C'était mon premier amoureux, mon premier tout. J'avais 14 ans, lui 15. C'était dingue d'amour et de passion. Ca a duré un an et demi. Lui, pervers manipulateur, m'a fait perdre foi en tout, absolument tout. Un jour "mon amour", le lendemain "tu ne me quitteras jamais, personne à part moi ne pourra jamais t'aimer". Violent dans ses paroles, dans ses actes. Ca s'est fini en beauté, le jour de ses 17 ans. Lui, me cassant la gueule devant une dizaine de personnes. Ses potes en réalité. Personne n'a bougé, certains ont ri.

On peut difficilement se reconstruire après ça.
Bonne courage à toutes, toutes, toutes.
Vous méritez toutes d'être heureuses et respectées, et de vivre une relation saine avec quelqu'un d'équilibré.
 
  • Big up !
Reactions : Monanged
J'ai eu un sale petit frisson en me reconnaissant dans l'article. Et en voyant ensuite combien d'autres filles sur le forum avaient eu droit au même cauchemar.

Dans mon cas, je n'ai jamais réussi à lui en vouloir. Je ne me blâme pas non plus même si j'ai été faible et lâche ; je tenais tellement à cette histoire. Je n'arrive pas à raconter tout ça sans rire. Genre il faut toujours que je raconte ça comme une bonne blague.

Après tout ça j'ai l'impression de n'avoir gardé pour lui que beaucoup de tendresse. C'était un gamin complètement égoïste, fragile et paumé : tiraillé entre l'envie de faire sa vie sans moi, et la peur de me voir lui échapper. Il m'a fait vivre un enfer okay, et j'aurais du partir plus tôt, mais je crois qu'il m'a vraiment vraiment aimé. En 6 ans de vie amoureuse, c'est le seul qui y soit parvenu.
Je pense qu'on ne m'aimera plus jamais de cette façon, alors je lui pardonne tout,
 
Merci les filles pour ces témoignage, je suis aussi étonné par le sens commun de la chose, ça ne met jamais arrivé, je connais des gens a qui cela est arrivé, et j'espère si un jour cela m'arrive d'être assez forte pour en parler, et de quitter cette personne si cela m'arrive vraiment.
En tout cas pour toute les mads qui sont encore dans cette situation, courage n'hésitez pas a parler a n'importe qui autour de vous, même des madmoizelles!
Il ne faut jamais rester seule!
 
Violences mentales, je connais, mais pas par des copains. Malgré tout, j'étais tombée bas, et quand j'ai décidé d'en parler à la gendarmerie, je me suis faite littéralement jeter, engueuler, limite menacer. Si bien que si j'y retourne, je sais qu'on ne prendra même pas la peine de m'écouter.
Et ça fait mal, parce que j'ai dû prendre sur moi pour en parler. J'ai honte d'être "une victime" également, et je me tais pour tellement de choses à cause de ça et de la réaction de ceux qui sont censés nous aider.
 
V

versus

Guest
Les limites sont celles qu'on se donne... Une personne colérique n'est pas forcément violente ou manipulatrice. On peut avoir des relations mouvementées mais très saines, et des relations calmes et destructrices... Ca peut être très insidieux. Ce n'est pas pour rien que beaucoup de victimes de violence sont jeunes : ce sont des femmes qui ne se connaissent pas vraiment, ne connaissent pas vraiment la vie, ou qui ont tellement évolué dans un climat malsain que tout cela leur paraît normal (c'est mon cas, ma mère est une spécialiste du dénigrement sans en avoir l'air, de la culpabilisation à outrance, de la négation pure et simple de la personnalité et des besoins des autres... Je n'avais connu pratiquement que ça avant de tomber sur mon ex. C'est aussi pour ça que j'ai mis tant de temps à réagir.) Il faut se respecter soi-même pour pouvoir voir où commence l'absence de respect.
 
Je souhaite à cette madz plein de bonheur dans sa vie future et bravo pour avoir eu le cran de raconter ton histoire, d'en avoir parlé et d'avoir fait bouger les choses.

Je n'ai pas subi de violence corporelle mais je ne peux m'empêcher de me reconnaître dans la violence psychologique. Mon ex me rabaisser sans cesse, me dénigrer parfois devant ma propre famille, mes amis ectc. Les soucis de santé ont commencés à arriver, la dépression aussi, j'attendais qu'il m'aide, me soutienne et au contraire il ne m'enfonçait que plus dans ma détresse. La j'ai pris conscience que ce n'était pas normal, que notre couple n'était pas normal.

Puis j'ai rencontré une personne qui m'a véritablement ouvert les yeux, qui m'a aidé à évoluer et à le quitter. Aujourd'hui je vis en couple avec cette personne, elle m'aide encore de jour en jour car on ne sort pas intact d'une telle relation... La perte de confiance en soi n'est pas la seule conséquence malheureusement. Il faut du temps pour se reconstruire et apprendre à se connaître à sa juste valeur :)

Cela fait déjà 7 mois que j'ai réussie à le quitter, j'ai retrouvée ma liberté et ce passage de ma vie j'ai décidée de l'écrire sur mon corps: une hirondelle qui s'envole :)

Tout sa pour dire qu'on peut s'en sortir, que la personne change rarement... (pour ma part toujours des promesses dans le vent, chasser le naturel et il revient au galop!) Qu'il ne faut pas voir sa comme une fatalité, se dire qu'on ne mérite que sa. C'est faux, on mérite toutes le bonheur ! Et une personne existe pour chacune d'entre nous, une personne qui est prête à nous aimer et à nous respecter.
 
Je vois que je suis pas la seule à avoir subi la violence psychologique qui est autant destructrice que la violence corporelle je pense.

J'ai vecu 2 ans et demi avec un putain de dégénéré, rencontré sur le net j'avais 14 ans et demi lui 19, donc forcement il m'impressionnait moi j'avais la classe j'etait en seconde j'sortait avec un mec en terminale bref... Il m'a eue je ne sais pas comment, j'etais faible à ce moment la il m'a redonné un semblant de confiance en moi alors que mon ex d'avant venait de me larguer pour une autre nana, j'etais anéantie bref, donc il à fallu que on se voit forcement pour officialiser notre relation, j'voulais etre forte, jouer l'adulte, la meuf qui à pas peur qui à confiance en elle, je me suis jetée dans ses bras, c'etait pas mon genre de mec il n'etait pas trés beau mais il etait gentil, ça n'a pas duré longtemps.
Il devait tout controler dans ma vie j'avais pas le droit d'aller chez une amie sans qu'il m'harcele ou que je lui accorde au moins une heure au téléphone alors que ce fils de pute pardonnez l'expression faisait ce qu'il voulait ! Comme tout salopard manipulateur, il s'est mis dans ma poche mes amis (dont certains ne me parlent plus à cause de lui qui à endossé le role de victime, d'un coté j'ai vu qui etaient mes vrais amis tout du moins), ma famille (mon pere s'est meme retourné contre moi quand j'ai enfin eu le courage de le quitter c'est pour dire)
Je devais au moins lui envoier un texto toutes les 20 min sinon il me petait un cable, m'accusant de le tromper, de pas l'aimer ect ... J'en passe .
Les humiliations publiques j'en est subi pas mal, dont la fois en soirée ou il à profité du fait que j'etais sous alcool pour me faire faire des abdos devant tout le monde, ah oui je n'etais plus aussi mince ...
Par contre pour la violence physique c'est moi qui ai fini par lui casser la gueule tellement que j'en pouvais plus d'etre constamment humilée rabaissée ... J'ai eu le dessus par chance j'imagine et vu qu'il y avait du monde autour fin bref.

J'pensais sérieusement à me suicider tellement que j'en avais marre de cette vie merdique, et la mon ange gardien est apparu (mon cheri actuel) pour me sortir de la, il m'a ouvert les yeux j'ai gouté au bohneur dans ses bras et c'est grace à cet amour que j'ai pour lui que j'ai pu enfin avoir les tripes de le plaquer et de l'affronter en face car j'avais essayé plusieurs fois et toujours il m'avait fait revenir comme une conne ....

