qu'on le fait pas qu'on va être perdu avec notre sexualité et errer dans un désert d'ignorance.
D'autant plus que parler masturbation en classe peut aussi faire naître certains complexes, à mon sens. Si on tient un discours du genre "c'est bien de se masturber", ceux qui ne se masturbent pas vont se poser plein de questions sur eux, sur leur peur de ne pas être "normal" etc ... Pour les enfants, ce genre de propos va plus passer pour une injonction que pour un moyen de décomplexer.
Sauf que des gens qui n'aiment pas se masturber, ça existe. Et ce n'est pas un drame non plus. Donc il faudra bien veiller à ce qu'il existe aussi ce double discours.
En tant que parent, ça n'est pas "ton travail". C'est un devoir que d'enseigner à ses enfants le consentement etc, mais heureusement que ton enfant n'a pas que le son de cloche de sa mère dans l'apprentissage de la sexualité et de ce qui tourne autour, sinon ça serait plutôt glauque.
J'ai toujours trouvé dangereux ce discours qui dit "je suis parent donc je sais mieux". Oui, tu connais mieux ton enfant que quiconque, mais il ne suffit pas de le connaître pour lui donner une éducation variée et étayée. C'est pourtant important que l'enfant ai différents son de cloche, surtout quand à ce sujet.
De même, le lien filial biaise parfois la communication autour de ça. A l'époque, j'aurai été beaucoup plus à l'aise d'en parler avec un inconnu qu'avec mes parents.
Je sais bien que ma manière de penser n'est clairement pas parfaite (d'ailleurs quand je pointais du doigt l'égocentrisme de cette démarche, c'est bien parce que j'en suis un peu consciente :ninja:).
Ce sera important que mon enfant ait différents sons de cloche sur le sujet dans sa vie, je suis bien d'accord. Je n'ai pas la vérité absolue, ni sur ça ni sur le reste. Par contre, j'aimerais que l'école respecte son rythme et ne lui impose pas d'écouter un discours sur la masturbation et le plaisir sexuel en primaire, alors qu'il ne sera pas forcément prêt. S'il l'est alors pas de problème, mais si le cas échéant il ne l'est pas, ça risque de me faire fulminer qu'on lui ait imposé un cours sur le sujet et j'aurais très envie d'aller voler dans les plumes de l'enseignant(e).
C'est logique qu'il ne parlera pas de sexualité avec moi toute sa vie (et d'ailleurs je ne le souhaite pas du tout), effectivement ce serait clairement glauque et c'est quelque chose qui ne me concernera absolument pas. Mais les premières années, il me semble normal aussi que ce soit ses parents et non l'école qui commencent à amorcer ce genre de sujets. La sensibilité de chaque enfant est différente, et l'école ne fait pas spécialement dans le personnalisé.
 
Dernière édition :
Ca doit dépendre des enfants, je ne sais pas comment ça se passait dans les familles des autres, mais en primaire on était, entre mômes, HYPER intéressés. On en parlait genre tout le temps, la masturbation c'était déjà un sujet habituel, que ce soit entre fille, chez les mecs ou ensembles.
Je ne sais pas trop dans quelle mesure les adultes (que ce soit les enseignants ou la famille) passent à côté de ça.

Par contre j'ai aucune idée de comment ça devrait être fait, dans quel ordre, de quelle manière. Je pense pas que les enseignants soient forcément mieux armés que les parents pour répondre à des questions quelles qu'elles soient.
A mon avis il faut dès le plus jeune âge séparer les thématiques de la reproduction (qui est biologique et qui n'est pas intrusive en soi) et de la sexualité qui sont très différentes. La sexualité s'aborde mieux en laissant des espaces de discussion et de questionnement ouverts a différents endroits, en famille à l'école ou ailleurs, quitte à demander aux classes entières si elles souhaitent des discussions de groupe tout en laissant ceux qui ne veulent pas y assister libres de ne pas venir. Mais l'âge des enfants me semble pas trop être un problème, c'est déjà des problématiques présentes à l'esprit de beaucoup de toute façon.
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes