Je m'en veux de penser ça mais...

Sujet dans 'Blabla Général' lancé par Ipsie, le 10 mai 2013.

  1. Clematis

    Clematis
    Expand Collapse

    @adita
    Bah euh moi je suis prof et je gagne pas du tout 1900 balles par mois.
    Et c’est pas près d’arriver vu que c’est quasiment un salaire de fin de carrière :hesite:
     
    Solal, just_in_case, AStarShinesBright et 5 autres ont BigUpé ce message.
  2. Lilou la licorne

    Lilou la licorne
    Expand Collapse
    Wit beyond measure is man's greatest treasure.

    @adita Pour ma part, prof en début de carrière, je gagne actuellement à peu près la même chose que des copains à moi de mon âge qui ont fait des études "littéraires mais pas que", donc comparable aux miennes en partie seulement : ils ont commencé en lettres comme moi, puis sont partis en écoles de commerce. Et l'une d'entre eux dit très régulièrement "ne rien gagner" et ça m'a beaucoup interpelée, justement parce qu'on gagne la même chose et que j'ai pas du tout l'impression de "ne rien gagner"*. Je précise qu'on est toutes les 2 en région parisienne. Je n'ai rien osé dire, et effectivement je me suis souvenue ensuite que cette copine a bien dû la payer, son école de commerce, et qu'elle se retrouve donc à rembourser son prêt étudiant (on est bien loin des droits d'inscription à la fac). Je pense que son impression vient aussi du fait qu'elle côtoie beaucoup d'autres personnes qui ont fait la même école de commerce ou d'autres mais se retrouvent dans des secteurs autrement plus lucratifs (car selon qu'on bosse dans la finance et bosser dans a musique ou le cinéma c'est pas tout à fait les mêmes chiffres dans l'ensemble). Donc à sa place, peut-être que je tiendrais un discours du même genre, mais là non, je ne me plains pas de mon salaire.

    Personnellement, que ce soit auprès des collègues profs ou auprès de gens qui bossent ailleurs, je ne dis jamais que je suis payée "rien du tout", parce que je ne le pense pas, tout simplement*. En salle des profs c'est pas du tout une plainte qui revient là ou je suis. Par contre c'est marrant, c'est arrivé plusieurs fois que des élèves me disent que je suis mal payée :rire:.

    *Comme je le disais plus haut, j'ai fait des études littéraires et, tout en me sachant privilégiée (car ayant accès à ces études), je ne m'attendais pas à gagner des sommes faramineuses. Faut dire que l'avantage du salaire de prof, c'est que ce n'est pas une surprise.
     
    Fealynn, plic tic, Color Full et 7 autres ont BigUpé ce message.
  3. Dame Verveine

    Dame Verveine
    Expand Collapse
    comme un posca dans les mains du Caravage

    Précision : "salaire de prof" ça ne veut rien dire, selon l'âge, les concours et les heures ça peut aller de 1300 (contractuel par ex) à presque 4000 (en fin de carrière et prof agrégé en prépa qui fait jury de concours de temps en temps quoi)

    Et les enfants de profs ont en général un bagage culturel conséquent pour "avancer"... Donc oui, il y a des privilèges que certains ont... Et d'autres pas du tout hem.
     
    Rosenrot_, Maia Chawwah, Songi songi et 12 autres ont BigUpé ce message.
  4. MadCat1349

    MadCat1349
    Expand Collapse
    Mawww?

    @Dame Verveine Je suis pas d'accord avec toi. La culture et/ou être enfant de prof c'est pas avoir plus de chance pour avancer... C'est pas forcément ça qui va te faire réussir tes études et avoir un métier plus tard.
    La culture tu peux en avoir et briller en société et te ramasser complètement sur ta scolarité.
     
  5. adita

    adita
    Expand Collapse
    Dans le game en claquettes

    C'est pas forcément quelque chose qui va te faire réussir oui.
    Par contre de deux personnes avec un profil équivalent, une avec un fort capital culturel et un autre sans, celle avec un fort capital culturel s'en tirera mieux.
     
    Rosenrot_, Fealynn, Maia Chawwah et 17 autres ont BigUpé ce message.
  6. MadCat1349

    MadCat1349
    Expand Collapse
    Mawww?

    @adita Qu'est ce que tu appelle profil équivalent?
    Dans ces cas là si les profils sont équivalent le manque de culture est du à la personne non? Pas à son entourage ou sa classe sociale?
     
  7. adita

    adita
    Expand Collapse
    Dans le game en claquettes

    Je pensais à deux personnes de classes sociales différentes et de capitaux culturels différents mais avec des profils similaires par ailleurs, genre, couleur de peau, "accidents de la vie", caractères, etc.
    Juste pour dire que si la classe sociale et le capitale culturel c'est un avantage que d'autres n'ont pas et qui donne un plus dans la vie.
    Par contre c'est pas une carte magique qui permet de réussir sa vie, on est d'accord.
     
    Rosenrot_, Ymotana, Maia Chawwah et 10 autres ont BigUpé ce message.
  8. MadCat1349

    MadCat1349
    Expand Collapse
    Mawww?

    @adita Oui je comprends mieux la ^^
    Oui ça se saurai si c'était forcément gage de réussite XD
    Si c'était le cas je serai médecin et pas en formation pour devenir chauffeur livreur à 30 ans x)
    Pourtant jai été adoptée dans la bonne famille. J'ai eu droit à tout ce qu'il faut pour réussir. Mais ça suffit pas forcément.
     
    Lord Griffith, Tippi et Delah ont BigUpé ce message.
  9. Auburn

    Auburn
    Expand Collapse

    J'ai d'ailleurs commencé les Héritiers de Bourdieu ce matin. :cretin: Je n'en suis qu'aux premières pages mais au début il explique que face aux études supérieures les différentes classes sociales avaient ça en tête : cas 1, les études supérieures, c'est NORMAL, la suite logique... cas 2) les études supérieures c'est IMPOSSIBLE (le fameux "c'est pas pour moi" 3) Les études supérieures c'est POSSIBLE mais contre énormément d'efforts. En clair les gens issus des classes supérieures perçoivent les études supérieures comme banales, intériorisent ça depuis toujours puisque tout le monde autour d'eux (entourage) passe par-là ("L'expérience de l'avenir scolaire ne peut être la même pour un fils de cadre supérieur qui, ayant plus d'une chance sur deux d'aller en faculté , rencontre nécessairement autour de lui, et même dans sa famille , les études supérieures comme un destin banal et quotidien, et pour le fils d'ouvrier qui, ayant moins de deux chances sur deux d'y accéder, ne connaît les études et les étudiants que par personnes ou par milieux interposés"). Enfin à l'époque de la rédaction il y avait 6% d'ouvriers en études supérieures, je me demande quel est le chiffre aujourd'hui.

    Bon je m'égare un peu en HS, à propos des profs la question qui se pose souvent est effectivement celle du capital culturel et pas financier. Je pense que c'est un peu évident, si tu grandis entouré de livres et avec des parents cultivés tu as plus de chance de réussir tes études (oui j'enfonce des portes ouvertes) mais oui il y a d'autres paramètres en jeu : santé, dépression, handicap, neuroatypie (autisme, douance) etc etc qui peuvent tout ruiner. Et à l'inverse un gosse d'ouvrier peut adopter une attitude très combative pour ne pas revivre les difficultés de sa famille, et réussir haut la main ses études.
     
    Rosenrot_, schizophrenia, Kaylie et 19 autres ont BigUpé ce message.
  10. Apollinaïs

    Apollinaïs
    Expand Collapse
    "Quand il fait faim, il faut manger." (sûrement un vieux proverbe indonésien)

    @Auburn et @Dame Verveine
    Je suis complètement d'accord avec vous.
    Je viens d'un milieu pauvre, sans capital culturel. (Famille monoparentale au RMI). Faire des études supérieures et devenir prof furent un combat. Et j'étais entourée de gens ayant un capital culturel fort.
    Bourdieu n'est pas démodé. Et il m'a aidé à comprendre ce système inégalitaire.
    Lorsqu'on est prof, on connaît le système scolaire, le langage convenu, les passerelles. Et surtout on encourage à faire des études, à lire, à sortir au théâtre, à voir des expositions...

    Quand aux différences de statuts, c'est important de les mettre en exergue.
    Effectivement, les contractuels sont précaires, les jeunes enseignants titulaires gagnent peu leur vie et sont soumis à de fortes contraintes (affectations, remplacements lointains). Le terme "prof" comprend plusieurs réalités.
     
    Rosenrot_, schizophrenia, Ymotana et 25 autres ont BigUpé ce message.
  11. Lord Griffith

    Lord Griffith
    Expand Collapse
    La vie est dure quand on est une petite patate

    Mais ça parle beaucoup du niveau d'études mais punaise ... pour moi les profs devraient être plus payés vu la difficulté du métier !
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
     
    Ally-wonderland, VonClafoutis, LovelyLexy et 26 autres ont BigUpé ce message.
  12. Adagio.

    Adagio.
    Expand Collapse
    J'adore essayer des chapeaux pas toi ?

    @Lord Griffith : bien d'accord :hugs: , et d'une année à l'autre, d'un bahut à l'autre, d'un chef à l'autre on sait jamais sur qui / quoi on va tomber et quel soutien on va pouvoir recevoir, y a une grande tendance à mettre l'élève au centre de tout et rejeter la faute sur le prof et c'est très dur à vivre dans ce cas-là quand c'est absolument injustifié (je m'égare?) je venais rajouter que c'est un métier qui n'a jamais de "fin" une fois l'établissement fermé, on continue à réfléchir aux cours aux devoirs aux projets à mettre en place, la pause véritable on peut la faire si on se l'impose mais elle est très courte en réalité car il faut être sans cesse dans l'anticipation avoir un plan A B C si telle stratégie fonctionne pas.

    - pas citer -
     
    LovelyLexy, Cycyrielle, just_in_case et 10 autres ont BigUpé ce message.