Je m'en veux de penser ça mais...

Sujet dans 'Blabla Général' lancé par Ipsie, le 10 mai 2013.

  1. Tippi

    Tippi
    Expand Collapse
    Élevée en plein nerf

    @Whitemountain Bien sûr, il y a des métiers où la relation avec le public (des élèves, des patient-es, des client-es - mais pas seulement ceux-là) fait qu'on peut parfois faire face à un manque de respect, de considération ; de même pour les situations de stress qui vont être plus ou moins inévitables dans certains milieux, par exemple tout ce qui est interventions d'urgence.
    Là je parlais en fait du comportement de la hiérarchie, des collègues, des heures supplémentaires, de la pression, du travail en sous-effectif, du fait de devoir ramener du travail chez soi alors que ce n'est pas compris dans le contrat.
     
    Dysnomia, Little Moi-Même, Silure_ et 8 autres ont BigUpé ce message.
    ----- Publicité -----
  2. Nouanda

    Nouanda
    Expand Collapse
    Bon ben moi je vais manger des gâteaux.

    Oui, mais... Non en fait. Mes projets de vie et ma vie personnelle, j'ai fait une croix dessus à partir du moment où je suis devenue prof. Je ne peux pas me projeter car dans un an, je n'ai pas la moindre idée d'où je vais être mutée. Je suppose qu'en tant que néo-titulaire je vais être mutée à Créteil ou Versailles, car c'est ce qui attend la majorité d'entre-nous, mais même ça j'en suis pas sûre. Je vais donc aller dans une académie à l'autre bout de la France pour moi, et ma vie personnelle, sera sûrement réduite à néant parce que je n'ai personne là-bas, que mon copain, avec qui je suis depuis deux ans, est toujours étudiant et que du coup on ne peut même pas demander à être ensemble, quand bien même on se pacserait. Faut arrêter de penser qu'être prof, c'est pouvoir planifier nécessairement sa vie, ses vacances, acheter une maison et vivre avec son/sa conjoint.e avec le labrador et la piscine. Après oui, j'aurai un salaire, je ne dépendrai plus de ma mère financièrement. Mais bizarrement, c'est pas une idée qui m'aide à me lever tous les matins en me disant que mon job est trop chouette. Et pour le salaire, 2000 euros de salaire de prof quand tu es muté en région parisienne, comment te dire... C'est rien du tout. On a soit disant une prime selon les académies, mais puisque tu connais une prof qui vit très bien son métier, j'en connais aussi des tas qui galèrent pour trouver un logement, qui ont encore besoin de leurs parents pour les aider, qui vivent dans des appartements miteux ou qui se tapent des heures et des heures de transports pour éviter de payer un logement. Et quand on leur dit qu'ils gagnent quand même 2000 euros, bizarrement leur visage ne s'illumine pas d'un sourire. Donc oui, tu connais des profs qui vivent bien leur job, tant mieux pour eux, heureusement qu'il y en a qui ont de la chance j'ai envie de dire. Mais oui, tu parles sans connaître. Je connais plein de gens qui font de la recherche car moi-même je suis en thèse. J'en ai rencontré à la pelle ces deux dernières années dans des formations, que ce soit en lettres, en droit, en physique, en bio. Y'avait des gens qui faisaient une thèse en bio qui bizarrement vivaient super bien le fait de faire de la recherche dans leur domaine, ce qui n'est pas ton cas (si j'ai bien compris). Ben bizarrement, il me serait jamais venu à l'idée de te dire "Ah mais tu sais j'ai rencontré ce gars qui vit super bien ses recherches donc vu qu'il y a des gens qui le vivent bien, je peux me permettre d'être dure avec ta situation à toi." C'est juste déplacé en fait.
     
    #7250 Nouanda, 25 juillet 2018
    Dernière édition: 25 juillet 2018
    Rosenrot_, VonClafoutis, plic tic et 27 autres ont BigUpé ce message.
  3. Sloppy

    Sloppy
    Expand Collapse
    Introvertie dominatrice qui se mêle de tout

    Pour rester dans le sujet, je ne supporte pas (EDIT : c'est même pas le bon sujet :yawn:) vous voir taper sur les différents métiers qui existent, alors que le travail est une souffrance pour la majorité des personnes (en France du moins).

    Que ça soit par une charge de travail trop lourde, ou de l'ennuie, ou des contraintes horaires, des heures de transports interminables et j'en passe ... Puis il faut trouver un taff qui nous corresponde (niveau caractère, envie, besoin matériel, paie ...).
    Je vais prendre un exemple que je connais bien (le mien :cretin:), mais être enfermée dans un bureau à faire les mêmes choses tous les jours c'était plus possible. J'ai eu la chance de pouvoir changer (mais parce que j'ai un conjoint qui me soutien (moralement et financièrement), j'ai des personnes autour de moi qui mon aidé, disponibilité sur mon temps libre de chercher vers quoi me ré-orienter ...), mais c'est pas donné à tout le monde. Et 40 - 45 ans dans un métier au tu t'emmerdes, tu n'évolues plus et le salaire ne te motive plus (pour peu qu'il t'ai motivé à un moment), c'est juste affreux comme situation :erf:

    Clairement, les salaires de beaucoup de métiers ne sont pas assez élevés pour l'investissement et l'importance qu'ils ont (genre, au pif, la santé, la logistique, l'agriculture ...tous en fait !) et surtout n'ont plus beaucoup évolué par rapport au cout de la vie.

    Bon je me suis un peu embrouillée dans tout ça, mais le travail rassemble tellement de facettes ! :non: Et je vois tellement de gens en souffrir que ça me rend triste de voir qu'on arrive à se "chamailler" pour déterminer si tel ou tel travail est mieux qu'un autre :stressed:

    Edit : fôtes
     
    #7251 Sloppy, 25 juillet 2018
    Dernière édition: 26 juillet 2018
    Rosenrot_, Calli, Phoenix Person et 40 autres ont BigUpé ce message.
  4. Aska

    Aska
    Expand Collapse
    La courtisane aux pivoines

    @misspoetia

    2000 euros à Paris
    T'enlèves 1100 euros de loyer pour un appart 40-50m² si tu restes de 1h à 2h de transport de ton travail.
    T'enlèves 33 euros pour les transports si la moitié remboursée par l'entreprise.
    T'enlèves 350-450 euros de courses alimentaires/hygiène/santé.
    T'enlèves 200-250 euros d'impôts
    T'enlèves 50 euros d'internet/téléphone mobile.
    Globalement il reste plus grand chose à la fin du mois hein :/
     
    Asilentio, Tofu, schizophrenia et 10 autres ont BigUpé ce message.
  5. Liluuuy

    Liluuuy
    Expand Collapse
    Le courage, c’est de savoir que tu pars battu, mais d’agir quand même sans s’arrêter.

    :top::top: quand j'entends que prof c'est tranquille .
    Pourquoi dans ce cas là on en manque tant que ça??

    Alors oui au niveau emploi du temps c'est une profession qui n'est pas dans les plus contraignantes. Mais vous savez que quasi toutes les professions ont des avantages ? Et la fatigue moral ? Le manque de reconnaissance ? Le fait d'avoir pieds et poings liés par un système qui vous demande d'appliquer des programmes, des directives sans jamais trop réfléchir?

    C'est une bonne vieille tactique que de dire à ceux qui ont des conditions pourries " regarde ton voisin il a plus d 'avantages si tu veux on lui enlève les siens comme ça ça sera équitable " ben non en fait. Ça ne devrait pas fonctionner comme ça .

    J'en ai bouffé du " planqué de fonctionnaire " dans mon entourage. Du " je suis absent de 6h à 19h de chez moi je bosse comme un dingue t'es fonctionnaire toi "
    Marrant moi en bossant de nuit . Que je fasse 35h ou 72h en une semaine j'a vais la même payé. 0 reconnaissance . De la violence psy et physique etc. Donc bon le statut je me marre .

    Bref je pense que personne n'a dit ici que les profs étaient les plus à plaindre, mais nier leurs difficultés n'aide pas .

    Après chacun place le curseur de ses valeurs la ou il veut. Et certain.es prêfereront un emploi du temps moins lourd mais d'autres contraintes . La ou d'autre place le salaire en premier etc.
    Mais aujourd'hui on nous fait passer "la sécurité de l'emploi" ou " le métier passion" comme une permission de pouvoir faire n'importe quoi avec les travailleurs .
     
    Asilentio, narvali14, LeeAnna_ et 39 autres ont BigUpé ce message.
  6. misspoetia

    misspoetia
    Expand Collapse
    "With hands held high into a sky so blue, Like an ocean opens up to swallow you" LP

    @Aska Oui, je me doute qu'à Paris c'est chaud, c'est pour ça que j'ai dit que je ne me permettrais pas de juger qui que ce soit. Mais bon y a pas que des gens qui vivent à Paris non plus.
     
  7. Dame Verveine

    Dame Verveine
    Expand Collapse
    comme un posca dans les mains du Caravage

    @MadCat1349 d'autres ont répondu mais :
    Je n'ai pas dit que le bagage culturel était une carte magique. Juste que sociologiquement on sait que c'est un facteur favorisant.
     
    Calli, Chryseïs, Alonso et 7 autres ont BigUpé ce message.
  8. Clematis

    Clematis
    Expand Collapse

    @Little Moi-Même
    Mais on gagne pas du tout tous 2000 euros...
    et les heures supplémentaires ne sont jamais payées.
    C’est sans doute différent pour les profs du secondaire voir post-bac. Mais prof des écoles, c’est pas qu’ils nous les payent pas souvent, c’est que les heures supplémentaires n’existent pas. Je fais 50h semaine et m’a rémunération n’a aucune chance de s’y aligner. Et c’est vrai pour tous les collègues que je connais.

    Je sais bien que parfois ça peut sembler bizarre de dire que ça fait partie des métiers mal considérés quand on ne connaît pas. Mais il ne faut pas idéaliser le métier. L’éducation Nationale est un patron inhumain dont on doit se plier au fonctionnement sans faire de vague.
     
    VonClafoutis, LovelyLexy, doudouillitsa et 22 autres ont BigUpé ce message.
  9. MadCat1349

    MadCat1349
    Expand Collapse
    Mawww?

    Je me demande qui vend les salaires de prof à 2000 euros XD
    Ma mère dans le privé à la fin se sa carrière elle gagnait 2300euros.
    Donc même dans le public pas sûre que ça soit la grille de salaire de base.
    Mais bon on sait les profs ça fait que se plaindre, faire grève et avoir des vacances.
    Faut pas les plaindre.
     
    Allons-y, LovelyLexy, Solal et 9 autres ont BigUpé ce message.
  10. Lilou la licorne

    Lilou la licorne
    Expand Collapse
    Wit beyond measure is man's greatest treasure.

    Oh là là ça a bien discuté pendant que j'étais pas là :cretin:

    @Apollinaïs (je te mentionne parce que c'est toi qui en as parlé mais j'ai bien vu que tu te retirais du débat, ça n'appelle pas de réponse de ta part :fleur:) : effectivement, Bourdieu n'est pas démodé ; et l'enseignement reste un des métiers avec le plus de reproduction sociale : j'en ai moi-même bénéficié (bon cela dit, même étant fille de prof et issue de milieu bourgeois j'ai pas entendu parler de prépa avant qu'une prof m'en parle en première, donc bizarrement ça ne diffère pas tant que ça des situations relatées ici dans les derniers posts ; mais bref ça n'enlève rien à mon privilège).

    D'ailleurs toute cette conversation m'a donné envie d'aller voir ce que la sociologie disait du statut de prof, et je suis retombée sur la notion de "dominé parmi les dominants", qui est parfois employée à propos des profs. Cette publication notamment (par une prof :cretin: qui "vulgarise" Bourdieu) est intéressante car elle fait la balance entre capital économique et culturel.

    @Clematis Dans le second degré, les heures sup existent. On peut nous en imposer une par semaine (attention c'est une heure de cours, ça rajoute du coup aussi du travail chez soi), et on peut accepter ou non d'en faire davantage.
     
    Cornélie, Whitemountain, Chat-au-Chocolat et 3 autres ont BigUpé ce message.