Tout ça pour dire que les filles osez parler à quelqu'un si vous voyez qu'une relation tourne au vinaigre ayez le courage et larguer ce type car plus le temps avance et la situation empirera, il faut mieux avoir des regrets que de finir parano aprés : J'ai changé de numéro, j'ai pas mis mon vrai nom sur facebook pour qu'il ne puisse pas me retrouver, j'ai bloqué un certain nombre de personnes pour etre absolument certaine qu'il ne puisse pas savoir ce que je fait ect ... j'ai fais pas mal de cauchemars ou il m'enlevais en disant que j'etais à lui des choses du genre et c'est vraiment difficile à vivre !

Heureusement j'ai rencontré la bonne personne qui m'a sauvée de ce cauchemard mais quand j'y repense si il n'avait pas été la soit je serais morte ou pire mariée avec ce type .
 
J'ai pleuré en lisant ce témoignage. Dommage que la madmoizelle n'ait pas livré son pseudo...

Comme la plupart des témoignages sur la violence conjugale, on se rend compte qu'au départ l'homme revêt l'habit du prince charmant, il est aux petits soins... avant de s'imposer par des violences d'abord psychiques qui me semblent encore plus graves que les violences physiques car si le corps guérit relativement vite, l'esprit lui met plus longtemps à se remettre d'un tel traumatisme...

Malheureusement ces personnes sont malades. Ce sont des pervers qui ne savent absolument pas ce que signifie "aimer". Ils aliènent leur victime par du chantage... Et la personne victime pense réellement que le bourreau va changer et redevenir le prince charmant... En réalité le prince charmant est le déguisement, la vraie nature est le "monstre".
Ces personnes doivent être très malheureuses de rendre les autres malheureux mais ne savent pas établir une autre relation que celle de l'aliénation. Elles doivent être suivies pour être soignées.
Mais il est clair que ce n'est pas de l'amour. Ces personnes ne savent pas aimer, la personne qui vous aime, c'est celle qui vous accepte telle que vous êtes, et qui ne vous demande pas de changer.

Quant à la victime... Pourquoi refuser ce statut ? Aujourd'hui le terme "victime" est perçu par celles-ci comme une injure... Pourtant témoigner c'est déjà faire reconnaître ce statut. Alors c'est étrange ensuite de dire qu'on n'est pas victime...

Je souhaite beaucoup de courage à toutes les femmes (et tous les hommes aussi, car les violences conjugales n'ont pas de genre) qui subissent cette situation... Je souhaite qu'elles puissent trouver la force d'en parler à quelqu'un et de s'en sortir, sans honte, sans peur. Et pouvoir petit à petit reconstruire une identité, une vie, à l'abri de pervers malades.

Merci en tout cas à la madz pour ce témoignage bouleversant
 
  • Big up !
Reactions : heartcendre
Khavt;3627598 a dit :
La honte ? non
Le manque de confiance en soi ? non
La foi en lui, malgré tout ? oui

Je l'ai même épousé.
Ici la violence morale n'est pas due à un comportement possessif de sa part (ou alors extrêmement refoulé), puisque selon lui, je ne fais jamais rien assez bien, je suis pas aussi jolie ni aussi intéressante qu'une autre.
Pourtant il m'a choisie. Je dois me rendre compte à quel point son amour pour moi est fort puisque malgré tous mes défauts, il m'a choisie.

Pourtant, ce dont je me rends compte, c'est qu'il paraît plus heureux entre amis qu'en famille, qu'il pense d'abord à lui et eux, ensuite à nous, et que plus il boit plus ses propos sont méchants et agressifs.

Jusqu'à la première gifle.
Que je n'ai pas eu le temps de voir venir.
Dont il se sent vraiment coupable.
Dont il s'est excusé.
Qui l'a fait pleurer.

Alors est-ce qu'il recommencera ? Je n'espère pas. Mais je ne me leurre pas. Est-ce que j'ai honte de vivre ça ? Non, j'ai honte de ses comportements publics, honte de ne pas réussir à lui ouvrir les yeux, honte de ne réussir à en parler à personne.

J'ai foi en lui. Tant que je réussirai à cacher ça aux yeux de mes enfants, tant qu'eux seront en sécurité, je répondrai présente pour lui, le jour où il aura besoin de moi sincèrement.

Ici, la violence est combinée à l'alcool. Et la fête n'est effectivement pas plus folle.
Ton témoignage m'a beaucoup touché. J'espère sincèrement que votre situation va s'améliorer et soit certaine que je ne te juge pas, mais tes propos me semblent contradictoires : tu dis que tu ne manques pas de confiance en toi mais tu le laisses te rabaisser, prétendre que tu n'es "pas aussi jolie ni aussi intéressante qu'une autre", que tu as de la chance qu'il t'aies choisie "malgré tous tes défauts"; n'est-ce pas plutôt lui qui a de la chance que tu sois si compréhensive ? Cependant il me semble clair qu'il te rend malheureuse et ne te respecte pas. Tu as "foi en lui" ; es-tu vraiment certaine que ce soit de l'amour ? As-tu vraiment plus à perdre qu'à gagner en restant avec lui ? Encore une fois je ne te juges pas, et je te demande pardon si mes questions te font cette impression, mais ton témoignage m'a remué et j'ai eu envie de te donner mon avis, dans l'espoir qu'il t'aide ne serait-ce qu'un peu. Le fait est qu'il m'a semblé en lisant ton témoignage sue tu vivais une situation de violence conjugale telle que l'ont décrite d'autres madmoizelles. Et ce type de situation n'est jamais profitable. (cela dit j'ai bien conscience qu'il n'y a pas un choix noir et un choix blanc, que les deux sont plutôt gris ici). Quoi que tu fasses, quoi que tu décides, soit en tout cas assurée que je te soutiens.
 
Joanna-na-na;3627377 a dit :
J'ai eu un sale petit frisson en me reconnaissant dans l'article. Et en voyant ensuite combien d'autres filles sur le forum avaient eu droit au même cauchemar.

Dans mon cas, je n'ai jamais réussi à lui en vouloir. Je ne me blâme pas non plus même si j'ai été faible et lâche ; je tenais tellement à cette histoire. Je n'arrive pas à raconter tout ça sans rire. Genre il faut toujours que je raconte ça comme une bonne blague.

Après tout ça j'ai l'impression de n'avoir gardé pour lui que beaucoup de tendresse. C'était un gamin complètement égoïste, fragile et paumé : tiraillé entre l'envie de faire sa vie sans moi, et la peur de me voir lui échapper. Il m'a fait vivre un enfer okay, et j'aurais du partir plus tôt, mais je crois qu'il m'a vraiment vraiment aimé. En 6 ans de vie amoureuse, c'est le seul qui y soit parvenu.
Je pense qu'on ne m'aimera plus jamais de cette façon, alors je lui pardonne tout,
Ton témoignage aussi m'a beaucoup touché. Mais j'ai envie de te dire que quelque soit la personnalité de ton ex, tu as le droit de lui en vouloir. Tu as le droit de dire que tu as souffert, que tu souffres encore si c'est le cas. Non ce n'est pas une blague; c'est ta vie et personne n'a le droit d'en rire. Ni de te faire des reproches. IL est responsable de "l'enfer" qu'il t'a fait subir; lui et pas toi. Et quelqu'un d'autre t'aimera de nouveau sincèrement, quelqu'un avec qui tu pourras établir une relation saine, parce que tu le mérites.

Juny B : Je suis de tout coeur avec toi. J'espère que tu retrouveras quelqu'un qui saura t'aimer comme tu le mérites.
 
En lisant cet article, j'ai eu l'impression de voir mon histoire, à la différence près que j'étais à distance, et aujourd'hui je me dis heureusement que c'était le cas, car je n'ai eu que la violence mentale.

Tout y est. Le prince charmant du début, qui offre des cadeaux, qui m'est tellement complémentaire, qui me disait ce que je voulais entendre à base de "tu es belle et intelligente" et "je serais toujours là pour toi". Il me disait que j'étais la femme de sa vie (les grands mots !) et multipliait les clichés amoureux.
Puis il est devenu de plus en plus posséssif, et j'ai commencé à devoir justifier de tout : mon habillement, où j'allais, ce que je faisais... Le passage des vacances m'a particulièrement touchée, car j'ai vécu à peu près la même chose, mais le retour a été pire, parce que j'avais un ami très affectueux (câlins etc.) ; il est resté persuadé que je l'avais trompé alors que rien ne s'était passé, et il n'a jamais manqué de me le rappeller lors de nos disputes suivantes.
Le fait qu'il ne se remette jamais en question et qu'il ne répondait jamais à ses accusations, j'ai vécu la même. A la fin d'une dispute, il fallait toujours que ce soit moi qui m'excuse alors que c'était lui qui était en tort au départ.
Le chantage, la manipulation, les "si tu fais ça c'est que tu ne m'aimes pas", "tu ne m'aimes pas comme je suis, c'est ça ?", "c'est elle ou c'est moi". J'en suis arrivée à renoncer à tout, mes amis, le sport, mes ambitions... Tout le monde me disait de mettre fin à cette relation malsaine mais je n'écoutais pas.
J'ai même eu droit à une petite dépression, lorsqu'il m'a fait la tête durant un mois entier, après que nous ayons eu "la dispute de trop" d'après lui. J'avais peur de le perdre, ça me semble absurde aujourd'hui, mais c'était le cas.
Le quitter aussi, ça a été très difficile. Les larmes, les menaces de suicide, les mails immenses où il me racontait à quel point il n'était rien sans moi, le chantage affectif, les mots doux... Ca m'a pris un total d'une semaine. Et je n'aurais jamais réussi à le quitter si je n'avais pas flirté, au début de cette semaine... Grâce à ça, j'ai su que je pouvais plaire à n'importe qui, que j'étais assez belle pour ça.

Le sentiment dont parle la MadZ de l'article, c'est un mélange entre la peur d'être seule, et le besoin d'être aimée, de recevoir de l'attention. Il me disait qu'il serait là pour moi, et il me disait que j'étais belle, qu'il m'aimait, et il me suffisait de ces mots pour oublier tout le reste.
En aucun cas ce que je ressentais était de l'amour, mais comme il était mon premier, je ne connaissais pas la différence.
Aujourd'hui je la connais, je suis enfin réellement heureuse, réellement en couple, et très amoureuse d'une personne qui ne me fera jamais de mal. Je découvre à quel point c'est simple d'avoir confiance l'un envers l'autre, et ce que c'est d'être réellement aimée. Et ça en vaut la peine.
 
J'ai aussi eut une histoire avec un mec tordus un fois, sa a durée un an (il n'était pas net ce mec et plus jeune que moi, et, bien perturbé émotionnellement)... c'est une copine qui m'a aidé à sortir de là et d'y voir plus clair (oui ma mère qui avait repéré son profil ne m'a rien dit, abusé : sous prétexte de ne pas vouloir s'interposer dans les histoires de sa fille peut être - je crois avoir encore de la colère vis à vis de ma mère pour ça). Bon, je n'ai rien eut de trop grave, c'est montré très doucement sans aller trop loin mais tout était là pour ce genre de dérive (tout).

Si je voulais écrire un post, c'est pour dire qu'une soeur d'une de mes copines a justement eut ce genre d'histoire, elle a eut un bébé avec cette personne. elle a eut le courage de le quitter et d'accoucher auprès de sa mère. Finalement, aujourd'hui elle est retournée auprès de lui, et ce monsieur a voulu changé : il a compris ce qui se passe et fait des efforts positifs. Je crois que maintenant à priori sa se passe bien... (je voulais ajouter une note positive suite à tous ces messages ^^).
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes