Je m'attend à la volée de bois vert mais...concernant le "choix esthétique", quid de la mise en scène? Marie-Charlotte n'en parle pas dans son article...
En tant que noire, je n'adhère ni à l'encensement de Libé et autre, ni à cet article pour être sincère.
Je reviendrais plus tard pour exprimer la chose plus longuement.
 
De plus, en quoi ces copines ne pourraient pas se fréquenter à quatre parce qu'elles sont noires ? Aurions-nous fait cette réflexion si elles étaient blanches ? Si cela vous dérange tant, vous pourrez constater qu'il y a différentes "ethnies" du côté des garçons, mais aussi lors de scènes plus larges lorsque nous nous décentrons des personnages principaux.
Mais oui, c'est tout à fait ça, si ça nous dérange qu'elles soient toutes noires, c'est parce qu'on est racistes.

Trêve de plaisanterie. Relis nos messages. Ce qui nous gêne, ou en tout cas ce qui me gêne personnellement, ce n'est pas qu'elles soient toutes noires, c'est qu'on ne choisisse que des femmes noires pour incarner des personnages issus des banlieues, qui volent et qui se battent. C'est le contexte qui est dérangeant. On vient bien renforcer des clichés racistes. Et c'est d'autant plus dérangeant que le cinéma français est quand même très avar de personnages noirs qui sortent de cet archétype.

Et sache que je ne fais que relayer des critiques qui ont été émises par des filles noires de mon entourage. Donc si elles sont dérangées par cette façon dont on les représente, c'est qu'il y a un petit peu un problème, non ?
 
http://www.slate.fr/story/93729/etre-invisible-en-france

Je trouve l'article de Slate vraiment très bien et j'aurais aimé que la réalisatrice défende plus cette idée de représentation des femmes noires, parce qu'il est là le vrai intérêt du film !
Je l'aime moyennement moi cet article. Déjà, il n'aborde pas du tout le sujet selon le même angle que Madmoizelle et parle non pas de problèmes de racisme mais d' "identification". Je vais grossir le trait, mais en gros, slate écrit que "si on ne peut pas s'identifier, alors on ne se sent pas exister. Alors merci "Bandes de filles" pour permettre aux noires enfin d'exister".
Déjà, ils font allègrement l'impasse sur les programmes télévisés actuels (et même ceux que je regardai ado) où il est de moins en moins difficile de trouver des héroïnes noires. Ca reste, certes plus difficile dans le monde du cinéma, mais les séries, les émissions télévisées que l'on voit quotidiennement à la télé sont tout de même riches culturellement.
Ils font allègrement l'impasse sur le fait qu'en réalité à l'école, lorsqu'on fait de la littérature, en général (sauf peut-être dans les toutes dernières années) personne ne s'attarde sur l'ethnie de l'auteur, et que des auteurs "non blancs" il y en a.
Et surtout, ils renforcent cette idée qu'on a besoin d'un "modèle", qu'on a besoin de faire partie d'une communauté, d'être bien rangé dans une case pour exister.
Non. "Bandes de filles" c'est juste un film avec des héroïnes noires.

Le propre d'un héro normalement, c'est d'être universel... Sa couleur de peau ne devrait pas en faire l'égérie d'une seule partie de la population.
 
Je suis contente de lire cette critique sur Mad,
J'ai vu le film en avant première et jusqu'à présent je ne voyais que des critiques positives. Personnellement j'ai trouvé le film très plat, à la fin je reste totalement sur ma faim (jeu de mot involontaire).

Je trouve qu'il n'apporte rien de très différent à ce que l"on voit dans les reportages tv sur ces jeunes de cité.
J'ai écrit un article à ce sujet et plusieurs personnes de mon entourage s'y sont retrouvés. Au-delà du film, je pense que c'est tout un système qu'il faut remettre en cause, cette représentation sans cesse stéréotypée des Noirs, des jeunes de banlieue. Comme s'il fallait qu'on soit toujours dans des situations d'échec. C'est fatiguant à la longue.

J'en parlais hier avec une fille qui disait qu'elle trouvait qu'on dirait qu'en France on ne veut pas voir des Noirs qui réussissent, on se complaît à les représenter dans des situations de misère, ou alors d'exotisme, jamais dans des parcours banals ou exceptionnels. C'est très violent et pourtant je suis d'accord avec cela. On est constamment obligés de se tourner vers les US pour trouver des personnages Noirs qui ne rentrent pas dans les "cases habituelles" shit/violence/précarité. Certes, les US ont également des progrès à faire sur la question mais j'ai l'impression que c'est le Moyen-Age ici comparé à làbas.


L'article de Slate sur la représentation des femmes Noires est super intéressant.
 
@Lulilule Ben apparemment au cinéma (français de surcroît) ça manque cruellement !
Après je pense bien que les filles noires n'ont pas besoin de voir ce film pour exister mais bon ça améliore leur représentation alors franchement pourquoi pas même si le film n'est pas parfait (ça reste bien évidemment une fiction)
Et puis si ça peut donner l'envie à d'autres filles noires de faire du cinéma, c'est tout bon !
 
@Lulilule Ben apparemment au cinéma (français de surcroît) ça manque cruellement !
Après je pense bien que les filles noires n'ont pas besoin de voir ce film pour exister mais bon ça améliore leur représentation alors franchement pourquoi pas même si le film n'est pas parfait (ça reste bien évidemment une fiction)
Et puis si ça peut donner l'envie à d'autres filles noires de faire du cinéma, c'est tout bon !
Je n'ai rien contre le film, c'est l'analyse de Slate qui, je trouve, est vraiment limite (et avec des omissions assez singulières). Le problème ce n'est pas le film, c'est tout le pseudo-constat sur la société actuelle et le soit-disant mal d'identification intolérable des femmes noires dans la société que fait l'article (de Slate donc).
 
@Lulilule Ben apparemment au cinéma (français de surcroît) ça manque cruellement !
Après je pense bien que les filles noires n'ont pas besoin de voir ce film pour exister mais bon ça améliore leur représentation alors franchement pourquoi pas même si le film n'est pas parfait (ça reste bien évidemment une fiction)
Et puis si ça peut donner l'envie à d'autres filles noires de faire du cinéma, c'est tout bon !
En quoi ça améliore notre représentation si c'est pour reproduire encore et toujours les mêmes clichés ?
 
H

Himi

Guest
Déjà, ils font allègrement l'impasse sur les programmes télévisés actuels (et même ceux que je regardai ado) où il est de moins en moins difficile de trouver des héroïnes noires. Ca reste, certes plus difficile dans le monde du cinéma, mais les séries, les émissions télévisées que l'on voit quotidiennement à la télé sont tout de même riches culturellement.
.
Gné ?! Tu peux m'en citer s'il te plait ? C'est pas une attaque je suis vraiment curieuse parce que là comme ça j'en ai absolument aucun en tête. Et sur le sol français de préférence, vu que c'est le sujet de l'article.
Ils font allègrement l'impasse sur le fait qu'en réalité à l'école, lorsqu'on fait de la littérature, en général (sauf peut-être dans les toutes dernières années) personne ne s'attarde sur l'ethnie de l'auteur, et que des auteurs "non blancs" il y en a.
Et surtout, ils renforcent cette idée qu'on a besoin d'un "modèle", qu'on a besoin de faire partie d'une communauté, d'être bien rangé dans une case pour exister.
Non. "Bandes de filles" c'est juste un film avec des héroïnes noires.
Le propre d'un héro normalement, c'est d'être universel... Sa couleur de peau ne devrait pas en faire l'égérie d'une seule partie de la population.
Personne n'a pas parlé de communauté mais de représentation. Et oui, on a besoin de modèle. Un modèle qui ne serait pas là pour dire "fais tout comme moi" mais pour te montrer et ce, dès le plus jeune âge, que si tu en as envie, tu le peux. Un modèle qui ouvre le champ de tes possibilités. Alors bien sûr en tant que noir-e, on peut prendre modèle sur des blancs, je l'ai fait et je le ferai encore et je ne pense pas que ce soit mal. Cependant, je sens que je n'ai de toute façon pas d'autre choix que d'agir de cette façon puisque les noir-e-s sont encore très, très loin d'être représentés dans les médias avec la complexité que chaque être humain possède.

Tu dis que personne ne s'attarde sur l'ethnie de l'auteur lorsque l'on étudie la littérature à l'ecole. Mais bien évidemment. Dans l'imaginaire commun, comment un auteur pourrait être autre chose que blanc ? Pas besoin de s'y attarder. Oui, il y a des auteurs "non blanc" mais est-ce qu'on les étudie ? Dans toute ma scolarité (là je parle de la scolarité obligatoire au sens large, pas des études supérieures), la seule oeuvre écrite par un noir que j'ai étudiée est L'enfant noir de Camara Laye. Je n'avais que 9 ans, cette histoire ne faisait référence à rien de ce que j'avais vécu dans mon quotidien de petite fille noire certes, mais française, cependant je peux te dire que ça m'a fait un BIEN FOU. Parce qu'avant d'avoir lu ce livre, j'étais persuadée dans que la littérature ben, c'était reservé aux blancs. Et attention,je n'ai jamais pensé ça ouvertement et clairement c'est juste que ça allait de soi, c'était aussi naturel que de dire "chaque jour, le soleil se couche". En tant que noir-e dans un monde dominé par les blancs, on finit insidieusement par integrer qu'il y a des choses reservées aux blancs auxquels en tant que personnes noires, on ne pourra jamais accéder. La voilà, l'importance des modèles. C'est très beau de dire qu'un héro est universel,etc... mais dans la réalité quand t'es noir en France (et autre pays non-blanc), on te renvoie sans cesse à tes origines de façon négative et l'absence de modèle est une violence supplémentaire. On n'est pas reconnus dans la société française et de ce fait, on n'est pas reconnus en tant qu'être humain.
 
Dernière édition par un modérateur :
Gné ?! Tu peux m'en citer s'il te plait ? C'est pas une attaque je suis vraiment curieuse parce que là comme ça j'en ai absolument aucun en tête. Et sur le sol français de préférence, vu que c'est le sujet de l'article.
Dans les séries américaines, je me souviens que je regardai ado Phénomène Raven et Sister Sister.
Aujourd'hui, il y a Détectives sur France 2 dans les séries Françaises, mais j'avoue que de manière générale je ne regarde pas tant que ça les séries françaises. En revanche, on a plusieurs animateurs et animatrices de couleur et origines diverses sur toutes les chaînes.

Personne n'a pas parlé de communauté mais de représentation. Et oui, on a besoin de modèle. Un modèle qui ne serait pas là pour dire "fais tout comme moi" mais pour te montrer et ce, dès le plus jeune âge, que si tu en as envie, tu le peux. Un modèle qui ouvre le champ de tes possibilités. Alors bien sûr en tant que noir-e, on peut prendre modèle sur des blancs, je l'ai fait et je le ferai encore et je ne pense pas que ce soit mal. Cependant, je sens que je n'ai de toute façon pas d'autre choix que d'agir de cette façon puisque les noir-e-s sont encore très, très loin d'être représentés dans les médias avec la complexité que chaque être humain possède.
Tu dis que personne ne s'attarde sur l'ethnie de l'auteur lorsque l'on étudie la littérature à l'ecole. Mais bien évidemment. Dans l'imaginaire commun, comment un auteur pourrait être autre chose que blanc ? Pas besoin de s'y attarder. Oui, il y a des auteurs "non blanc" mais est-ce qu'on les étudie ? Dans toute ma scolarité (là je parle de la scolarité obligatoire au sens large, pas des études supérieures), la seule oeuvre écrite par un noir que j'ai étudiée est L'enfant noir de Camara Laye. Je n'avais que 9 ans, cette histoire ne faisait référence à rien de ce que j'avais vécu dans mon quotidien de petite fille noire certes, mais française, cependant je peux te dire que ça m'a fait un BIEN FOU. Parce qu'avant d'avoir lu ce livre, j'étais persuadée dans que la littéraure ben, c'était reservé aux blancs. Et attention,je n'ai jamais pensé ça ouvertement et clairement c'est juste que ça allait de soi, c'était aussi naturel que de dire "chaque jour, le soleil se couche". En tant que noir-e dans un monde dominé par les blancs, on finit insidieusement par integrer qu'il y a des choses reservées aux blancs auxquels en tant que personnes noires, on ne pourra jamais accéder. La voilà, l'importance des modèles. C'est très beau de dire qu'un héro est universel,etc... mais dans la réalité quand t'es noir en France (et autre pays non-blanc), on te renvoie sans cesse à tes origines de façon négative et l'absence de modèle est une violence supplémentaire. On n'est pas reconnus dans la société française et de ce fait, on n'est pas reconnus en tant qu'être humain.
Et je reviendrai sur ma phrase précédente qui est qu'un héro doit avant tout être universel. L'article de Slate ne parlait pas de "représentation" évidemment qu'il faut représenter les gens, mais d' "identification". Sur ce point là, je ne suis pas d'accord sur le fait qu'il faille mettre sur les écrans des personnages noirs pour que les noirs puissent s'y identifier, des personnages asiatiques pour que les asiatiques s'y identifient etc. Ca, c'est mettre les gens dans des cases... Et typiquement pour moi, c'est être raciste.
En plus, dire que parce qu'il n'y a pas de modèle les gens ne peuvent pas se sentir exister c'est mettre tellement de gens à la marge de la société. Le message n'est pas bon. Il y a trop de personnes différentes. On ne pourra pas montrer à toutes les personnes qui existent que "toi aussi tu le peux" en mettant à l'écran quelqu'un qui leur ressemble. Aujourd'hui, le message aurait dû être "tu n'es pas différent, tu peux le faire" et non pas "regarde il est comme toi et il l'a fait !". Pour moi, c'est ça l'idée d'égalité.

PS : quant aux auteurs "non blancs" qu'on étudie, l'un des plus connus est très certainement Dumas. ;) Et je ne vois pas de quelle façon aborder l'ethnie d'un auteur à l'école si cela n'a aucune pertinence dans l'étude qui en est faite sans être... et bien, raciste encore.
 
Quoi quoi quoi ?? Mais tu sais pas que ces deux femmes sont des exemples de liberté pour toutes les jeunes filles noires ? Un modèle un espoir pour toutes celles qui galèrent dans leur banlieue .


Bon blague a part ce qu'il dit me rappelle le reportage de 66 min sur les femmes noires fan de Beyoncé/Rihanna il faudrait que je retrouve le lien c'est assez hilarant.
Non mais ce reportage :slap: :slap: :slap:
 
  • Big up !
Reactions : Shiera S
L

La femme de Frank

Guest
Euh alors j'avais déjà du mal à saisir les commentaires sur le précédent article à propos du film - simplement parce que même si les réflexions étaient justes, aucun devoir de représentation à la fois égalitaire et réaliste n'incombe à Céline Sciamma - mais là les problématiques posées me semblent encore une fois à-côté. Bien sûr que lutter contre les clichés notamment à ce sujet est indispensable et que la marge de progrès est encore énorme ; si Bande de filles pouvait y participer pleinement ce serait tant mieux, mais si ça n'est pas le cas malheureusement tant pis ! Écrire de telles critiques revient pour moi à déplacer les enjeux cinématographiques dans un champs où il n'ont pas fondamentalement vocation à être. À ma connaissance Sciamma n'a pas déclaré que ce film était chargé d'une mission militante. Tout cet article tourne autour de l'expression "parti-pris esthétique et politique" qui me paraît bêtement mal comprise. Elle sert uniquement à qualifier ce choix de casting tout simplement parce qu'il est plus que rare dans le cinéma (français ou pas). L'esthétique n'est bien entendu pas ici employé dans son premier sens, comme on parlerait d'un procédé technique. Je ne vois pas pourquoi faire un tel procès d'intention à la réalisatrice - foncièrement raciste si l'on se base sur l'article - pour des termes qui ne font que découler de la certes triste réalité.

Un extrait de cet article de Slate qui éclaircira peut-être : "Ce sont les corps, ce sont les mots, ce sont les visages et le bagou et les mimiques, Bande de filles devient une sorte d’ode endiablée à un principe vital qui participe de tout ce qui définit ses protagonistes –jeunes, filles, noires, de banlieue– et ne cesse d’échapper à ces définitions, de les excéder sans les renier. Et c’est ce très heureux parti-pris, qui défait la sociologie appliquée, d’élire uniquement des personnages noirs, choix esthétique au meilleur sens du mot, en ce qu’il construit une grand nombre de possibilités visuelles, sensitives, tout en révoquant toute question ethnique ou communautaire"

PS : J'ai vu le film (et n'irais pas l'encenser).
 
Dernière édition par un modérateur :

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes