nouchkabada;4398544 a dit :
destynova;4398133 a dit :
Question un peu HS


Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.
Alors j'ai jamais vraiment tout compris au problème, donc si quelqu'un qui s'y connaît mieux peux compléter ce que je dis...

Il faut savoir que le livre passe par beaucoup d'intermédiaires avant d'être vendus : éditeur, imprimeur, distributeur, représentants d'édition, librairies... Ca contribue à gonfler pas mal le prix. Et ce sans forcément que ça rapporte beaucoup : un libraire fait environ 0,02% de bénéfice sur un livre, et l'éditeur un peu plus mais pas tant que ça. Il me semble que ce sont les distributeurs (= ceux qui stockent les livres pour les éditeurs) qui se font la plus grosse part.

Ensuite le marché du livre est dans une situation un peu spéciale, il y a eu pas mal de baisse des ventes. Du coup les éditeurs publient beaucoup en se disant que dans le tas, y'a bien un ou deux titres qui vont marcher. Malheureusement, il y en a beaucoup qui ne marchent pas, mais il faut bien payer tout ce beau monde quand même, donc le prix augmente.

Enfin, il faut savoir que le circuit a une particularité : le libraire peut retourner à l'éditeur les livres qu'il ne vend pas ou qu'il ne veut pas garder en librairie. L'éditeur lui fait alors un avoir pour ses prochaines commandes. C'est spécifique au livre, je ne connais pas d'autre secteur qui fonctionne comme ça. Le problème, c'est que l'éditeur a besoin de trésorerie, donc de rentrées d'argent pour faire tourner sa machine entre le moment où le libraire commande ses livres et celui ou il devra le rembourser.

Or ce qu'il se passe, c'est que les éditeurs ont une politique de fuite en avant : ils financent leurs futurs livres avec l'argent qu'ils doivent au libraire, qu'ils remboursent ensuite avec les sous des prochaines sorties, et ainsi de suite. Ils sont en grosse galère de trésorerie, et à mon avis ça contribue pas à une baisse des prix.

Quand au marché anglo-saxon je ne le connais pas du tout désolée.
Je comprends bien mais tout ça ça s'applique aussi aux USA non? Donc pourquoi cette différence?
 
october-rain;4399879 a dit :
rhapsody;4399842 a dit :
J'aime ces gens qui confondent forcément ce qu'ils trouvent agréable avec ce que les autres trouvent agréables.

Si @epee trouve ça lourd de devoir se déplacer pour acheter un livre, et que toi non, et ben voilà quoi, je ne suis pas sûre qu'il suffise que tu lui dises que ce n'est pas une corvée pour qu'elle se mette soudainement à adorer ça :lol:
Il y a des gens pour qui faire du shopping est une corvée, d'autres qui passent huit heures pour choisir un tee-shirt parce qu'ils aiment y passer du temps ; certains trouvent que faire les courses est une corvée, d'autres non.

On pourrait peut-être avoir le droit d'être un peu saoulés par tous les désavantages qu'a le commerce traditionnel par rapport au commerce qui passe par internet (et donc Amazon) non ? On peut peut-être voir le fait de devoir se déplacer, plus ou moins longuement comme une corvée (alors qu'Amazon nous permet de faire nos achats de notre canapé) ; ou le fait qu'il y ait des horaires à respecter et qu'il faut trouver comment faire matcher notre emploi du temps avec les horaires du libraire (alors qu'on peut commander sur Amazon à trois heures du matin si l'envie nous prend).

Et je ne sais pas si on a le droit de le dire - mais peut-être qu'on n'a pas forcément non plus envie d'échanger avec le libraire/le vendeur de la fnac/le mec qui s'occupe du rayon bouquins d'Auchan. Je ne comprends d'ailleurs pas le mythe du petit libraire avec lequel on peut échanger versus le vendeur de la FNAC qui se fout totalement des bouquins, qui n'y connaît rien, qui va juste se contenter de vendre quatre Marc Lévy et avec lequel on ne peut pas échanger. Et je ne suis pas sûre de comprendre non plus en quoi la librairie serait tellement plus un lieu d'échange que la boutique de vêtements, le disquaire, la droguerie, la poissonnerie, ou autre - alors qu'on achète de plus en plus de vêtements sur internet, ou qu'on fait quasiment tous nos courses en grande surface, et on s'offusque beaucoup moins du fait qu'on n'échange pas avec le vendeur de H&M ou le poissonnier chez lequel on va moins...

Bref, je trouve ça un peu chelou de se montrer condescendant avec les gens simplement parce que pour eux, aller acheter un livre est une corvée.
Eh bien moi je trouve que c'est condescendant de dire qu'aller acheter un bouquin en librairie = aller faire ses courses alors qu'aller dans un festival = meilleur truc au monde.

Quant au mythe du vendeur de la FNAC qui n'y connaît pas grand chose ce n'est pas un mythe. C'est une technique de management du personnel. Les vendeurs en FNAC tournent sur les rayons pour ne PAS être spécialisés et facilement remplaçables. Ce sont des techniques que je ne cautionne pas. Comme je ne cautionne pas les techniques d'Amazon en matière de vente, de concurrence déloyale et de traitement de son personnel.

Ps : et la librairie en tant que lieu d'échanges, je ne sais pas... conseils en librairies, book-club, dédicaces (ça marche pour tous les magasins culturels ou peu s'en faut). Donc comparer ça à la bouffe ou aux fringues non définitivement non.
Mais cette technique de management empêche-t-elle le vendeur en question d'avoir ouvert un livre au moins une fois dans sa vie ? Lui empêche-t-elle de lire, d'aimer la lecture, de pouvoir parler de lectures, ou de donner parfois des conseils ?
Quelqu'un a dit (peut-être @maycomb, mais je ne sais plus) qu'à l'ère d'Internet, on pouvait bien trouver mille et une manière d'être conseillé. Par des gens, sur des forums par exemple (et notamment sur Madmoizelle (placement de produit :drama:)) qui ne sont pas tous des libraires, mais seulement des lecteurs.
On n'a pas forcément besoin d'être libraire spécialisé pour échanger et conseiller ; on peut parfois seulement aimer lire et aimer conseiller. Peut-être que tous les vendeurs de la FNAC n'ont pas ces qualités, mais est-ce que tous en sont dénués ? Je ne crois pas. Donc il est possible d'échanger avec eux, d'être conseillé.

A propos du livre/festival : quelqu'un l'a déjà dit (@epee ? j'ai la flemme de remonter tout le topic pour rendre à César ce qui lui appartient, désolée :cretin:), le livre, que tu l'achètes sur Amazon ou que tu ailles l'acheter dans une librairie reste le même. La principale différence entre les deux est le déplacement que l'un des deux implique - ce qui peut être considéré, par certains, comme une corvée. Le fait d'aller un festival est très différent que d'aller acheter un livre (que tu pourrais acheter sur Amazon) : tu y vas pour assister à des sets d'artistes différents, pour écouter de la musique en live, pour t'amuser, pour sortir avec des amis, etc.. D'ailleurs, on n'habite pas tous à proximité d'un festival, beaucoup des festivaliers font des kilomètres pour pouvoir y assister, et trouvent souvent le trajet chiant hein. Mais parce qu'ils ne peuvent assister à ce festival autrement, ben ils le font. Ça n'empêche qu'on puisse trouver que le fait d'aller au festival est une corvée, tandis que le festival en lui-même n'en est pas une.

Peut-être que ce que tu n'arrives pas à concevoir, c'est qu'il y a différentes manières d'acheter des livres.
Il y a des gens qui vont dans des librairies/des grosses librairies type la FNAC, Gibert Joseph, Chapitre, sans n'avoir aucun livre ni auteur en tête, qui vont y rester trois heures, en cherchant parmi tous ces titres et auteurs inconnus (sous-entendus : que eux ne connaissent pas), observant la couverture, lisant les 4° et quelques extraits des livres.
Il y en a d'autres qui y vont pour acheter quelque chose de précis, parce qu'ils savent quel(s) livre(s) ils veulent lire, quel(s) auteur(s) ils veulent découvrir, et qui n'éprouvent pas le besoin ni l'envie de flâner dans les rayonnages. Pour eux, le lieux et la manière dont ils achètent ce livre peut ne pas avoir autant d'importance : ils n'ont pas besoin des conseils du vendeur/libraire, ils n'ont pas non plus besoin de se déplacer s'ils peuvent passer par Amazon, etc.
(Les intermédiaires sont aussi possibles, évidemment :cretin:).
Ce sont des manières différentes d'acheter des livres et de les découvrir.

En fait, je ne vois pas vraiment pourquoi il faut être autant réfractaire au fait que, oui, le livre est un bien de consommation (et donc oui, il partage certaines caractéristiques avec la bouffe, les vêtements, le maquillage, le mobilier, ou que sais-je encore). Comme le cinéma ou la musique par exemple ; ce sont des arts, mais aussi une industrie, avec une production et de l'argent en jeu. Certes, on peut considérer que la présence de l'argent dans l'équation pervertie cet art, parce qu'on se retrouve face à des œuvres/produits qui sont seulement réfléchies de manières à ce qu'ils soient taillés pour le succès et qui sont donc parfois artistiquement ou intellectuellement pauvres, certes ; mais ces domaines restent quand même au carrefour de l'art et de l'industrie, du bien de consommation.
 
Dernière édition :
rhapsody;4400023 a dit :
Mais cette technique de management empêche-t-elle le vendeur en question d'avoir ouvert un livre au moins une fois dans sa vie ? Lui empêche-t-elle de lire, d'aimer la lecture, de pouvoir parler de lectures, ou de donner parfois des conseils ?
Quelqu'un a dit (peut-être @maycomb, mais je ne sais plus) qu'à l'ère d'Internet, on pouvait bien trouver mille et une manière d'être conseillé. Par des gens, sur des forums par exemple (et notamment sur Madmoizelle (placement de produit :drama:)) qui ne sont pas tous des libraires, mais seulement des lecteurs.
On n'a pas forcément besoin d'être libraire spécialisé pour échanger et conseiller ; on peut parfois seulement aimer lire et aimer conseiller. Peut-être que tous les vendeurs de la FNAC n'ont pas ces qualités, mais est-ce que tous en sont dénués ? Je ne crois pas. Donc il est possible d'échanger avec eux, d'être conseillé.

A propos du livre/festival : quelqu'un l'a déjà dit (@epee ? j'ai la flemme de remonter tout le topic pour rendre à César ce qui lui appartient, désolée :cretin:), le livre, que tu l'achètes sur Amazon ou que tu ailles l'acheter dans une librairie est le même. La principale différence entre les deux est le déplacement que l'un des deux implique - ce qui peut être considéré, par certains, comme une corvée. Le fait d'aller un festival est très différent que d'aller acheter un livre (que tu pourrais acheter sur Amazon) : tu y vas pour assister à des sets d'artistes différents, pour écouter de la musique en live, pour t'amuser, pour sortir avec des amis, etc.. D'ailleurs, on n'habite pas tous à proximité d'un festival, beaucoup des festivaliers font des kilomètres pour pouvoir y assister, et trouvent souvent le trajet chiant hein. Mais parce qu'ils ne peuvent assister à ce festival autrement, ben ils le font. Ça n'empêche qu'on puisse trouver que le fait d'aller au festival est une corvée, tandis que le festival en lui-même n'en est pas une.

Peut-être que ce que tu n'arrives pas à concevoir, c'est qu'il y a différentes manières d'acheter des livres.
Il y a des gens qui vont dans des librairies/des grosses librairies type la FNAC, Gibert Joseph, Chapitre, sans n'avoir aucun livre ni auteur en tête, qui vont y rester trois heures, en cherchant parmi tous ces titres et auteurs inconnus (sous-entendus : que eux ne connaissent pas), observant la couverture, lisant les 4° et quelques extraits des livres.
Il y en a d'autres qui y vont pour acheter quelque chose de précis, parce qu'ils savent quel(s) livre(s) ils veulent lire, quel(s) auteur(s) ils veulent découvrir, et qui n'éprouvent pas le besoin ni l'envie de flâner dans les rayonnages. Pour eux, le lieux et la manière dont ils achètent ce livre peut ne pas avoir autant d'importance : ils n'ont pas besoin des conseils du vendeur/libraire, ils n'ont pas non plus besoin de se déplacer s'ils peuvent passer par Amazon, etc.
(Les intermédiaires sont aussi possibles, évidemment :cretin:).
Ce sont des manières différentes d'acheter des livres et de les découvrir.

En fait, je ne vois pas vraiment pourquoi il faut être autant réfractaire au fait que, oui, le livre est un bien de consommation (et donc oui, il partage certaines caractéristiques avec la bouffe, les vêtements, le maquillage, le mobilier, ou que sais-je encore). Comme le cinéma ou la musique par exemple ; ce sont des arts, mais aussi une industrie, avec une production et de l'argent en jeu. Certes, on peut considérer que la présence de l'argent dans l'équation pervertie cet art, parce qu'on se retrouve face à des œuvres/produits qui sont seulement taillés pour le succès et qui sont donc parfois artistiquement ou intellectuellement pauvres, certes ; mais ces domaines restent quand même au carrefour de l'art et de l'industrie, du bien de consommation.
Etant blogueuse littéraire dans mon temps libre... je pense que je connais un chouïa la chose. Oui je sais que les libraires ne sont pas les seuls avoir des avis intéressants. Et je ne vais généralement pas à la FNAC comme je n'achète pas chez amazon pour une raison tout simple. Je ne cautionne pas leur système. Les dernières fois où je m'y suis rendue j'ai eu encore une fois affaire à des gens largués, fatigués, mal renseignés qui faisaient de leur mieux mais qui n'y entravaient pas un broc. Je ne blâme pas les gens je blâme une façon de fonctionner.

Pour moi, aller acheter un livre = aller à un festival. Même investissement de temps, proportionnellement d'argent, même nécessité de se déplacer.

Je pense que c'est avant tout un problème de conception. D'une part, je préfère largement avoir affaire à des gens que je connais plutôt que de donner mon argent à une entreprise dont je ne cautionne pas les "manières". De l'autre, compte tenu de mes moyens réduits... eh bien le moindre achat culturel est de l'ordre de l'exceptionnel. Une fois que j'ai acheté à manger, payé le loyer et les factures, enfin bref que je me suis chargée des frais incompressibles, eh bien, s'il me reste de quoi acheter un bouquin je suis contente. Je fais partie de ces gens qui sont obligés de calculer très soigneusement avant d'aller au cinéma également (pour cumuler les promos d'une part et pour être sûre de ne pas jeter mon argent par les fenêtres en allant voir un mauvais film. Du coup... je n'y vais pas souvent)

J'ai grandi avec l'amour du bouquin en fréquentant les bibliothèques, les libraires et les bouquinistes. Je ne considère pas la culture (musique, littérature, jeux vidéo) au même titre que les brocolis ou les fringues qui sont juste des trucs nécessaires. Ce n'est pas un bien de consommation, c'est bien plus que ça. C'est un truc exceptionnel qui se doit d'être apprécié à sa juste valeur.
 
laumie;4399972 a dit :
zgu;4399914 a dit :
Bèh moi j'ai tendance à penser l'inverse, que ce sont les "grands" qui prennent des décisions pour nous, mettent en place un système et nous consommateurs on suit le mouvement. On ne s'est pas levé un matin en se disant ce serait quand même mieux si je pouvais commander sur internet.
C'est pas ce que j'ai appris en Bac Pro Commerce, bizarrement :yawn: Pendant 2 ans, on m'a bien expliqué qu'il y a la loi de l'offre et de la demande. L'offre n'est créée que si y'a de la demande. En général, on ne se lance pas dans ce genre de démarche sans avoir pris grand soin de faire des études de marché ultra poussées afin de savoir si ce sera oui ou non rentable de commander des livres sur Internet :d
C'est parce que je ne leur ai pas exposé mes idées, alors forcément ils savent pas et sont dans le faux. C'est pas de leur faute :d
(mais j'entends bien, ce n'est pas une affaire d'improvisation non plus)
 
@Epée @October Rain
Vos visions très différentes de l'achat de livres me conforte dans l'idée que les libraires et Amazon sont complémentaires. On a pas tous les mêmes besoins, ni les mêmes envies, ni les mêmes goûts et tant mieux!

Du coup, comme je le disais précédemment, je trouve cette mesurette inutile, les différents canaux de ventes de livres correspondent à des modes d'achat différents, je ne pense pas que l'un mette l'autre en péril.

Je me demande si les parlementaires croient sincèrement que leur mesure va faire changer d'habitude les gens qui commandent sur internet... Si oui, quelle touchante naïveté! :lunette:
 
@Zgu
Je te rassure, moi aussi j'utilise encore des Cds :d pour les cours uniquement.

Ce n'est absolument pas les "grands" qui decident pour nous.
Prenons l'exemple d'Apple...ils ont sorti y a quelques annees de ca une sorte de pad assistant personnel, c'etait dans les annees 90. Et ca a ete un gros flop. Ils ont perdu beaucoup d'argent pour ca. Pourquoi ? Parce que ca ne repondait pas aux besoins des consommateurs pour x raisons. Pourtant Apple c'est un "grand", mais les gens n'en voulaient pas, donc il a du trouver autre chose. Et y a plein d'exemples comme ca.

En resume, clairement, le client est roi. C'est le client qui vote avec son porte-feuille.

Amazon a reussi a seduire les consommateurs donc ca marche, c'est aussi bete que ca.

De quelles anciennes methodes tu parles ?

@October Rain Concernant les "methodes" de la Fnac, ca permet a des gens sans une enorme formation de bosser et de les faire vivre. Et dans le lot, y aura toujours des passionnes d'un genre de musique ou de cinema ou autre. On ne va pas a la FNAC comme chez un bouquiniste. Ce sont des besoins differents.
 
epee;4400242 a dit :
Le blog, un diplôme universitaire de renom :lol:

Blague à part, il y a aurait beaucoup à dire sur le fait de considérer la nourriture comme quelque chose de "trivial et nécessaire". Je pense que beaucoup de personnes (dont moi) ne sont pas du tout du tout d'accord avec ça hein...
Sur le fait qu'il y a des gens qui ont un avis sur la culture sans être des professionnels, oui, ça me permet d'avoir un avis sur la question. Mais puisqu'on parlait de condescendance...

PS : d'autre part, je ne pensais pas avoir exposé mon cv donc tu serais gentille de ne pas présumer de mon diplôme universitaire. Bonne soirée.
 
epee;4400276 a dit :
Dixit la fille qui nous prend pour des ploucs depuis 4 pages de débat parce qu'on confond les brocolis et les livres :yawn:
Je proteste... seulement deux ! :troll:

Et je ne vous prends pas pour des ploucs. J'ai juste énormément de mal à voir comment on peut raisonner de la sorte.
 
epee;4400242 a dit :
october-rain;4400073 a dit :
rhapsody;4400023 a dit :
Mais cette technique de management empêche-t-elle le vendeur en question d'avoir ouvert un livre au moins une fois dans sa vie ? Lui empêche-t-elle de lire, d'aimer la lecture, de pouvoir parler de lectures, ou de donner parfois des conseils ?
Quelqu'un a dit (peut-être @maycomb, mais je ne sais plus) qu'à l'ère d'Internet, on pouvait bien trouver mille et une manière d'être conseillé. Par des gens, sur des forums par exemple (et notamment sur Madmoizelle (placement de produit :drama:)) qui ne sont pas tous des libraires, mais seulement des lecteurs.
On n'a pas forcément besoin d'être libraire spécialisé pour échanger et conseiller ; on peut parfois seulement aimer lire et aimer conseiller. Peut-être que tous les vendeurs de la FNAC n'ont pas ces qualités, mais est-ce que tous en sont dénués ? Je ne crois pas. Donc il est possible d'échanger avec eux, d'être conseillé.

A propos du livre/festival : quelqu'un l'a déjà dit (@epee ? j'ai la flemme de remonter tout le topic pour rendre à César ce qui lui appartient, désolée :cretin:), le livre, que tu l'achètes sur Amazon ou que tu ailles l'acheter dans une librairie est le même. La principale différence entre les deux est le déplacement que l'un des deux implique - ce qui peut être considéré, par certains, comme une corvée. Le fait d'aller un festival est très différent que d'aller acheter un livre (que tu pourrais acheter sur Amazon) : tu y vas pour assister à des sets d'artistes différents, pour écouter de la musique en live, pour t'amuser, pour sortir avec des amis, etc.. D'ailleurs, on n'habite pas tous à proximité d'un festival, beaucoup des festivaliers font des kilomètres pour pouvoir y assister, et trouvent souvent le trajet chiant hein. Mais parce qu'ils ne peuvent assister à ce festival autrement, ben ils le font. Ça n'empêche qu'on puisse trouver que le fait d'aller au festival est une corvée, tandis que le festival en lui-même n'en est pas une.

Peut-être que ce que tu n'arrives pas à concevoir, c'est qu'il y a différentes manières d'acheter des livres.
Il y a des gens qui vont dans des librairies/des grosses librairies type la FNAC, Gibert Joseph, Chapitre, sans n'avoir aucun livre ni auteur en tête, qui vont y rester trois heures, en cherchant parmi tous ces titres et auteurs inconnus (sous-entendus : que eux ne connaissent pas), observant la couverture, lisant les 4° et quelques extraits des livres.
Il y en a d'autres qui y vont pour acheter quelque chose de précis, parce qu'ils savent quel(s) livre(s) ils veulent lire, quel(s) auteur(s) ils veulent découvrir, et qui n'éprouvent pas le besoin ni l'envie de flâner dans les rayonnages. Pour eux, le lieux et la manière dont ils achètent ce livre peut ne pas avoir autant d'importance : ils n'ont pas besoin des conseils du vendeur/libraire, ils n'ont pas non plus besoin de se déplacer s'ils peuvent passer par Amazon, etc.
(Les intermédiaires sont aussi possibles, évidemment :cretin:).
Ce sont des manières différentes d'acheter des livres et de les découvrir.

En fait, je ne vois pas vraiment pourquoi il faut être autant réfractaire au fait que, oui, le livre est un bien de consommation (et donc oui, il partage certaines caractéristiques avec la bouffe, les vêtements, le maquillage, le mobilier, ou que sais-je encore). Comme le cinéma ou la musique par exemple ; ce sont des arts, mais aussi une industrie, avec une production et de l'argent en jeu. Certes, on peut considérer que la présence de l'argent dans l'équation pervertie cet art, parce qu'on se retrouve face à des œuvres/produits qui sont seulement taillés pour le succès et qui sont donc parfois artistiquement ou intellectuellement pauvres, certes ; mais ces domaines restent quand même au carrefour de l'art et de l'industrie, du bien de consommation.
Etant blogueuse littéraire dans mon temps libre... je pense que je connais un chouïa la chose. 
Le blog, un diplôme universitaire de renom :lol:
Cela dit, lorsque @october-rain évoquait son activité de blogueuse littéraire, elle répondait surtout au fait que j'évoquais la possibilité de sources de conseils autres que le libraire, et notamment sur Internet (non ?).
 
rhapsody;4400335 a dit :
Cela dit, lorsque @october-rain évoquait son activité de blogueuse littéraire, elle répondait surtout au fait que j'évoquais la possibilité de sources de conseils autres que le libraire, et notamment sur Internet (non ?).
Vivi. Mais j'aurais sans doute du faire une phrase plus complète. D'autant que les sites "communautaires" livresques sont nombreux (goodreads, livraddict, babelio pour ne citer qu'eux).

@Van Kasteel  Sans doute. Probablement parce que je n'en peux plus de voir le système dans lequel nous devons évoluer et que ça me lasse que des gens le renforcent...
 
caldra;4400233 a dit :
De quelles anciennes methodes tu parles ?
Non je parlais juste du fait qu'on se déplace pour acheter l'objet en question. Qu'on passe par une vraie personne, face à nous. Le jeu de la marchande quoi... ;)
Je veux bien croire que le client a sa part de responsabilité, c'est lui qui choisit son moyen de consommation, d'où ma culpabilité lorsque je commande. Mais on me dirait demain un disquaire/libraire ouvre dans ma ville, même si je ne peux pas me déplacer en temps normal, je ferai l'effort d'aller y acheter mes cds. Je préfère le faire vivre lui plutôt qu'Amazon. C'est en ça la prise de conscience.
(on pourrait croire que je suis une mordue du site mais j'achète généralement à l'approche de Noël quand je suis en rade de cadeaux, le reste c'est grandes surfaces)
 
Je me suis farcie la quasi totalité des 11 pages de réactions à cet article, histoire d'être bien au taquet pour répondre à tout ça!

Etant moi-même libraire depuis quelques années, je suis me sens bien sûr concernée par tout ça, mais je ne vais pas parler de l'aspect technique de la loi puisque certaines l'ont fait avec bien plus de talent que moi.
Certaines réactions me donnent envie de me taper la tête contre les murs, d'autres heureusement me rassurent, et mes clients au quotidien m'aident à garder espoir pour l'avenir de mon métier!

Dans ce qui va suivre, je ne parle bien sûr pas aux madz qui habitent dans un endroit paumé sans librairie à 50km à la ronde...là je comprend votre choix d'internet.
Voilà.

Déjà, pour celles qui gueulent parce qu'elles n'auront plus leurs sacrés 5% de réduction, j'ai envie de rigoler parce que sincèrement, 5% c'est quoi? A moins d'acheter pour 200€ de bouquins à chaque fois (et vous ne me ferez pas croire que c'est le cas de chacune d'entre vous), c'est vraiment un pet de lapin (surtout pour un livre de poche à 5€), même pour les plus fauchées. (Et je sais de quoi je parle, je fait partie des madz en galère financière)
D'autant plus que ces 5%, la plupart des libraires vous les feront aussi avec grand plaisir, au moyen d'une carte de fidélité. Alors oui, le résultat n'est pas immédiat, c'est d'ailleurs ce qu'implique le principe de fidélité, mais personnellement je préfère avoir une réduction au bout de plusieurs achats qui me permet de m'offrir un poche gratuit (ou plus, pour les plus dépensières) que d'avoir 30 centimes de réduction à chaque fois, une somme qui ne change pas franchement la face du monde.

Ensuite, celles qui disent acheter leurs bouquins à 0,10€ sur Amazon, c'est parce que c'est de l'occasion, et non du neuf, donc le débat n'est plus entre amazon et les librairies mais entre l'occasion et le neuf.

Concernant les frais de port gratuit, les librairies ne vous feront à priori pas payer de frais de port pour les livres qu'elles se font livrer pour vous en magasin (en tout cas là où je bosse, même si on doit payer 6€ de frais de port à votre place, on le fera, justement pour éviter que vous alliez sur la fnouc.com ou chez Amazon)

Donc concrètement, à part le fait de ne pas sortir de chez vous, vous pouvez tout à fait commander vos livres dans une librairie, avec les 5% et sans frais de port.
Vous voulez quand même rester chez vous pour commander vos livres?
Soit, pour les parisiennes il existe maintenant un formidable site vous donnant accès au stock de 67 librairies parisiennes. Vous pouvez y réserver ou commander en ligne vos ouvrages, et passer les chercher en magasin!
http://www.parislibrairies.fr/
Elle est pas belle la vie?

Et pour les énervées qui ne pensent qu'à leur propre intérêt, parce qu'après tout vous avez raison, on est au 21e siècle, on nous donne des outils, on nous permet de payer de moins en moins cher, pourquoi se priver, je répondrais que des fois on peut aussi réfléchir 2 secondes à ses actes et penser à consommer intelligemment. Pour vous la librairie ne signifie peut-être rien, mais c'est un commerce comme les autres, des gens en vivent et sont de plus en plus en galère pour trouver du boulot car le secteur morfle méchamment. Des fois on peut se sortir 2 secondes les doigts du *** et penser à l'avenir, parce qu'il faudra pas venir pleurer quand y'aura plus un magasin ouvert dans sa ville.
Si je vous disait d'acheter plutôt des pulls en laine d'alpaga bio à 150€ que le pull en mohair à 15€ de chez H&M, je comprendrais qu'on me dise d'aller me faire foutre, mais là c'est le même bouquin, le même prix...juste pas la même enseigne.
Internet c'est bien, mais si c'est pour y acheter le même truc que vous auriez pu acheter à 2 rues de là, c'est peut-être plus intelligent de privilégier le commerce local que la grosse firme qui écrase tout le monde.

Bref, je pense que j'ai perdu tout le monde, bravo à celles qui ont tout lu!
 
Dernière édition :
  • Big up !
Reactions : doudouillitsa

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes