Veille Permanente Sexisme

systeme;4189232 a dit :
Dans l'école où j'ai été acceptée (pas celle de mes rêves, l'autre), on était que 3 filles à passer à l'entretien, je crois que ça a joué. :tears:

Ça me gâche toutes mes victoires cette histoire de "y a pas assez de filles dans ce domaine". Je suis même pas fière de moi, alors que c'est difficile d'être accepté dans cette école. Non, j'ai à peine esquissé un sourire, et je me suis dit "C'est parce que je suis une fille".

J'en ai marre qu'on me répète en permanence "Ouais mais c'est parce que t'es une fille". Même les écoles disent elles-mêmes qu'elles nous mettent des points en plus sur notre dossier. :tears:

J'ai l'impression qu'on me fait une faveur, que je suis plus conne que les autres, mais bon, comme je suis une fille, on m'accepte. Alors que j'ai pas besoin de ça, je bosse bien, j'ai de très bons résultats, et les copies sont anonymes hein, on me note pas mieux parce que je suis une fille.

Après, forcément, quand les écoles disent qu'elles mettent des points supplémentaires aux filles, on est pas respectées dans notre domaine. On passe pour celles qui ne méritaient pas leur place là, qui sont favorisées, qui ont volé la place de garçons plus méritants.

Ça me dégoûte.
Oh la la mais ne descend surtout pas sur cette route-là de "je me rabaisse moi-même"!!
Yavait trois filles donc tu penses que la concurrence était moins sévère?? Ptete que vous étiez l'élite en fait, et que même sans vos points de "bonus" supposés, vous auriez été les premières!
Et puis de toute façon, qu'est-ce qu'on s'en fout du mérite que tu as à être dans cette école? Une école, c'est 3 à 5 ans de ta vie. C'est rien du tout comparé à l'immensité de ta vie professionnelle et aux 15 ans passés dans le système scolaire avant ça. Là tu as prouvé et tu prouveras ton mérite.
Une école t'ouvre juste les portes, et c'est de toute façon très injuste car des tas de gens hors école mériteraient qu'on leur ouvre ces portes mais ça n'arrivera pas. Les garçons de ton école aussi ont eu un jour un coup de pouce un peu aléatoire qui ne veut pas dire qu'ils sont meilleurs que tous les autres.
Alors ne te pose pas de question si tu le mérites ou pas, tu vas avoir cette super opportunité et si des gens la remettent en cause, tant pis pour eux. Parce qu'une école, ça prouve juste que tu peux bosser et apprendre des cours mais les vrais enjeux se joueront après!
Tu peux être major de ta promo mais ça veut pas dire que tu seras le meilleur pour la vie professionnelle... Un petit coup de pouce à l'entrée (si seulement il existe en fait), ça ne signifie rien d'autre qu'un petit détail qui te donne l'opportunité de développer tes talents et de les exposer aux autres.

En fait, ça me fait penser à une copine du lycée qui a toujours été brillante en sciences mais un peu je m'en foutiste, elle réussissait sans bosser.
Elle a ensuite passé les concours pour être un pilote de ligne. Tout le monde lui disait "IMPOSSIBLE, les exercices de maths du concours sont trop durs, c'est du niveau prépa!"
Sauf qu'elle a trouvé ça vachement facile et d'ailleurs, elle avait la flemme de se prendre la tête, elle n'avait pas révisé.
Elle a passé toutes les épreuves avec succès et arrivée à la dernière, celle de l'entretien oral, elle s'est rendue compte de plein fouet qu'il n'y avait presque plus de filles. Elle n'étaient que trois sur de nombreux garçons. A la base, elles étaient peu à s'être présentées, mais là, ça lui a fait un choc de le réaliser vraiment parce que quand elle l'a dit aux gens, ils lui ont fait remarquer "wow, ya que trois filles et tu en fais partie! Bravo! Quel génie! Fais honneur aux filles!"
Ma copine ne s'est jamais préoccupé de la distinction filles/garçons. Elle ne s'est jamais demandé si elle avait des centres d'intérêt de garçons et les questions de féminisme lui passait totalement au-dessus de la tête. Dans un sens, cette ignorance des discriminations lui a rendu service toute sa vie car elle n'a jamais pensé que ça pourrait lui causer du tort et elle a toujours fait ce qu'elle voulait sans penser au genre.
Mais là, tout à coup, on lui rappelait ces discriminations. On lui sous-entendait en la félicitant, que c'était un peu exceptionnel pour une fille d'arriver si haut. Et tout à coup, elle a commencé à paniquer et à se demander comment elle allait bien pouvoir expliquer à l'entretien qu'elle était la meilleure candidate pour devenir pilote. Quelle légitimité elle avait? Est-ce qu'elle aurait vraiment dû arriver jusque là?
Elle avait réussi avec brio toutes les épreuves anonymes sans se fouler beaucoup quand des tas de garçons avaient été éliminés en ayant passé des mois à réviser et elle commençait à se demander si elle méritait vraiment d'être là.
Résultat, elle n'a pas su expliquer ses motivations à l'entretien, elle a même failli ne pas y aller tant elle avait peur de voir dans les yeux du jury qu'ils la jugeaient incompétente et elle a été recalée.

Plus tard, elle a été prise dans programme difficile malgré un diplôme un peu différent. Elle voulait vraiment faire ça, elle était passionnée. Mais une fois arrivée dans le programme, entourée de garçons, elle a repensé aux épreuves de pilote et elle s'est rendue compte qu'elle était à nouveau une des seules filles.
Encore une fois, elle s'est demandé si elle était vraiment légitime à être là. Elle a passé l'année à se rabaisser alors qu'elle arrivait à avoir une moyenne de 13 dans une matière qu'elle n'avait jamais vraiment étudié à un niveau M1 quand tous les autres faisaient ça depuis des années. Mais eux, avec leur confiance de petits coqs élitistes ne se gênaient pas pour vanter leurs talents quand elle avait juste peur qu'on repère qu'elle était une fraude.
Finalement, elle a abandonné le programme et elle a fait un Master "plus facile" avec un peu plus de filles. Elle aime moins ça, mais elle s'est dit qu'au moins, elle allait le réussir sans problème.

Je sais que des garçons ont aussi ce genre de parcours quand ils doutent d'eux mais son doute à elle est venu du fait qu'on lui a souligné qu'elle avait un super parcours pour une fille et que ça l'a totalement déstabilisé alors qu'avant elle n'avait jamais douté d'elle et jamais pensé à ses compétences comme des compétences "de femme".

Tu ne devrais jamais penser à ta réussite à la lumière de ton genre, c'est la porte ouverte à toutes sortes de dénigrements et de perte de confiance en toi. Tu as réussi à être là où tu es et je ne pense pas qu'on t'a favorisée au lycée pour que tu es le niveau, alors après les détails, c'est pas ton problème. Crois-moi que ça n'a pas été plus facile pour toi que pour d'autres car tout le monde a des obstacles à passer...
 
Dernière édition :
  • Big up !
Reactions : AlexPhoeler
@systeme je te comprends un peu je travaille dans un milieu d'Hommes, le pire c'est qu'en fait souvent les gens te font "payer" ce genre de faveur que tu n'as pas demandé.

Moi j'ai beaucoup bossé pour en arriver là (bon comme tout le monde mais tout le monde n'a pas réussi à avoir ma place), mais j'ai vite du apprendre à me prendre des "oui mais c'est parce que tu es une fille" dans la gueule. Et dans plusieurs domaines.

Par exemple là ça fait un an que je suis en poste et j'ai parlé à mes collègues des débuts, du fait que c'est pas facile de s'intégrer (car il y a un nouveau dans le coin). Immédiatement j'ai eu droit à "oui mais attends, c'était plus facile pour toi t'es une fille, les gens te parlent".
Alors déjà merci les sous-entendus, si on me parle c'est pas parce que je suis avenante, que j'ai pris sur moi pour aller briser la glace ou parce que j'ai de la conversation ou que je m'intéresse sincèrement aux gens etc NON c'est PARCE QUE J'AI DES SEINS (et c'est tout ce que j'ai).
Ensuite ça m’énerve ce discours parce que la vérité est complètement différente. Étant le seul utérus ambulant dans le coin, ben au début personne ne me parlait (sauf les gros dragueurs de service) (astuce : dans les milieux d'hommes il règne rarement une ambiance chaleureuse empreinte de maturité). Il a vraiment fallu que j'apprivoise les gens, et en plus c'était assez compliqué puisque, en tant que fille, si tu proposes un café toute seule à un collègue, tout le monde te regarde bizarrement. Si qqun me contacte sur le chat interne tout de suite mes collègues disent "ooooh il te drague blablabla!!". C'est super lourd. Au bout du compte j'avais fini par trainer un peu avec "les dragueurs" (les seuls qui venaient me proposer des cafés) mais ça a failli me porter préjudice. Et si avec eux maintenant j'ai noué une relation sincère, les autres pensent que c'est uniquement de la séduction qui nous lie et se sentent autorisés à me draguouiller ou à me faire des blagues salaces.

En ce qui concerne les relations avec mon patron, je crois aussi qu'il m'a prise un peu "parce que j'étais une fille". Ce qui m'a beaucoup déçue. Et quand il a compris qu'il n'obtiendrai rien de mon côté "féminin" (le mec qui croit te séduire en faisant une blague sur le fait que c'est DOMMAGE qu'on ne puisse pas "se servir" d'une fille quand on se retrouve toute seule dans un ascenseur avec elle...LOL) ben il m'a un peu mise au placard (mon travail n'a rien à voir avec les objectifs du service, je ne fais partie d'aucune équipe, je fais mes manips avec des gens de l'extérieur et pas avec le matos du service, on ne fait plus de points ensemble). Et puis inconsciemment de toute façon le côté "fille" te discrédite souvent. Ça m'est arrivé plusieurs fois de dire qqch, qui passe complètement à la trappe, mais quand un collègue masculin en arrive plus ou moins à la même idée, on valide...
Par contre j'ai déjà entendu des mythes du genre "oui ya des filles si elles veulent qqch de leur direction, elles mettent une jupe pendant leur présentation et hop c'est gagné"...

Donc en gros, être une fille s'avère être un gros handicap, mais si tu réussis quelque chose ce ne sera jamais parce que tu as travaillé pour et ce ne sera jamais mérité parce que tu l'auras obtenu facilement grâce à tes seins.


Bon en fait je profite un peu de ton post pour vider mon sac mais tout ça pour dire que je comprends tout à fait le fait que ce "c'est parce que tu es une fille" soit dégradant et presque insultant pour tout le travail que tu as fourni. Que c'est difficile d'expliquer aux gens que les "faveurs" auxquelles tu as droit sont en fait de gros boulet que tu n'as JAMAIS demandé et qui annulent tout ce que tu as fait pour en arriver là.

Mais bon une opportunité est une opportunité et prends celles qu'on te donne. Il faut se rappeler que tu travailles pour toi et que tes projets tu les construits pour toi peu importe ce qu'on en dit : )


Edi : @morganegirly haha ta copine ce qui lui arrive c'est ce qu'on appelle le syndrome de l'imposteur. Et souvent pour les gens un minimum consciencieux, plus ils vont loin, plus ils le ressentent. Je ne saurais pas trop t'en dire plus mais c'est dommage pour elle (c'est comme une sorte de complexe d'infériorité des gens qui réussissent). J'espère qu'elle reprendra confiance
 
Dernière édition :
  • Big up !
Reactions : AlexPhoeler
dolcevita-2;4191186 a dit :
Ouuuuh, merci ! :fleur:

En passant tout ça en revue, je suis tombée sur ce super article qui explique le pourquoi du comment de ces remarques insupportables du type "calme-toi, c'est pas si grave, ohlàlà si on peut plus rigoler" et autres joyeusetés du genre.

C'est écrit par un homme, et je voulais juste citer ce passage :

"It’s a whole lot easier to emotionally manipulate someone who has been conditioned by our society to accept it. We continue to burden women because they don’t refuse our burdens as easily. It’s the ultimate cowardice."

Traduction : "C'est beaucoup plus facile de manipuler les émotions de quelqu'un qui a été conditionné par notre société à l'accepter. Nous ne cessons d'accabler les femmes parce qu'elles refusent moins facilement ce fardeau. C'est la lâcheté utlime."

__________________

EDIT : j'ai vu ce week-end "We want sex equality", un super film anglais sur des femmes travaillant dans une usine Ford en 68 qui ont lutté pour l'égalité des salaires. C'est très beau, très juste, très bien joué, et ça souligne la difficulté de la lutte féministe (sans que le mot "féminisme" soit prononcé de tout le film, d'ailleurs...), avec les figures qu'on connaît bien : les hommes qui essayent de parler à la place des femmes, ceux qui prennent conscience que cette inégalité leur est bénéfique et luttent sciemment pour la maintenir, celles qui sont aux prises entre leur vie familiale et leur lutte, celles à qui on n'a pas appris que leur voix était importante et se surprennent elles-mêmes lorsqu'elles décident de se faire entendre...

Bref, ça fait beaucoup de bien, et c'est joué par des actrices formidables. :cheer:
 
Dernière édition :
  • Big up !
Reactions : AlexPhoeler
@Système et @DestyNova j'ai le même problème ! C'est d'ailleurs en partie ce qui m'a investie dans la cause féministe :)
Je bosse aussi dans un milieu masculin (boîte d'informatique..). Récemment, je discutais avec un collègue que je considérais comme un pote. Je lui faisais part de ma lassitude envers le fait que la société se focalise sur la physique des gens. Et là je me suis vu répondre "tu craches dans la soupe, être jolie ça te facilite la vie". (je précise que je ne suis pas particulièrement jolie, je suis juste dans les 5% de femmes de ma société). J'ai été super blessée par le fait que même lui ne soit pas conscient d'à quel point c'est à double tranchant.

Avec les collègues : je ne peux pas être trop familière, sinon je me fais tripoter (c'est arrivé en soirée, pas sur le lieu de travail, mais quand même) donc je suis obligée d'être froide et on me considère comme coincée.
J'ai des responsabilités, et beaucoup pensent que je ne les ai pas méritées. On m'a déjà dit que j'avais les dents longues pour être arrivée jusque là (il y a plein de mecs au même type de poste à qui on n'a jamais dit ça).
Tant que je suis gentille et souriante, tout se passe bien. Si j'ai une critique à formuler, c'est tout de suite très mal perçu et on m'envoie paître.
En réunion, on me coupe la parole, parfois un mec reformule ce que j'ai pu dire et là tout le monde acquiesce.
J'ai un profil technique, pourtant je ne compte plus le nombre de fois où quelqu'un a réexpliqué un concept en le simplifiant "pour que Nunue voie de quoi on parle". Je suis toujours obligée de rappeler que je suis développeuse.

Avec mon chef : les entretiens annuels, c'est la folie. Pas un commentaire sur le travail effectué ... mes compétences consistent à être "sympathique, agréable, quelqu'un qui apporte un peu de fraîcheur au service".
Il ne se passe pas un jour sans que j'aie droit à une remarque sur ma tenue.
Et il sexualise toutes les situations ... si je suis en réunion avec un homme, il se sent obligé de faire une remarque à l'homme sur sa proximité avec une "jolie jeune fille". Quand je dis du bien de quelqu'un, il me rappelle "qu'il est marié", etc.

Voilà :) Je souffre :)
Je précise que ceci est dû à la présence d'un noyau sexiste dans l'entreprise (dont font malheureusement partie les managers) et que j'ai quand même le plaisir de travailler par ailleurs avec des mecs tout à fait corrects.
 
Je suis au bord de la crise de nerf! C'est épuisant de se heurter à des opinions sexistes, de tenter d'expliquer encore et encore à des gens des choses qui pour moi sont évidentes.... et d'avoir à faire à des murs.



Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.


Je sais pas quoi faire, d'ailleurs je ne sais même pas s'il faut que je fasse quelque chose...
 
  • Big up !
Reactions : AlexPhoeler
nunue;4191427 a dit :
@Système   et @DestyNova   j'ai le même problème ! C'est d'ailleurs en partie ce qui m'a investie dans la cause féministe :)
Je bosse aussi dans un milieu masculin (boîte d'informatique..). Récemment, je discutais avec un collègue que je considérais comme un pote. Je lui faisais part de ma lassitude envers le fait que la société se focalise sur la physique des gens. Et là je me suis vu répondre "tu craches dans la soupe, être jolie ça te facilite la vie". (je précise que je ne suis pas particulièrement jolie, je suis juste dans les 5% de femmes de ma société). J'ai été super blessée par le fait que même lui ne soit pas conscient d'à quel point c'est à double tranchant.

Avec les collègues : je ne peux pas être trop familière, sinon je me fais tripoter (c'est arrivé en soirée, pas sur le lieu de travail, mais quand même) donc je suis obligée d'être froide et on me considère comme coincée.
J'ai des responsabilités, et beaucoup pensent que je ne les ai pas méritées. On m'a déjà dit que j'avais les dents longues pour être arrivée jusque là (il y a plein de mecs au même type de poste à qui on n'a jamais dit ça).
Tant que je suis gentille et souriante, tout se passe bien. Si j'ai une critique à formuler, c'est tout de suite très mal perçu et on m'envoie paître.
En réunion, on me coupe la parole, parfois un mec reformule ce que j'ai pu dire et là tout le monde acquiesce.
J'ai un profil technique, pourtant je ne compte plus le nombre de fois où quelqu'un a réexpliqué un concept en le simplifiant "pour que Nunue voie de quoi on parle". Je suis toujours obligée de rappeler que je suis développeuse.

Avec mon chef : les entretiens annuels, c'est la folie. Pas un commentaire sur le travail effectué ... mes compétences consistent à être "sympathique, agréable, quelqu'un qui apporte un peu de fraîcheur au service".
Il ne se passe pas un jour sans que j'aie droit à une remarque sur ma tenue.
Et il sexualise toutes les situations ... si je suis en réunion avec un homme, il se sent obligé de faire une remarque à l'homme sur sa proximité avec une "jolie jeune fille". Quand je dis du bien de quelqu'un, il me rappelle "qu'il est marié", etc.

Voilà :) Je souffre :)
Je précise que ceci est dû à la présence d'un noyau sexiste dans l'entreprise (dont font malheureusement partie les managers) et que j'ai quand même le plaisir de travailler par ailleurs avec des mecs tout à fait corrects.

Han copine! ça me fait plaisir de voir qu'on est pas seules. Parce qu'en plus j'ai eu le malheur d'en parler à une fille à mon boulot mais dans un autre service une fois et elle m'a sorti le légendaire "ah non moi ça s'est toujours bien passé avec des garçons, je préfère travailler avec eux qu'avec des filles" pfffff mais viens prendre ma place (d'ailleurs après cette fille m'a dit qu'elle ne passait que 1 à 2 jours par semaine sur notre lieu de travail...).
Évidemment moi aussi j'aime bien les garçons et j'aime bien mes collègues malgré tout mais moins je me retrouve à la situation où je dois travailler avec eux (donc où j'ai une VRAIE "valeur", en tout cas autre que sexuelle) mieux je me porte (ce qui est assez facile au final puisque je suis au placard).
Mais même les hommes sont complètement à côté de la plaque sur la façon dont une femme vit dans l'entreprise. Quand mon patron a commencé à me faire des avances douteuses, mes collègues les plus proches m'ont presque dit que c'était une chance, une opportunité que je devais prendre. En dehors du fait que c'est un peu insultant de ne réussir que parce que tes supérieurs te voient comme un bout de viande alors que t'as déjà du batailler pour en arriver là, ils ne perçoivent pas du tout le super coup de bâton que tu pourrais bien te prendre si tu acceptais ce genre "d'opportunité". Déjà ça jazz si je prends un café avec qqun et tout le monde a du mal à voir pourquoi je suis là alors si je couchais vraiment pour réussir j'imagine même pas (d'ailleurs je suis persuadée que coucher pour réussir c'est un VRAIMENT mythe sexiste).

Pour ton bilan ta "fraicheur et ta sympathie" je trouve ça mais inadmissible!! je doute qu'aucun de tes collègues hommes ai eu des commentaires sur son attitude ou la façon dont ils étaient perçus extérieurement. Des fois mais on se demande vraiment pourquoi on autorise les femmes à faire des études si c'est pour ce genre de résultat au final...
J'espère que tu lui as bien dit "oui j'ai appris ça grâce à mes 192 h à l'école d'ing"

Pour la tenue, moi au début, féministe, jme suis dit que j'allais rien changer. Au bout d'un mois, j'en ai eu vraiment marre d'avoir l'impression d'avoir un gyrophare sur la tête partout où j'allais. Finalement j'ai arrêté les jupes et tout ce qui faisait trop "féminin". Mais une fois je suis entrée dans une salle, il devait bien y avoir 20 ou 30 mecs, gros silence, j'ai eu l'impression d'être dans Jurassic Park "leur vision est basée sur le mouvement, si tu ne bouges pas peut-être qu'ils ne te remarqueront pas" ^^
Ducoup jme suis dit que puisque de toute façon ça changeait rien, je pouvais remettre des jupes etc. Maintenant j'en ai vraiment plus rien à faire. Quoi qu'on fasse, ça alimente leurs idées sexistes de toute façon, on est toujours attendues au tournant alors autant le faire dans une tenue où je me sens bien.

Haha moi aussi j'ai eu le droit aux remarques sur les dents longues. Pour être plus précise mon chef a dit (dans mon dos) "elle veut écraser tout le monde pour devenir chef de service". MAIS LOL je suis tout en bas de l'échelle et j'ai un CDD (de 3 ans T_T). J'ai absolument rien fait qui mérite une telle accusation (à part lui faire comprendre que j'étais pas intéressée ni malléable à souhaits). Mais bon une femme qui est intéressée plus par son travail que par les promotions canapés est forcément une pétasse hystérique et agressive...

Enfin bref, bon courage. Les préjugés qu'ont les gens ne dépendent malheureusement pas de nous et je pense pas qu'il faille essayer de les changer par notre attitude (par contre je n'ai pas l'intention de leur donner raison). Je vous encourage sincèrement et j'aimerais vraiment être pas loin pour vous redonner un peu de courage autour d'un café de temps en temps :fleur: Ce qu'il ne faut pas perdre de vue c'est vos propres intérêts (ne pas attendre trop de reconnaissance, faut pas trop leur en demander). Il faut penser "moi & moi même" ça ne veut pas dire que vous êtes égoiste mais que de toute façon personne ne pensera à vous à votre place.

Moi je vais essayer de finir ma mission (j'ai bien pensé à démissionner mais je crois que ça me pénaliserait trop) en pensant à un projet pour la suite, en construisant qqch pour moi.
 
Dernière édition :
@DestyNova un CDD de 3 ans c'est fou ça :wut:
Pour le fait d'être au placard, tu n'as pas un délégué du personnel vers qui te tourner?

Quant à mon bilan annuel, non je n'ai rien répondu, j'ai même probablement fait semblant d'être contente, quelle nulle :tears:
Je suis ressortie avec une sensation d'amertume atroce et j'ai mis longtemps à réaliser que c'était dû à l'absence de retour sur mon travail. Il faut dire que je revenais récemment de congé mat' et j'avais un peu l'impression de devoir faire mes preuves, ça n'a pas aidé.

Bref, je crois qu'il faudrait faire un topic spécial : "ce que j'ai répondu" et "ce que j'aurais dû répondre", pour s'entraîner à avoir une bonne répartie dans ce genre de situation :P
 
nunue;4191595 a dit :
@DestyNova  un CDD de 3 ans c'est fou ça :wut:
Pour le fait d'être au placard, tu n'as pas un délégué du personnel vers qui te tourner?

Quant à mon bilan annuel, non je n'ai rien répondu, j'ai même probablement fait semblant d'être contente, quelle nulle :tears:
Je suis ressortie avec une sensation d'amertume atroce et j'ai mis longtemps à réaliser que c'était dû à l'absence de retour sur mon travail. Il faut dire que je revenais récemment de congé mat' et j'avais un peu l'impression de devoir faire mes preuves, ça n'a pas aidé.

Bref, je crois qu'il faudrait faire un topic spécial : "ce que j'ai répondu" et "ce que j'aurais dû répondre", pour s'entraîner à avoir une bonne répartie dans ce genre de situation :P
C'est une thèse en fait, c'est pour ça que je dis que j'ai quand même du batailler pour en arriver là (ya déjà peu de propositions mais en plus en entreprise avec un financement stable c'est rare, ya pas mal d'étudiants qui auraient voulu avoir ma place). Je me sens honteuse du coup de ne pas "honorer" ma chance, finalement peut-être que si un de mes anciens collègues de master homme avait eu ma place, la thèse aurait pris une autre tournure.

Bah pour ton entretien faut que tu le dises l'an prochain. Sans haine et sans violence mais juste un truc du genre "j'ai travaillé sur X, X, et X projets cette année, j'ai fait tel truc, j'ai managé telle personne, j'ai piloté tel machin, n'y aurait il vraiment aucune compétence qui ressorte de tout le travail fourni?...".
Le problème c'est qu'on a tellement l'habitude d'être traité comme qqun qui peut déjà pas apporter grand chose et qu'en plus on sent qu'on est toujours à deux doigts d'avoir une remarque que quand on nous dit un truc gentil on a peur de contredire et de passer pour une chieuse. Alors que bon la fraicheur et la sympathie tu peux bien la mettre dans ton cul!
 
Article intéressant dans un magazine bio, qui citait Catherine Vidal en reprenant ses arguments selon lesquels aucun instinct ne s'expriment à l'état brut. L'article expliquait entre autres que ce sont les situations qui ont une influence sur les hormones : un homme qui passent du temps avec son bébé verra son taux de testostérone chuter. Il sera d'ailleurs tout autant capable qu'une mère de reconnaître les pleurs de son bébé parmi d'autres. Ca montre bien qu' "avoir la fibre maternel" c'est pas une question d'instinct et d'hormones mais de compétences acquises.
Et en parlant de "les hommes viennent de mars, les femmes de venus" = "les hommes sont régis par leurs testostérone, les femmes par leur ocytocine et leur estrogènes (..) ce discours est issu de croyances médicales des années 50, elles-même liées à la promotion du modèle de la famille américaine de l'époque. Car la science n'est jamais neutre". bim.
"Pour lutter contre ce neurosexisme, des scientifiques ont d'ailleurs constitué un réseau international "genre et neurologie" dont l'objectif est "d'analyser comment les travaux sur les fommmes et les femmes sont transmis par les scientifiques, et comment ces travaux sont repris dans les médas."
 
Je viens de lire Ways of Seeing, dirigé par John Berger. Un des articles qui compose cet ouvrage d'histoire de l'art est dédié à la représentation picturale de la femme dans l'art classique ->pompier. Ce qu'il en dit rejoignait ce qui avait été posté dans l'ancien topic:

* sur le body monitoring:
"Men act and women appear. Men look at women. Women watch themselves being looked at. This determines not only most relations between men and women but also the relation of women to themselves. The surveyor of woman in herself is male: the surveyed female. Thus she turns herself into an object - and most particularly an object of vision: a sight"
Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.

* sur la représentation des hommes et des femmes dans la publicité (certaines publicités canadiennes(?) avaient été détournées par des hommes qui y prenaient la place des mannequins femmes, ce qui donnait un résultat grotesque):
"women are depicted in quite a different way from men -not because the feminine is different from the masculine- but because the "ideal" spectator is always assumed to be male and the image of the woman is designed to flatter him. If you have any doubt that this is so, make the following experiment. Choose ... an image of traditional nude. Transform the woman into a man. ... Then notice the violence which that transformation does. Not to the image, but to the assumptions of a likely viewer"
Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.


Et puis sinon, j'ai lu avec beaucoup de soulagement cet article "éduquer oui mais pourquoi" de crêpe georgette, qui rend compte de la frustration que je  ressens lorsque j'ai une discussion sur le féminisme avec mon ami. J'ai beau citer des sources, des articles, être le plus avenante possible (alors que j'ai envie de le frapper, en fait :yawn:) j'ai l'impression que ça ne le convainc pas pour autant (mais je crois qu'il le fait surtout par esprit de contradiction... pourquoi, je ne sais pas) et je me retrouve épuisée et énervée. Tout ça pour dire que j'ai beaucoup aimé la conclusion de son article: "Je vous [les mecs sexistes qui demandent à être convaincus du bien-fondé du féminisme] le dis donc gentiment. Fermez-là. Ecoutez. Mais fermez la."
 
J'ai pas tout lu @tikehau, mais cet article est vraiment bizarre, en fait il me donne l'impression de sortir d'une autre époque...:ko: genre l'époque où les droits à l'avortement, la contraception, tout ça, étaient à peine acceptés, et que ce genre de discours était tout à fait justifié. bizarre...
sinon aucun rapport, mais en fait avec ma soeur on s'est un chouille fighté hier sur le fait que je m'épile : j'allais tranquilou me raser les aisselles quand elle m'a dit que j'allais me mutiler. du coup je me suis vexée, et on en a parlé longtemps au final, je lui ai dit que je m'épilais parce que je trouvais ça plus agréable pour moi-même, que j'aimais bien avoir la peau toute douce, et que, même si je reconnais la présence d'une pression rapport aux poils (faudrait avoir des parpaings dans les yeux pour pas la voir), ce n'est pas ce qui me motive le plus à me raser. Bref, au final alors que j'étais plutôt contente de ma plaidoirie, elle m'a dit que en fait, j'étais juste un cas désespéré, avec un air désolé.
Je n'ai pas envie qu'elle aie une mauvaise estime de moi, qu'elle me voie comme quelqu'un de complètement manipulée par le patriarcat, j'ai pas envie non plus de me laisser pousser des forêts vierges sous les bras parce que je trouve ça pas confortable.
Tout ça pour demander : que faire que faire ? Et aussi, que pensez-vous de l'épilation en général?
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes