Veille permanente racisme, xénophobie...

Sujet dans 'Veilles permanentes' lancé par katnissvsw, le 18 novembre 2012.

  1. littlecassy

    littlecassy
    Expand Collapse

    @Eclise Hey merci pour les liens !
     
    Eclise a BigUpé ce message
  2. Eclise

    Eclise
    Expand Collapse
    Atchoum

    @Ana-Esperanza visibilement si tu ne défends pas les intérêts de l'homme blanc hétéro de classe moyenne, tu es égoïste (ou communautariste) -_- ...
    (ça me fait penser que ça marche dans le couple aussi d'ailleurs).
     
    Androgyny, littlecassy, Senyo et 5 autres ont BigUpé ce message.
  3. Allitché

    Allitché
    Expand Collapse
    Mon ethnicité ne définit ni mes origines ni mes racines. T'as compris?!

  4. Eclise

    Eclise
    Expand Collapse
    Atchoum

    Je suis retombé sur ce post par hasard. Le tweet de Rossignol de l'époque :
    Jeudi dernier, le restaurateur du restaurant Le Cénacle qui avait refusé en août de servir deux clientes, parce qu'elles portaient un voile, a été condamné à "une amende de 5 000 euros dont 2 000 euros avec sursis, 1 000 euros de dommages et intérêts pour la plaignante, 2 000 euros de frais d’avocats et 1 euro symbolique pour le CCIF", reconnu coupable de "discrimination dans la fourniture d’un service en raison de l’appartenance à une religion dans un lieu accueillant du public" (le restaurateur ne s'est semble-t-il même pas déplacé au tribunal, car "honteux", ben voyons s'agirait pas d'assumer ses actes). Bonne nouvelle pour la lutte contre l'islamophobie, et confirmation que ni Laurence Rossignol ni Clavreul ne semblent intéressées par les femmes portant le voile, si ce n'est pour leur demander de l'enlever (aucune communication de leur part à ce sujet, et la DILCRA ne s'est pas portée partie civile).

    http://www.saphirnews.com/Tremblay-accuse-d-islamophobie-le-patron-du-Cenacle-condamne_a23625.html
     
    #8560 Eclise, 19 mars 2017 à 00:31
    Dernière édition: 19 mars 2017 à 13:01
    StayC, littlecassy, Allitché et 3 autres ont BigUpé ce message.
  5. littlecassy

    littlecassy
    Expand Collapse

    Avec cette histoire d'afro-américains autocentrés et en me renseignant sur les diverses oppressions en dehors de Madz, j'en viens vraiment à me demander si c'est utile de lutter.
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !

    Désolée, mes idées sont mal définies mais tout ça me repousse des luttes anti-racistes (particulièrement anti-négrophobie vu que c’est ce qui me concerne) ce que je n’aurais jamais cru possible. Pour la première fois depuis trèèèèès longtemps, je me dis qu’on peut en faire trop dans la lutte.
     
    Grumpy Bunny, Androgyny, adita et 7 autres ont BigUpé ce message.
  6. Little Moi-Même

    Little Moi-Même
    Expand Collapse
    Veux changer le monde

    @littlecassy Je suis à 100% en accord avec ton post...
    C'est une observation que j'ai pu déjà faire un peu partout autour de moi et j'ai également noté qu'il en était de même dans certains groupes dit "militants". C'est très perturbant et perso c'est ce qui m'empêche de croire en la bienveillance véritable de certains groupes. Car, à mon sens, si on lutte pour limiter les oppressions, on ne peux pas à côté accepter, ignorer, voire souhaiter (même à demi mot) une oppression autre sur un autre groupe.. Dans ce cas là il n'y a plus aucune légitimité dans la lutte si c'est montrer une oppression qui nous touche et prioriser la mise en place d'un espace plus safe pour son clade, sans derrière avoir l'humanisme de chercher à assurer un espace plus safe pour tous... Et donc on est pas dans l'abolition des privilèges (quels qu’ils soient) mais bien dans une recherche de privilèges supplémentaires au détriment d'autres groupes... Et comme toi ça m'empêche totalement d'adhérer (alors que bon!! C'est ma lutte aussi!)..
     
    #8562 Little Moi-Même, 21 mars 2017 à 12:41
    Dernière édition: 21 mars 2017 à 17:00
    Androgyny, adita, Allitché et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  7. littlecassy

    littlecassy
    Expand Collapse

    C'est EXACTEMENT ça. Tu as exprimé beaucoup plus clairement ce que je voulais dire. Ce qui me parait le plus aberrant c'est que ces personnes, alors qu'elles subissent les mêmes mécanismes oppressifs et les connaissent bien, ne semblent vraiment pas se rendre compte qu'elles font exactement la même chose. Qu'on ne soit pas prêt à accepter la rhétorique d'une autre minorité ou autre partie de la communauté, je le conçois, mais ne pas s'interroger deux secondes sur notre position dans le discours (surtout quand on crie à tout va "il faut absolument que tu check tes privilèges" et "arrête de nous silencier") ça me laisse vraiment pantoise. Et question intersectionalité, parfois, je me dis que c'est une utopie. Les objectifs des uns et des autres sont foncièrement antagonistes.
     
    Soeur mary clarence, adita, lilolula et 3 autres ont BigUpé ce message.
  8. Little Moi-Même

    Little Moi-Même
    Expand Collapse
    Veux changer le monde

    Enfin je me lance après deux trois mois de "mais comment vais je réussir à exprimer ça de façon claire!:non:". Et euh.. Il s'avère que je n'ai pas réussi... Je m'excuse par avance du pavé indigeste qui va suivre, j'ai fais au mieux:sweatdrop:.

    Il y a eu une évolution qui s'est opérée dans ma tête. En gros, depuis le mois de Janvier, je refuse de laisser passer les remarques racistes autour de moi et je m'évertue à « éduquer » mon entourage ou en tout cas à leur faire remarquer lorsque c'est limite.
    Comment "gérez" vous votre entourage blanc sur la question du racisme?

    Parce que là, ça devient critique pour moi..

    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !

    Bon bref. Voila. Je ne sais absolument pas quelle position adopter face à mes proches et je suis très fatiguée de la situation. Je suis un peu dans le mode "si tu n'es pas avec moi, tu es contre moi" sur ce sujet, je ne parviens pas à me détacher de la chose et je ne le souhaite pas. Je ne veux pas que la question du racisme soit un tabou pour mes futurs potentiels enfants, je ne veux pas qu'on les regarde avec mépris juste à cause de leur taux de mélanine, je ne veux pas qu'ils aient mon enfance ou qu'ils grandissent dans ce genre de monde. Je n'ai pas envie de fermer les yeux sur le racisme et je refuse qu'on n'en fasse pas autant autour de moi (ou alors qu'ils assument, qu'ils ne sociabilisent pas avec la pas-totalement-leur-égal que je suis).

    Je suis désolée c'est très brouillon et très négatif. J'ai essayé de faire court (lol. Oui j'y ai vraiment cru:sweatdrop:) et d'être claire, mais je n'arrive même pas à bien retranscrire mon ressenti. Je suis juste énervée et déçue.

    Je lis par moment vos posts un peu attristé du fait qu'il y ai peu d'interventions de nouvelles personnes sur le topic.
    Je voulais juste répondre sur ce point.

    Pour ma part, je n'arrive toujours pas à correctement pointer du doigt ce qui me gêne sociétalement et en moi même (en fait j'ai du mal à repérer ce qui est sociétal de ce qui vient de moi..). Je ne sais pas non plus très bien m'exprimer. On ne m'a jamais sensibiliser au racisme, donc je ne me figure pas toute le cheminement que prend cette discrimination puisque je ne suis pas extérieur à ce schéma socio culturel. Comment atteint il les personnes faisant acte de racisme et ceux qui vont subir le racisme. Je ne connais que ce que je ressens et je n'ai jamais eu l'occasion de le partager, encore moins d'avoir toutes les cartes en mains pour l'analyser:rolleyes:. Je me remets souvent en question (je doute constamment, de tout et de tout le monde [sauf de mes parents alors que bon], mais aussi de moi et de mon point de vue) et comme on m'a élevé en me disant que la France était le plus beau pays au monde et que le racisme c'était fini, qu'effectivement, mes amis sont tous blancs; bon, ça a été très dur de réussir à saisir la sensation de malaise avec laquelle j'ai grandi et de trouver les mots pour la décrire.
    En tout cas, pour moi, il m'est difficile d'être pertinente car ça me met face à mes peurs, à l'une de mes plus grande blessure et à ma solitude. Ce que je n'avais pas trop envie de faire avant (et ce dont franchement je ne suis toujours pas spécialement en joie de faire maintenant).

    Aussi, intervenir ici ce n'est pas évident. Je veux dire intervenir de façon pertinente et profonde ne m'est pas évident. La, je geins finalement:rolleyes:. Je n'ai que peu de connaissances et même si depuis un an/un an et demi je potasse quelques trucs, baaah il me faut le temps de les intégrer, de les comprendre et aussi pour certaines choses de les accepter. Le tout en gardant un esprit un minima critique parce que je veux être actrice de mes opinions et pas seulement les recracher sans convictions. Bref, c'est long. Et c'est encore plus long quand autour de soit personne n'en parle vraiment, élude voire nie sa propre réalité.

    Je n'ai aucune "identité" en tant que racisée, et mon identité culturelle n'est jamais complètement reconnue. Je n'ai que ma couleur de peau. Je pensais avoir le fessier entre deux chaises, mais finalement même pas. J'ai l'air de faire du « booouh tous les blancs sont méchants ouin » mais je pense être réaliste. Je fais très bien la différence entre mes amis blancs qui n'ont jamais (je répète JAMAIS) fait de différences, d'insinuations ou de suppositions face à mes goûts, compétences, attentes supposés (par ma couleur de peau donc et je vous épargne les exemples sales). Je précise, ils sont rares, je les compte sur les doigts d'une unique main. Et ceux qui en ont fait. Même une fois. C'est bien suffisant pour percevoir qu'au final, ces gens ne me voient pas vraiment comme une personne normale, comme une personne "comme eux". Certains me fréquentaient depuis longtemps, ne se disent pas raciste (évidemment) mais présuppose quand même que j'ai des envies, goûts, attentes différentes des leurs (tout en connaissant mon histoire et donc mon éducation). Donc non, je n'ai pas confiance dans les personnes blanches et clairement je ne peux/veux plus me dire française, occidentale. Je ne suis pas comme ces gens et ils ne me reconnaissent pas comme des leurs. Je ne suis pas plus légitime en tant que personne racisée, j'ai l'impression.

    Et bref, tout ça, c'est ce qui me rend non pertinente. C'est ce qui me rend fragile aussi. C'est ce qui me fait psychoter. Je ne vis que des embryons d'analyses quotidiennement tué dans l’œuf par à peu prés tout le monde autour de moi (pour ne pas les déranger dans leur vision d'un monde manichéen je suppose:rolleyes:).. Du coup, je préfère vous lire plutôt que de l'ouvrir.
     
    Ana-Esperanza, Faolán, Ada or ardor et 15 autres ont BigUpé ce message.
  9. Allitché

    Allitché
    Expand Collapse
    Mon ethnicité ne définit ni mes origines ni mes racines. T'as compris?!

    @Little Moi-Même :hugs::hugs::calin::calin:
    Ooooh j'ai essayé de pas pleurer, pas pleurer, mais vraiment, tu écris trop bien :jv:
    Je vais te répondre à chaud parce que je suis un peu sous l'émotion mais vraiment merci pour ce que tu as écrit, que tu aies pris le temps de l'écrire. Parce que comme toi, je me demande encore parfois si je suis légitime, si j'ai inventé tout ça, si je ne me bloque pas toute seule, si ma "fausse" couleur de peau qui fait que je ne subis que le racisme ordinaire m'enlève la légitimité de parler du racisme systémique... alors de savoir, de (re)lire les doutes des gens, bah c'est très con à dire mais ça rend plus forte, à un niveau individuel. De savoir qu'on peut mal vivre tout ça, se le prendre très violemment sur soi.
    Mais en même temps, c'est douloureux à lire, c'est de savoir qu'une personne de plus en chie, pleure, ne sait pas, plus où elle en est. C'est pas juste au fond :tears:

    Sinon je pense pas qu'on a vocation à parler que de trucs "sérieux", je crois qu'on est aussi là pour se poser des questions, et se raconter nos expériences ça en fait partie en quelque sorte. Mais ce que tu ressens est légitime et il est bien possible qu'il t'aide parfois à appréhender de façon "sérieuse" ou experte ou technique. Je trouve qu'on a ressorti pas mal de trucs pertinentes dans nos moments de "geindre" justement. Perso, je fais pas vraiment de distinction, j'ai toujours trouvé fructifiants les échanges ici.
    De façon, le problème général je crois c'est qu'il y a moins de gens sur le forum en général, pas seulement ici. J'ai vu pas mal de topics désertés ces temps :hesite:
     
    Ana-Esperanza, Little Moi-Même et littlecassy ont BigUpé ce message.
  10. littlecassy

    littlecassy
    Expand Collapse

    @Little Moi-Même Hey c'est cool que tu puisses poser ton expérience et tes idées, je suis depuis longtemps ce topic en sous-marin et je t'assure que c'est aussi fait pour ça. Même si l'endroit n'est pas tout à fait safe, c'est déjà mieux qu'ailleurs.

    Je me retrouve pas mal dans ta situation. Je suis métisse avec un entourage 100% blanc à part ma mère mais qui n'a jamais rien partagé avec moi de sa culture, ne m'a jamais appris ce que c'est que d'être (à moitié) noire. (Ex : c'est ma grand-mère blonde aux yeux bleus qui coiffait mais cheveux frisés/crépus quand j'étais gamine, je t'explique pas la catastrophe.) Donc comme toi je dois apprendre par moi-même comment vivre en étant racisée dans ce monde où tout est orienté blanc. Le cul entre deux chaises (où vraiment nul part comme tu dis), je connais. J'ai aussi du apprendre ce qu'est le racisme et je suis dans le même cas que toi aujourd'hui où tout me révolte et je n'ai plus envie de laisser passer quoi que ce soit.

    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !

    Et pour ta question de si c'est dans ta tête ou pas, et bien je passe par les mêmes interrogations que toi. Je me dis que j'imagine ; j'ai jamais la certitude que c'est du racisme , même en sachant tout ce que je sais à ce sujet. C'est le pire. On est dans un pays colorblind dans lequel parler du racisme, c'est déjà être raciste parce que ça signifie prendre en compte la couleur des gens. C'est horrible mais ce n'est pas prêt de changer. C'est le mécanisme le plus pernicieux du racisme. On en vient à se convaincre nous même que c'est juste nous le problème, que c'est juste une blague, juste "comme ça" et pas la société qui déconne. Si tu hésites, c'est surement du racisme, pas forcément voulu, c'est juste ancré dans la société et en ses membres.

    Si des fois tu en as marre et tu veux juste tout lâcher, n'hésite pas à venir me parler en MP. Je sais ce que c'est de n'avoir personne à qui parler de ça.
     
    Ana-Esperanza, Lou-A., Emenulis et 6 autres ont BigUpé ce message.
  11. littlecassy

    littlecassy
    Expand Collapse

    Désolée, je double post très exceptionnellement (et en plus pour faire un hors sujet :facepalm:).
    @Allitché J'avais aussi l'impression depuis un an que le forum et le mag étaient de moins en moins fréquentais. Après, je m'étais dit que c'était parce que les gens commentaient en masse sur FB et comme cette veille est le seul endroit du forum que je fréquente encore (de temps en temps), vue la manière dont ses participants sont traités, il est normal que les interventions se raréfient. Mais du coup c'est vraiment sur l'ensemble du forum que c'est comme ça ? Je me souviens d'il y a 3-4 ans où les 3/4 des articles recevaient au moins 100 commentaires. C'est un peu triste...
     
  12. Emenulis

    Emenulis
    Expand Collapse
    Black Magic

    @Little Moi-Même ; je me retrouve totalement dans ton post.
    Je suis Noire, guadeloupéenne pour être précise, et j'évite totalement de discuter de ce genre de choses avec mon entourage ; ma famille (très très proche / ceux avec qui j'ai déjà abordé le sujet) en tout cas n'est pas très portée sur le sujet.

    Pour faire simple et rapide :

    - Avec mon père je peux vaguement en discuter, mais pas trop. Il a toujours considéré tout ce qui a un rapport avec le racisme comme une sorte de "déclencheur". Le racisme/les films ou documentaires qui abordent le sujet = étincelle et mon père = gros baril d'explosifs. Il ne m'empêche pas de m'exprimer, ou autre ou même de lui en parler ; mais il sait très bien l'effet que ça peut avoir sur lui.

    - Avec ma mère, depuis quelques temps c'est plus "simple", elle y montre plus d'intérêt. Mais j'ai l'impression qu'elle préfère écouter vite fait et changer de sujet en fonction de ce dont on parle.

    - Mon frère quant à lui, il pense que dans toutes les société, il y a un rapport dominant / dominé. Que ça a toujours été comme ça, et que ça ne changera pas forcément ; que si personne n'a de pouvoir et de solution, les voix ne servent à rien à part faire entendre sa frustration.

    Donc clairement avec ma famille on peut vaguement discuter de ça.

    En ce qui concerne mon entourage amical, au début, j'étais assez tolérante. Je prenais le temps d'expliquer les choses, d'expliquer pourquoi telle chose était raciste et pourquoi je ne souhaitais plus l'entendre. Puis je me suis dit, qu'avec toutes les ressources (revues/films/articles/net/livres) qui abordaient la question, avec l'Histoire ; il était TRÈS facile de comprendre pourquoi X ou Y ne se disait pas / qu'est-ce qu'une microaggression / le colorisme / les clichés / l'appropriation culturelle / le black féminism / le féminisme intersectionnel. Et qu'une personne qui fait un usage totalement banal de certains mots, qui fait des """blagues""" racistes VEUT le faire. Qu'elle en ait conscience ou pas, maintenant je n'en ai rien à carrer.
    Je ne mets plus mon énergie dans "l'éducation" de certains, parce que ce n'est pas vraiment à moi "d'éduquer" qui que ce soit.
    Si un personne s'intéresse réellement à l'impact de ses mots sur autrui, elle pose des questions, elle se documente = elle fait explicitement comprendre qu'elle veut apprendre ect.
    Mais personnellement, les personnes qui exposent leur racisme latent (ou décontracté) clairement : dissmissed. Celles qui se complaisent dans le féminisme blanc, en plus d'essayer de me faire rentrer dans le moule et me parle de division dès que je parle de black feminism ou de féminisme intersectionnel : dissmissed.



    Après je pense qu'il faut déjà avoir en soi une grande patience pour discuter avec des gens qui font les sourds.
     
    Ana-Esperanza, Haunted, Allitché et 2 autres ont BigUpé ce message.
Chargement...