Cette nuit où j'ai eu peur d'avoir violé mon amant

22 Avril 2015
455
3 947
3 024
Paris
A quel moment on passe le point où ça devient ok de se soulager avec un corps inanimé ?

C'est exactement ça. Je pense qu'on peut débattre de plein de choses et questionner plein de concepts autour de cet article comme l'a très bien fait @candyclown dont je trouve les interrogations très pertinentes, mais cette phrase clos parfaitement le débat sur si c'était vraiment si grave en fin de compte. Réponse : Oui c'est grave.

Et loin de moi l'idée de vouloir lapider l'auteure de l'article en place publique, au contraire je trouve son témoignage très courageux et nécessaire.
 
6 Juillet 2017
45
681
239
Beaucoup de personnes évoquent le fait que dans la situation inversée on serait beaucoup plus choqué(e). C'est vrai, mais est-ce que la situation inversée est réellement une situation équivalente ?
Et si on enlevait la question du genre de l'équation ? Si on imagine un couple d'hommes homosexuels dans le même genre de situation, je serais beaucoup plus choquée que le pénétrant continue alors que le pénétré s'est endormi que l'inverse. Dans le premier cas je parlerais de viol, dans le second d'agression sexuelle. J'ai peut-être tort, mais je le ressens vraiment comme ça et ça me gêne qu'on ne distingue pas l'un de l'autre, comme si toutes les violences se valaient.
Dans le cas du témoignage de l'article, je trouve qu'il s'agit d'une agression sexuelle. Cependant, il faut prendre en compte le contexte, le ressenti des personnes présentes et la dynamique de la relation pour juger de la gravité des faits. Ici, au final, pas de conséquence grave et c'est heureux. Mais c'est un témoignage utile, qui interroge : même bien informé(e) sur le consentement, on peut se retrouver à ignorer celui de la personne en face sous l'effet de l'alcool, de l'envie, d'un contexte jusque-là consensuel... C'est pour ça que le débat et l'interrogation sont utiles : pour comprendre que les limites ne sont pas une valeur absolue mais quelque chose que chaque couple doit définir (et pas a posteriori :non:). Dans cette situation, je trouve qu'elle aurait dû arrêter et lui en parler le lendemain : si la situation s'était à nouveau présentée, elle aurait pu se livrer à son "délire masturbatoire" avec son autorisation. Mais c'est un peu facile de faire la leçon après coup, alors bon : chapeau quand même pour la remise en cause et le témoignage, c'est le signe qu'elle en a tiré une leçon et veut en faire profiter d'autres !
En tout cas, ça me conforte dans l'idée que "boire ou jouir, il faut choisir" :lunette:
 
18 Février 2014
1 824
11 717
4 674
35
Dublin
Ça me perturbe que certain.e.s mentionnent un consentement a priori « général » ou à l’avance. Pour moi c’est quelque chose qui se vit sur le moment. Des fois j’aime bien un truc, et d’autres j’en ai pas du tout envie.

Je ne vois pas comment on peut dire « vas-y, fait comme tu veux, je serais toujours partant.e pour cette chose la ».
 
7 Juin 2016
98
324
2 214
30
Paris
Beaucoup de personnes évoquent le fait que dans la situation inversée on serait beaucoup plus choqué(e). C'est vrai, mais est-ce que la situation inversée est réellement une situation équivalente ?
Et si on enlevait la question du genre de l'équation ? Si on imagine un couple d'hommes homosexuels dans le même genre de situation, je serais beaucoup plus choquée que le pénétrant continue alors que le pénétré s'est endormi que l'inverse. Dans le premier cas je parlerais de viol, dans le second d'agression sexuelle. J'ai peut-être tort, mais je le ressens vraiment comme ça et ça me gêne qu'on ne distingue pas l'un de l'autre, comme si toutes les violences se valaient.
@Dhuoda, je suis ton raisonnement d'un point de vu légal... Effectivement on parle de viol lorsque l'on est pénétré : une sodomie forcée est un viol, mais une fellation forcée est une agression sexuelle. Cependant, c'est, je trouve, une jolie faille dans la loi, car moralement, je ne vois aucune différence...
 
13 Mars 2015
245
1 777
3 824
35
Tous ses avis démontre bien que tout le monde n'as pas le même avis et encore moins le même ressenti des choses.
Pour moi cela démontre encore plus le besoin de consentement mutuel, sinon comment savoir si quelque chose qui semble ok pour nous l'est pour la personne en face.

Le consentement ce n'est pas forcément checker toutes les 5 minutes si c'est ok. Bien sur dans mon couple depuis plusieurs années on se check pas à chaque instant. Mais si l'un de nous ne veut pas à tel moment ou tel chose on se le dit.
Sauf que si on est endormi ben on peut pas se le dire héhé logique. Et je me rend compte avec cette discution qu'on a jamais parlé malgré qu'on parle de tout de ce cas précis (se réveiller avec des caresses et plus), va falloir qu'on le fasse car perso je suis pas sur d'apprécier ça au vu de mon expérience, et j'ai pas envie de me rendre compte que je suis pas ok ... après.

En tout cas à la lecture de plusieurs commentaires je me sent assez vaseuse et me dit qu'il y a encore du travail pour que les relations soit safe pour tout le monde.

Et dans le cas présent , le gars s'en fou après tant mieux, un drame d'évité. Mais si l'inverse ? Mais si en y réfléchissant un peu de temps après sa première réaction il se sent pas bien ? Rien que ces possibilités existe prouve à mon sens que la situation n'est pas bonne.
 
6 Juillet 2017
45
681
239
@Zoyata : Moralement il n'y a pas de différence, mais la justice ne s'intéresse pas tellement à la morale : ce qui l'intéresse, c'est la gravité des faits et la sentence proportionnée. Par exemple, pour un homme, subir une main aux fesses et subir une fellation forcée ne sont pas du même niveau de gravité et j'ose croire que les peines prononcées ne seraient pas les mêmes alors que techniquement il s'agit dans les deux cas d'une agression sexuelle. Tout comme le viol a différents niveaux de gravité (facteurs aggravants : viol conjugal, par personne ayant autorité, sous menace d'une arme, etc). Il faut bien une frontière entre agression sexuelle et viol, et celle de la pénétration ne me semble pas mauvaise, même si elle mérite bien sûr d'être interrogée.
Si on demande à un homme s'il avait à choisir entre être utilisé contre sa volonté comme pénétrant ou comme pénétré, je ne pense pas qu'on trouve beaucoup d'homme qui choisirait le deuxième cas de figure. Les deux sont des violences sexuelles, mais l'une est plus traumatisante (psychologiquement et physiologiquement), je ne trouve pas anormal qu'il y ait une gradation. Je trouverais par contre anormal que la "moins grave" ne soit pas reconnue comme violence sexuelle ! Et c'est encore trop souvent le cas, malheureusement (je pense à Shia Labeouf par exemple)
 
22 Avril 2015
455
3 947
3 024
Paris
@candyclown Ne sois pas désolée, au contraire je les trouve vraiment intéressantes tes réflexions. Je suis la première à vouloir tout questionner jusqu'à la moelle sans m'arrêter à la première couche, à retourner les choses dans tous les sens, même les idées auxquelles je suis le plus attachée. Je trouve ça tellement nécessaire de se poser des questions qui fâchent, des questions qui peuvent sembler contre-intuitives, voire qui flirt avec les limites de notre positionnement face au monde. C'est que comme ça qu'on évolue, ce n'est pas en restant accroché à nos certitudes coute que coute, parce que si tu es droit dans tes bottes et confiante en ce en quoi tu crois, rien ne pourra ébranler tes convictions, mais réussir à les confronter ne pourra que les renforcer.

J'imagine bien tout le cheminement par lequel tu as du passer pour en arriver aux convictions que tu as aujourd'hui. On est très nombreuses à s'être prise cette 'claque' dont tu parles, à avoir réussi à transformer profondément notre rapport au corps et à la sexualité. L'histoire que tu racontes est abominable, ça me brise profondément le coeur de savoir que ce genre de choses arrivent encore trop souvent. Mais j'ai l'impression que t'as réussi à en tirer une force mentale incroyable et une envie de repenser tout ce qui te semblait acquis ou évident à une période de ta vie. Et c'est extra, parce que ça va poser les bases d'une autre conception des rapports humains. On est un peu des pionnières. On va peut-être encore devoir en chier un petit peu, mais j'espère que le terrain qu'on aura préparé pour les futures générations sera propice à l'éclosion d'une nouvelle sexualité vraiment positive, où des expériences comme les tiennes, seront considérés comme des abominations par tous les hommes et les femmes.
 
Dernière édition :
7 Juin 2016
98
324
2 214
30
Paris
@Dhuoda je comprends un peu ta réflexion, mais je ne la partage pas. Si je compare ce qui peut être comparable quand ça s'applique à moi, qu'on ne me demande pas de choisir entre me faire caresser le clitoris et me faire pénétrer (les deux contre mon gré), ça reviendrait au même de mon côté.

Moralement il n'y a pas de différence, mais la justice ne s'intéresse pas tellement à la morale
je serais beaucoup plus choquée que le pénétrant continue alors que le pénétré s'est endormi que l'inverse.
Les deux sont des violences sexuelles, mais l'une est plus traumatisante (psychologiquement et physiologiquement), je ne trouve pas anormal qu'il y ait une gradation.
Par contre tu te contre-dis légèrement... J'entrevois ce que tu essaye de dire, mais je pense que c'est un peu maladroit.
 
6 Juillet 2017
45
681
239
@Zoyta : je ne cherchais pas à te convaincre en fait, juste à exprimer ce que je ressens (d'où ma maladresse j'imagine). Et ayant vécu viol comme agression sexuel, je suis mal à l'aise avec l'assimilation des deux.
La culture du viol tente de décaractériser tout ce qui ne correspond pas au schéma très minoritaire "viol sous la menace d'une arme dans une ruelle sombre par un inconnu". Mais faire l'inverse et dire que tout est viol me semble une autre façon de faire perdre toute sa substance au concept de viol :dunno:
 
7 Juillet 2016
2 396
41 229
2 574
@Elkaria : Ben c'est un peu comme ça que je fonctionne avec mon mari. :shifty:
Dans une situation similaire à celle de l'article, ni l'un ni l'autre n'aurions vu le souci. Je lui en ai parlé, il a même ajouté : "et en prime je me serais fait engueuler le lendemain d'avoir osé m'endormir" :cretin:
Bref, le contexte est à prendre en compte. Dans le cadre d'une relation amoureuse, durable, faite de confiance et de plaisir, il n'est pas foufou que oui, le consentement soit la règle et le non consentement l'exception.. Puis, y a un moment, tu connais ton partenaire, et tu sais pertinemment jusqu'où tu peux aller ou non.
 
27 Novembre 2014
2 614
25 152
2 584
35
Ben déja que je vois même pas comment on peut encore avoir envie de baiser quand on voit que son ou sa partenaire s'est endormi.e

( oui je parle de baiser , je comprends qu'on puisse avoir envie de se soulager mais vous pouvez reprendre mon post précédent).
Et j'ai du mal sur le fait que on voit encore sur notre forum des notions de "zones grises " "flou dans le consentement".

Personne inconsciente : no way

Aprés tu te rends pas compte que la personne elle est partie dans le coma bon ben euh , ok . Mais se dire "bon ok ca dort mais faut que je me finisse" "avec sa bite" .
(je ne juge pas l'autrice mais je comprends pas que il puisse y'avoir une "reflexion" sur le fait d' abuser d'une personne inconsciente)

@Sinistre Lombric :cupidon: mon petit poulet .
 
6 Août 2016
612
4 488
2 364
Je viens de poser la question à mon mec "Dis moi, comment tu l'aurais vécu toi? - Comme un viol - Même si on est ensemble depuis des années ? - Oui". Point. T'as eu de la chance que ton partenaire en rigole ce n'est pas le cas de tout le monde. Ton récit me choque. Déjà je ne comprends pas le délire de continuer quand tu vois qu'il est inconscient. 'Normalement' c'est un moment qu'on partage à deux, sinon tu peux acheter des jouets. À quel moment tu te dis que c'est une bonne idée ? Que tu as le droit de continuer ton affaire et de te servir de lui comme d'un outil pour ton plaisir puis bon, on verra plus tard pour le consentement puis je suis sûre qu'il va rire de ma blague ? Pour moi c'est un viol car il n'est plus en mesure de te donner son accord ou pas. Tu ressens de la honte, de la gène et tu te dépêche même de terminer de peur qu'il te surprenne. Je m'avancerai même en disant que tu essaies de te dédouaner en mettant tout sur le compte de l'alcool. L'alcool n'excuse pas tout et tu avais l'air d'être suffisamment en état pour te poser des questions pendant l'acte. Tu savais ce que tu faisais. Tu savais que c'était mal et tu as continué. Bref. J'ai été super mal à l'aise en lisant ton témoignage.

édit: me revoilà avec mes fautes d’orthographe.
 
Dernière édition :

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes