Roselmack : "La France raciste est de retour"

Sujet dans 'L'actu en France' lancé par Denis, le 5 novembre 2013.

  1. Denis

    Denis
    Expand Collapse
    En pleine digestion.
    Membre de l'équipe

    A lire toute affaire cessante cette tribune donnée par le journaliste Harry Roselmack au Monde.


    Extrait : 

    "Ce qui me chagrine, c'est le fond de racisme qui résiste au temps et aux mots d'ordre, pas seulement au sein du FN, mais au plus profond de la société française. C'est un héritage des temps anciens, une justification pour une domination suprême et criminelle : l'esclavage et la colonisation.

    Mais ce racisme a laissé des traces et, si on était capable de lire l'inconscient des Français, on y découvrirait bien souvent un Noir naïf, s'exprimant dans un français approximatif, et dépourvu d'Histoire ou, tout du moins, d'oeuvre civilisatrice. Une vision que certains cultivent aujourd'hui encore, à leur corps défendant parfois. Combien de fois ai-je dû expliquer à un restaurateur ou même à un camarade que les vieilles affiches « Y'a bon Banania » qu'ils accrochent à leurs murs ne peuvent pas être regardées qu'avec amusement ou nostalgie. Comme certains albums de bande dessinée qui ont égayé notre enfance, elles laissent des empreintes d'un autre temps dans nos imaginaires.

    Tant que l'on laissera ces peaux de Banania traîner dans nos cerveaux, des glissades et dérapages vers l'injure raciste sont à craindre. Surtout par les temps qui courent, avec cette crise qui alimente la xénophobie de son bien étrange carburant : la jalousie envers plus mal loti que soi."
     
    #1 Denis, 5 novembre 2013
    Dernière édition: 5 novembre 2013
    Olivine et Miss Witch ont BigUpé.
  2. adita

    adita
    Expand Collapse
    Dans le game en claquettes

    Cette tribune est très belle.

    Pour ce qui est du sondage, j'ai voté non. Tout simplement parce que j'ai l’impression qu'il n'y a pas de recrudescence d'actes/de paroles racistes, elles ont toujours été là.
    Je pense que internet et la télévision (ou n'importe qui peut s'exprimer et dire n'importe quoi) donnent plus de visibilité à toutes ces idées nauséabondes, pas que ce racisme est en augmentation.
     
  3. Denis

    Denis
    Expand Collapse
    En pleine digestion.
    Membre de l'équipe

    #3 Denis, 5 novembre 2013
    Dernière édition: 5 novembre 2013
  4. Anera

    Anera
    Expand Collapse
    Ms. Morning Grumpiness

    Bon, j'arrive pas à voir la vidéo, tant pis.

    Bonne tribune de la part d'Harry Roselmack, même si j'aurais préféré qu'elle soit plus étoffée.

    J'ai répondu oui au sondage, sinon. Je ne parlerai pas de la médiatisation de plus en plus fréquente de paroles assez limites à ce niveau-là, tout le monde voit très bien de quelles personnes je parle. (sans parler de l'inaction de certains)

    Au début, j'avais juste deux ou trois connaissances qui assumaient complètement leur racisme. Elles ne se définissaient pas comme telles, mais étaient très fières d'aller contre la "bien-pensance" (comme je déteste ce mot) et qui, au fur et à mesure, reconnaissaient les discours de Marine Le Pen comme étant "totalement vrais" et que c'était la seule qui avait le courage de dire ce que tout le monde pensait tout bas. (merci de ne pas m'inclure dans le lot :stare:) Bref, c'est des personnes que je peux virer de ma vie quand je veux. (ce que j'ai fait pour deux d'entre elles) Tant que ça reste des connaissances, je peux me débarrasser de leurs discours nauséabonds et même n'y prêter aucune attention.

    Par contre, ça devient plus délicat quand vous vous rendez compte depuis quelques mois que votre propre famille et même quelques amis proches s'y mettent. Ca n'est rien de méchant comparé à mes fameuses connaissances... MAIS je sais qu'un jour, ça risque d'aller plus loin que ça quand leurs phrases ne commenceront plus par "Je ne suis pas raciste, mais...".

    Je ne sais pas comment tous ces discours "décomplexés" vont évoluer (en pire ?), mais je reste assez inquiète et franchement, pour avoir essayer d'alerter mes proches sur certaines remarques qu'ils faisaient et m'être fait renvoyée balader à coups de "t'es trop naïve" ou "on n'est pas dans le monde des Bisounours", l'heure n'est visiblement pas aux arguments pertinents. La dégradation de la prise de parole par les politiques sur ce genre de questions (notamment d'immigration) encourage les gens à en faire de même, à prendre au pied de la lettre tout ce qui est dit dans les médias et d'en faire leur vérité absolue (bonjour les généralisations et la stigmatisation) alors qu'avant, ces mêmes personnes n'auraient jamais toléré des discours pareils. A force de parler des mêmes "problèmes", les gens finissent par croire que les étrangers en sont un. (par facilité ?)

    Les politiques d'extrême-droite (et pas qu'eux, d'ailleurs, n'accusons pas toujours les mêmes - coucou l'UMP :hello:) ont bien joué leur coup. Il faudrait que les journalistes leur posent des VRAIES questions sur des VRAIES problématiques, mais c'est pas gagné car après tout, ça fait pas de polémique et donc, pas de buzz. Mais quand ça arrivera, j'espère que les gens se rendront compte à quel point ce sont des incapables. (je me marre rien que de me souvenir de l'intervention de Marine Le Pen à l'émission Des Paroles et des Actes, à l'occasion des présidentielles, concernant des sujets économiques, ça valait son pesant d'or :lunette: :lol:)

    Je regrette que Roselmack n'en ait pas dit plus, mais je lui accorde qu'il est un des rares à réagir face à tout ça. Ne regardez pas les commentaires sous l'article, ça fait aussi très peur.
     
  5. Denis

    Denis
    Expand Collapse
    En pleine digestion.
    Membre de l'équipe

    Perso j'aime bien le fait que les racistes, les xénophobes, les homophobes et tous leurs copin(es) dénoncent la "bien-pensance". Ca prouve au moins qu'ils ont conscience que les anti-racistes, les anti-xénophobes, les anti-homophobes etc...que nous sommes ne pensent pas mal.


    Sur ce terrain là au moins, nous n'avons pas (encore) perdu la bataille du langage. :)
     
    #5 Denis, 5 novembre 2013
    Dernière édition: 5 novembre 2013
  6. Anera

    Anera
    Expand Collapse
    Ms. Morning Grumpiness

    Ah oui, vu comme ça, ça passe déjà beaucoup mieux, effectivement. :cretin: (mais c'est surtout qu'ils le disent de façon tellement négative que le mot en lui-même commençait par me sortir par les yeux)
     
  7. Denis

    Denis
    Expand Collapse
    En pleine digestion.
    Membre de l'équipe

    Oui, mais ne nous laissons pas avoir ! Affirmons notre appartenance au camp de la bien-pensance comme ils le souhaitent. C'est leur problème après tout s'ils se sentent appartenir à celui de la mal-pensance :)
     
    #7 Denis, 5 novembre 2013
    Dernière édition: 5 novembre 2013
  8. orianesan

    orianesan
    Expand Collapse

    Bonjour à toutes,

    Ce que je n'arrive pas à perçevoir, c'est si il y a réellement une augmentation du racisme en France, ou si on nous en parle tout le temps dans les médias pour que les Français se sentent mal dans leur quotidien.

    Parce que franchement, si je ferme mes yeux et mes oreilles deux trois jours, rien ne change dans mon quotidien, par contre quand j'allume la télé, on ne parle que de ça, alors qu'il se passe du bon et du mauvais (mais on ne parle que du mauvais...).

    Ayant une tête de bonne française toute blonde, c'est sûr que l'on ne va pas me lancer des insultes racistes dans la rue. J'ai pourtant l'impression que l'on force les français à réagir d'une certaine manière car ils sont matraqués mentalement avec ces conneries d'enquête d'action et autres infos bien sympas qui ne mettent l'accent que sur cela.

    Je ne sais que penser à vrai dire...

    Pourtant j'ai vécu à l'étranger, j'ai fréquenté beaucoup d'autres cultures et suis ouverte d'esprit, mais parfois lorsqu'on entend un reportage sur des sujets sensibles, je m'entends penser des choses pour lesquelles avant j'aurais tiqué. Et cela me fait assez peur !
     
  9. Denis

    Denis
    Expand Collapse
    En pleine digestion.
    Membre de l'équipe

    Hello :)


    Tu peux nous donner des exemples ?
     
    #9 Denis, 6 novembre 2013
    Dernière édition: 6 novembre 2013
  10. orianesan

    orianesan
    Expand Collapse

    Oui bien sûr ;

    Des réflections quand on voit certaines informations qui tournent autour des Roms (Leonarda) ou des cités dans les grandes villes, je me trouve à penser :

    "ils n'ont que ce qu'ils méritent, qu'ils rentrent chez eux"
    "j'y enverrai l'armée dans ces cités"

    Ce genre de choses... des choses que j'ai pu entendre et qui reviennent à l'esprit.

    Ce qui me rend le plus dingue aux infos, c'est l'inégalité de traitement, et que les gens soient blanc, noirs ou violet j'en ai rien à faire, simplement qu'on ai envers mon voisin les mêmes exigences qu'envers moi.

    Alors je ne sais pas si ces petites pensées sont le résultats d'un vrai racisme de ma part, ou si c'est un résultat du matraquage médiatique...
     
  11. Charlie Zola

    Charlie Zola
    Expand Collapse
    Je t'aime une fois, je t'aime deux fois, je t'aime plus que le riz et les petits pois

    @orianesan Comme tu le dis toi même c'est peut être parce que "tu as la tête d'une bonne petite française" que tu n'es pas confrontée au racisme au quotidien. Pourtant il est bien là. Je le ressens quand un parent d'élève émet des doutes sur ma nationalité et donc ma légitimité de prof. Quand je marche dans la rue avec mon compagnon, qui lui est blanc et que les gens nous fixent quelques secondes. Quand mes élèves me posent des questions sur la société et que j'entends parfois à travers eux le discours de parents "décomplexés". Quand dans le train la police aux frontières traverse un wagon rempli et que certaines personnes se retournent vers moi persuadées que je vais me faire contrôler (chose qui est déjà arrivée).

    Oui le raciste envers les noirs est bien présent et n'a pas besoin des médias. Encore que je ne vis pas mal au quotidien ces choses. Parce qu'en tant que femme je me fais moins contrôlée par la police. Parce que ayant une peau plutôt claire les gens devinent que je suis domienne. Parce que je suis dans la "bonne classe" en tant que enseignante.

    Là où j'ai mal à la peau c'est que mes parents viennent d'une île des caraïbes qui a connu plusieurs décennies de dictature et qu'ils ont sont partis pour faire naître leurs enfants en terre libre. Et j'ai toujours été fière d'être française. Le jour où j'ai voté pour la première fois j'en ai eu les larmes aux yeux en pensant aux sacrifices de mes parents. Tout ça pour que aujourd'hui encore des crétins me balancent que je ne suis pas une vraie française. Je suis assez forte pour le dépasser ça mais j'ai peur pour mes futurs enfants qui eux auront en tant que métisse l'obligation de se justifier et de trouver leur place dans cette société.
     
  12. orianesan

    orianesan
    Expand Collapse

    Je me suis peut être mal exprimée (et ça doit être ca ^^), je ne voulais pas dire que le racisme n'existait pas en France, mais que certains médias et émissions de TV, de façon insidieuse, nous font penser de façon raciste, même si au départ nous sommes plutôt tolérants et ouverts d'esprits.

    Certains propos reviennent et reviennent, on met l'accent sur certaines catégories de personnes, et dans nos têtes le lien est créé.

    Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais j'ai la nette impression que la télé en grande partie et les infos changent ma façon de voir ma société et mes compatriotes (elle a une influence nette sur notre façon de penser, cela nous le savons tous, mais sur le racisme je trouve le mécanisme pervers et surtout, c'est comme si il se faisait à notre insu, graduellement).
     
Chargement...