Veille permanente racisme, xénophobie...

Sujet dans 'Veilles permanentes' lancé par katnissvsw, le 18 novembre 2012.

  1. LaurenAuder

    LaurenAuder
    Expand Collapse

    Elle a eu droit au regard dédaigneux de ma part comme je les fais si bien!

    Les gens étaient aussi choqués mais m'ont dit de laisser couler pour mon bien, pour laisser reposer mon cerveau.
     
    Evanesco, Absynthe#d, Little Moi-Même et 2 autres ont BigUpé ce message.
    ----- Publicité -----
  2. Allitché

    Allitché
    Expand Collapse
    Si un jour tu peux vivre un truc en non-mixité, vas-y fonce c'est trop bien

    @Little Moi-Même je suis contente que tu aies pu changer et que l'entretien se soit passé avec tes cheveux comme tu voulais ! :jv:
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
     
    Mamy_Plug, Little Moi-Même, Ana-Esperanza et 2 autres ont BigUpé ce message.
  3. Ana-Esperanza

    Ana-Esperanza
    Expand Collapse
    Nope.

    J'ai une nouvelle théorie. Ça s'appelle "trop juste".

    Je crois qu'une fois qu'on est sur un certain chemin professionnellement, on a du mal à s'en sortir. Et ça commence tôt : avec l'orientation scolaire, venir d'un milieu populaire ou de classe moyenne peut nous mener à ne pas avoir la "bonne" orientation dès le départ. Si je prends mon exemple, je n'ai pas fait de grandes écoles (c'était ma volonté anticapitaliste à l'époque qui m'a fait refuser le système des grandes écoles et choisir l'université), je n'ai pas tout de suite su quel était mon métier. Ma formation est "moyenne" pour le métier que j'exerce, il y a des voies royales qui existent et je ne les ai pas faites, soit par conviction, soit parce que je ne savais pas encore quel métier je ferais et quelle était la bonne voie pour y arriver. C'est d'autant plus vrai que je fais un métier que personne ne connait, qu'on ne connait absolument pas avant d'y avoir mis les pieds (donc les profs non plus ne savent pas t'y orienter).

    Par exemple, j'ai fait un diplôme de communication à l'université parce que je voulais comprendre les gens, la société. Je me suis rendue compte bien trop tard que pour cet objectif, c'était de la sociologie qu'il fallait faire. Mais on ne m'a pas demandé, je ne le savais pas, je n'ai pas pu exprimer ce désir face à la bonne personne qui aurait pu m'orienter. C'est typiquement à cause du fait que je viens d'un milieu de classe moyenne, dans lequel l'objectif principal est toujours *le prochain*. D'abord, passe ton bac. On verra ensuite. Et ainsi de suite.


    La théorie du "trop juste", c'est ce moment en salle RH où les responsable étudient les différentes candidatures pour le poste. Je le vois comme si j'y étais.
    Ils et elles, responsables de la politique RH d'une boite ou d'une institution, aimeraient beaucoup "s'ouvrir à la diversité". C'est un objectif affiché. Sur ce recrutement, il y a bien une personne "issue de la diversité" qui postule. Mais sa candidature est "trop juste" par rapport aux autres. Elle n'a pas fait la même très bonne école, elle n'a pas suivi la formation reine pour ce type d'emploi. On aurait beaucoup aimé la recruter sur ce poste, mais c'est juste "trop juste" pour cette fois.

    Mais en fait, c'est toujours "trop juste". Cette fois c'est qu'elle n'avait pas su qu'elle ferait ce métier plus tard et n'a pas reçu la formation initiale adéquate, bien qu'elle ait été formée sur le tard/tas. La fois suivante, ce sera qu'elle n'a pas les contacts. Ou qu'elle n'a pas travaillé dans de très grosses boites avant de postuler (ou stage). Tout ça, ça s'accumule. Et il y aura toujours des postulants blancs qui eux, ne sont pas "trop justes".

    C'est pas justement le jour où la candidate a le profil adéquat, des soft skills plus affinées pour le poste (notamment une capacité à se débrouiller par elle-même), et même s'il lui manque un chouïa de formation (que la boite était tout à fait open à financer), qu'il faut l'embaucher ? C'est justement parce qu'elle est "trop juste" sur un détail que c'est la bonne candidate ? C'est ça, en fait, la discrimination positive. Ça correspond pas à embaucher n'importe qui parce qu'elle est noire et qu'il faut remplir les quotas. Ça correspond à lui donner sa chance parce qu'elle sera "trop juste" à tous les coups, mais qu'on sait qu'elle vaut quand même le coup... et que les autres auront d'autres opportunités, et elle non...
     
    Kand'x, Lemon Curd, Maia Chawwah et 25 autres ont BigUpé ce message.
  4. Allitché

    Allitché
    Expand Collapse
    Si un jour tu peux vivre un truc en non-mixité, vas-y fonce c'est trop bien

    @Ana-Esperanza meuf tu m'as trop faite pleurer :tears: c'est beaucoup trop beau la fin, donner cette p*tain de chance :jv:
     
    LovelyLexy, Eclise, Eclaireur et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  5. Ana-Esperanza

    Ana-Esperanza
    Expand Collapse
    Nope.

    @Allitché ça finit toujours en lyrique mes prises de position :yawn:
     
    Delah, LovelyLexy, littlecassy et 3 autres ont BigUpé ce message.
  6. Little Moi-Même

    Little Moi-Même
    Expand Collapse
    Life's short, spend it happy!

    @Allitché Oui tellement...
    Ça a été un événement, ces 3 premières années de travail, qui a changé beaucoup de choses en moi. Dans ma vision de la vie et du monde. La vision que j'ai de moi. Étonnamment en positif. J'ai pris confiance en moi et en mes compétences, je connais les moyens légaux pour dénoncer ce types d'agissements. Je sais ou laisser des traces, quoi noter, garder les mails et textos (oui oui je suis parée la #trauma). Je sais qu'il vaut mieux ignorer et serrer les dents. J'ai appris à être heureuse autrement. Sans tout miser sur ma vie pro, parce que comme je l'ai déjà dit je ne me fait plus trop d'illusions sur cette dernière.. Juste avec mes attentes perso, mes envies, je suis plus à l'écoute de mes besoins. Autres que pro. Je me fais des petits challenges personnels et j'essaie de me concentrer davantage sur les gens qui comptent et qui sont bienveillants envers moi. Par contre, tu as raison, je n'avais pas à me justifier. J'ai suffisamment geins sur le topic "raconte ta vie au boulot" et je sais ce que j'ai vécu. Tant mieux si certains ne l'on jamais vécu mais moi bah si.

    En fait, cette première expérience professionnelle nulle m'a appris que j'étais plutôt forte et resiliente comme meuf, que même l'acharnement d'une ou de plusieurs personnes malveillantes ne pourra jamais m'enlever ce que j'ai dans la tête.

    Mais effectivement la chance c'est de ne pas tomber sur des gens comme ça, jaloux, malveillants, harcelants (pas sure que ce mot existe). C'est aller assez loin, j'ai failli perdre mon emploi, sans références, à cause d'un petit con avec des problèmes d'égo (un médecin qui s'acharne sur l'assistante ingé parce qu'elle veut faire une thèse.. Sérieusement!). Je suis particulièrement heureuse de les planter aujourd'hui. J'ai hate de voir leurs visages se décomposer lorsque je vais leur annoncer la nouvelle. Je vous prendrais une photo ^^. Je suis tellement fière de ça, de pouvoir (bon pas toujours hein) dire "stop, moi, je n'acceptent pas ça" malgré ma position de bouc émissaire.

    Je vais mettre "toutes les chances" (lol) de mon côté avec le master que je compte faire et ces projets à côté du travail. Franchement aujourd'hui mon crédo c'est "pour vivre heureux, il faut vivre caché". Je comprends nos parents qui nous disent de ne pas nous faire remarquer. A mon sens c'est encore le cas actuellement, les gens sur le plans pro sont problématiques et encore plus avec nous. Faudrait pas qu'on soit officiellement leur ego hein. Bref.

    @Ana-Esperanza Force et courage à toi. Je suis complètement en accord avec ton post. Reste persévérante, les choses peuvent changer !
     
    Grumpy Bunny, Evanesco, Daily Mail et 9 autres ont BigUpé ce message.
  7. Mackerly

    Mackerly
    Expand Collapse
    Alive

    Bonjour tout le monde !

    Je suis désolée de vous déranger mais je galère profondément. Dans le cadre d'un de mes cours de master, je suis en train de préparer un exposé sur le texte de Nicole Claude Mathieu "Céder n'est pas consentir". J'en arrive à la partie critique et là... Je suis un peu perdue. Sur internet je n'ai rien trouvé. Je me tourne vers vous plutôt que vers la VP sexisme parce que l'une des critiques que je voudrais faire concerne la dernière partie du texte.

    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !

    Je vous remercie pour votre aide ! :)
     
    Mamy_Plug, Ana-Esperanza, LovelyLexy et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  8. Morpheme

    Morpheme
    Expand Collapse

    @Mackerly Je trouve cet article bien écrit et documenté (plein de liens à cliquer pour explorer), il a été publié au moment où le film Suffragette sortait, dont la campagne de promo à base de (surligner pour voir) "je préfère être rebelle qu'esclave" avait soulevé la même question. C'est en anglais, dis moi si c'est un souci :fleur:
     
  9. Mackerly

    Mackerly
    Expand Collapse
    Alive

    @Morpheme Merci beaucoup ! Non ce n'est pas un souci du tout :)
     
  10. Eclise

    Eclise
    Expand Collapse
    so let us not talk falsely now, the hour's getting late

    @Mackerly est-ce que tu connais "l'Hymne des femmes", écrite par des membres du MLF, et dont le refrain dit « Levons-nous femmes esclaves Et brisons nos entraves Debout, debout, debout ! » ? https://fr.wikipedia.org/wiki/Hymne_du_MLF
    Ça ne t'aidera pas pour la critique de ton texte, mais ça te permettra peut-être d'ouvrir le sujet ?
     
  11. Mackerly

    Mackerly
    Expand Collapse
    Alive

    @Eclise Merci ! Je vais jeter un coup d'oeil dessus :)
     
  12. Scarlet_fox

    Scarlet_fox
    Expand Collapse
    Toujours en train de pousser la chansonnette

    En fait, je pense que le vrai problème c'est que l'on veuille faire rentrer la femme noire dans un archétype. Tant que la femme noire ne pourra exister en dehors de sa couleur de peau et ce qu'elle représente, on ne s'en sortira pas.
    On peut venir d'un milieu populaire et/ou être racisée et écouter des musiques peu connues, c'est pas un truc de blanc. L'appréciation d'une musique ne dépend pas de ton phénotype. La musique c'est un truc d'humain.
    D'ailleurs, il y a pas mal de noir(e)s qui font de la musique expérimentale/alternative, leur musique fait partie de celles que personne ne connait, alors...
     
    LaurenAuder, Absynthe#d et Evanesco ont BigUpé ce message.