Célibattantes !

@MorganeGirly (enfin le temps de te répondre !)
Mmmh Pour ta question, oui clairement j'ai un peu ce profil de vouloir plaire à tout le monde (moins maintenant) mais c'est marrant parce que j'avais pas du tout la même attitude "extrême" que toi. Toi, visiblement, tu as tendance à vouloir te faire apprécier même des gens que tu n'estimes pas. Moi c'est plus le mimétisme des gens que j'estime, genre je vais aimer les mêmes choses, ne jamais les contredire, leur répondre pas sur ce que je pense mais sur ce que je pense qu'ils veulent entendre. Et c'est une attitude qu'au contraire j'ai plus avec des personnes proches (et qui me saoule parce que ça m'empêche d'être vraiment proche d'elle sur certains sujets où je manque de sincérité ou je change d'avis tout le temps).
Enfin bref moi j'ai l'impression que ça venait plus de mon côté influençable et de mon manque d'affirmation (ou le contraire, parce que je voulais plaire à tout le monde que je n'arrivais pas à affirmer mes opinions et à les construire).
Mais pour les gens que je n'aime pas c'est souvent réciproque, je pense que je n'arrive pas à faire semblant, ça se ressent. Je maintiens un rapport cordial suffisant, je vais tout faire pour ne pas avoir affaire à eux (ne pas être à côté lors d'un repas, ne pas être seule avec, ...) mais je pense pas être capable de taire certaines choses (comme le fait que tu as vécu dans le pays dont elle parlait en disant des choses fausses). Soit je l'aurais corrigé, soit j'aurais essayé de faire en sorte qu'on passe à un autre sujet (ça m'arrive d'étouffer des sujets genre le dessin et le féminisme, ça m'intéresse d'en parler avec des gens qui s'y connaissent mais clairement ça me saoule d'éduquer des gens qui n'y connaissent rien, que ça n'intéresse pas et qui vont ressortir des remarques de gros lourd...).

Je ne sais pas si ça répond vraiment à ta question :hesite:
Édit : Je dis ça parce que j'ai l'impression que pour la majorité des gens c'est un vrai travail sur soi de ne pas être touché quand on ne nous apprécie pas, et que les gens qui sont très détachés de ce regard sont en minorité mais peut-être que c'est l'inverse et que c'est moi qui ai une réaction excessive
Moi je pense la même chose que toi, en tout cas dans les populations féminines. On a souvent été plus éduquée à avoir une intelligence émotionnelle et relationnelle, ce qui nous rend souvent plus empathique, vulnérable aux opinions des autres et surtout plus encline à nous adapter à l'autre pour qu'il se sente à l'aise (note, je trouve que les hommes qui on été éduqués par des familles mono-parentales, ou dans des familles avec beaucoup de filles ont souvent cette tendance aussi).
Les personnes que je connais qui sont très détachées du regard des autres, sont rares et ont vraiment des personnalités très uniques (qui ne plaisent d'ailleurs clairement pas à tout le monde car elles ne vont pas faire de compromis ou de demi-mesure et sont très affirmées).
Je pense que le travail n'est pas tant sur ne pas être touché par l'opinion des autres, mais plus de comprendre pourquoi ça a une telle place pour nous (l'insécurité derrière) et d'accepter que oui tout le monde est vulnérable face aux autres (à un degré plus ou moins fort, mais on est toujours sensible au moins à l'opinion des personnes qu'on estime). Cela te permet d'agir de la façon qui te convient le mieux.
En vrai je ne trouve pas forcément ce soit une mauvaise posture que de laisser l'autre déballer son blabla d'égocentrisme, de ne pas le corriger et de ne pas parler de soi. Elle est contente, tu es contente sur le point que tu n'as pas eu d'affrontement et tu protèges ta vraie personnalité, tes opinions de cette personne que tu n'estimes pas. Tu n'as pas besoin d'être vraie et toi-même avec tout le monde si tu peux l'être suffisamment dans d'autres cercles. Il n'y a que les personnes avec qui tu es très proche qui peuvent saisir toutes les facettes de ta personnalité donc ça ne me paraît pas très grave laisser transparaître avec les gens qui ne t'intéressent pas que ta capacité d'écoute.

(je pense que je dévie un peu... Après c'est mon opinion parce que je suis très protectionniste sur ma vie privée, je considère que les choses que j'aime sont précieuses, je ne veux pas les partager à n'importe qui et en même temps je me fiche totalement que l'image que les autres se font de moi soit à des années lumière de celle que je peux être. C'est d'ailleurs pas vraiment que je ne suis pas moi avec les inconnus mais je suis plutôt une partie de moi)

@LaBeletteMasquée
Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.

PS : @MorganeGirly
Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.
 
@Donoma Merci pour ton message! En te lisant, j'ai un peu réfléchi et en fait, je me rends compte (surtout avec la réponse de @Ana Mnèse après) que ma réflexion était un peu embrouillée et que je ne devais pas avoir isolé les bons éléments et donc expliqué les choses comme je le voulais. En fait, je n'arrivais pas trop à me projeter dans ton message alors que je voyais bien qu'il répondait à ce que j'avais dit, mais au final, je crois que c'est mon propos qui n'était pas forcément très cohérent avec mes vrais questionnements.

Mon comportement que j'ai décrit, je l'ai essentiement constaté avec UNE fille dont je ne sais en fait pas du tout ce qu'elle pense de moi (elle ne m'a jamais témoigné d'hostilité particulière), mais ce constat faisait écho aux séries que j'avais vues où le personnage était moqué parce qu'il voulait "plaire à tout le monde", alors que j'avais l'impression que le perso était certes caricatural, mais que c'est une envie assez naturelle (par exemple, un personnage avait du mal à accepter que son directeur de recherche à la fac la méprise - ce qui me parait assez normal vu l'importance que cette personne a dans sa vie scolaire).
Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.
Normalement, je ne suis pas du genre à changer mes opinions en fonction des gens à qui je veux plaire.
Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.
Et je crois que j'ai associé plusieurs choses sous une même notion. J'ai pensé à cette histoire de vouloir plaire à tout le monde, parce que ça fait un moment que je réalise que parfois, je vais boire un verre avec des gens dont je ne suis pas forcément très proche, mais que j'apprécie, et quand je rentre chez moi après, je commence à énormément culpabiliser car j'ai l'impression d'avoir trop parlé de moi et que ce n'était pas intéressant, ou en repensant à des moments de la soirée, je trouve que j'ai eu une phrase maladroite, et j'ai peur que les gens me trouvent chiante ou ne m'apprécient plus après.
Parfois, j'ai même envie de leur envoyer un message pour m'excuser. Je ne le fais jamais car j'ai des copines qui m'envoient ce genre de messages, et à chaque fois je trouve qu'elles n'ont aucune raison de s'excuser, donc je me dis que ça doit être pareil pour moi. Et ça me rassure généralement si en repensant à la soirée, je me rends compte que la personne a aussi énormément parlé d'elle. Je me dis "ouf, je lui ai laissé de l'espace!"
Dans le même ordre d'idée, je suis assez stressée quand les gens ont l'air de s'ennuyer à une soirée ou un événement auquel j'ai l'impression qu'ils participent un peu pour me faire plaisir ou que j'ai proposé. J'ai très peur qu'ils n'aiment pas et pensent que c'est ma faute. D'autres fois, je fais faire beaucoup d'efforts pour parler à quelqu'un que j'apprécie parce que je me suis mise dans la tête qu'elle ne m'appréciait pas trop, mais ça se révèle souvent infondé.
Et ça m'arrive aussi quelquefois avec des amis proches (mais c'est pas que j'ai peur qu'ils ne m'aiment pas, j'ai peur d'être une mauvaise amie égocentrique).
Bref, j'ai associé ce sentiment de culpabilité à cette histoire de plaire à tout le monde, puisque quand je ne connais pas très bien les gens, j'ai peur de perdre leur affection pour des broutilles (surtout qu'en fait, je suis assez bavarde et je partage facilement des choses sur moi quand je me sens dans un environnement de confiance, donc c'est limite de ma personnalité dont je culpabilise après coup), mais je crois en réalité que ce n'est pas le problème que j'exposais au début puisqu'en fait, ces gens ne me montrent même pas que je les saoule ou quoi. Et pour la fille du sport, c'est pareil. Elle ne m'a jamais été hostile, mais moi j'ai identifié son comportement comme un comportement qui pourrait devenir hostile, je l'ai vue comme le genre de nana qui pouvait être très désagréable et méchante avec moi si elle ne m'aimait pas, et j'ai donc été au devant de ce "risque" en essayant de l'amadouer.
Le problème donc, c'est plutôt que j'ai peur d'être en train de perdre/ne pas avoir l'estime des gens sans que rien n'indique que ce soit le cas, c'est un peu différent comme idée. Bon, c'est cool, j'ai bien progressé sur mon questionnement au final même si je partais dans le mauvais sens, merci :cretin:

Pour revenir sur le fait de ne pas aimer que quelqu'un ne nous apprécie pas, je trouve ça finalement complètement normal en y réfléchissant (oui, ça m'a permis d'éclaircir mes idées, ces quelques messages écrits ici :yawn:). Ce que je veux dire par là, c'est que dans ma vie adulte, pratiquement personne ne me fait jamais comprendre qu'il ne m'aime pas. Je pense que si quelqu'un ne m'apprécie pas, il va être suffisamment poli et mature pour éviter de me le montrer parce que ça ne servirait à rien (sauf si j'ai fait quelque chose de mal évidemment).
Et bien sûr que si une caissière est désagréable avec moi ou une fille à une soirée a l'air de me trouver bête, je ne vais pas faire en sorte qu'elles m'aiment. A la limite, je vais peut-être agir à contre-courant de leur attitude (du style, je vais leur sourire et être très sympa) afin de désamorcer la situation et d'éviter de devoir me confronter à leur hostilité permanente, mais c'est tout.
Par contre, je pense que si quelqu'un me fait comprendre qu'il ne m'apprécie pas dans un contexte plus régulier ou de manière trop insistante, C'EST un problème. Quand je repense à des situations où des gens ont été clairs sur le fait qu'ils ne m'aimaient pas, ça a généralement eu des conséquences que je ne pouvais pas ignorer simplement en travaillant sur moi, parce que ça me mettait au mieux dans une situation très inconfortable (le mec qui t'humilie en soirée, les filles rigolent chaque fois que tu passes) et au pire, ça pouvait affecter le cours de ma vie (le prof qui te croit idiote et veut te faire redoubler, les collègues qui font remarquer toutes tes erreurs à la hiérarchie). A l'inverse, le fait que des gens m'apprécient, ça m'a énormément sauvé la mise dans d'autres contextes.

Bref, du coup, je trouve ça assez normal de chercher à se trouver du bon côté de la barrière, et je trouve intéressant ce que tu dis @Ana Mnèse sur le fait de ne pas réagir face à quelqu'un qui me parait égocentrique et de ne pas avoir besoin d'être vrai avec quelqu'un que je n'estime pas plus que ça.
Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.
Donc voilà, en fait, je pense que ce que j'ai cherché à exprimer au début n'était pas vraiment ce qui me préoccupait. Et j'avoue que j'admire quand même énormément les gens comme toi @Donoma qui sont capables de faire preuve d'indifférence si quelqu'un leur semble hostile! Moi j'aurais beaucoup de mal à côtoyer quelqu'un qui ne m'apprécie pas et qui le montre, parce que ça rendrait les moments passés en sa présence très désagréable et je trouve ça très fort d'arriver à ne pas ressentir ce désagrément! Hors du milieu professionnel où bizarremment je m'épanouis pas mal dans les conflits avec les clients (je vois ça comme des défis à relever), je ne sais pas si je pourrais un jour ressentir cette indifférence.

@LaBeletteMasquée

Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.

@Ana Mnèse Je t'écrirai un MP sur mon voyage parce que tout le monde sait où je pars au boulot, et ce sont les dernières personnes que j'ai envie de voir me reconnaitre ici :cretin:
 
@MorganeGirly
Je ne vais pas trop développer tout ça, mais en tout cas je crois que je suis un peu pareille, je sais que même avec une personne que je n'apprécie pas particulièrement, je vivrais mal qu'elle ne "m'aime" pas. J'essaye toujours de faire beaucoup d'efforts pour être "sympa" et du coup pour moi ce serait comme un énorme rejet (presque pire qu'un rejet amoureux où tu peux te dire que la personne était pas attirée, que c'était pas le moment, qu'elle était pas dispo ect ...)
D'ailleurs c'est pour ça que je vis pas hyper bien la recherche de coloc, je le prend toujours hyper violemment qu'on me dise "non" (même pour un endroit où je n'avais pas envie de vivre ...), j'ai vraiment l'impression que c'est le "moi" interieur qu'on rejette, je trouve ça très dur.

D'ailleurs, petits update en vrac :
Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.
 
Dernière édition :
Bonjour bonjour <3

Célibattante mais je veux vivre une histoire d'amour et je ne sais pas comment faire ! Je suis dans une formation où il n'y a aucun mec, et pareil pour le métier que je veux faire alors où en trouver ?

Que faire pour rencontrer un mec ? Faire des rencontres ? Je suis plutôt casanière de base, je sais qu'il faut que je sorte, mais pour faire quoi ? Où ai-je une chance de rencontrer mon potentiel homme-de-ma-vie ?

Ce sont mes réflexions pendant mon cours où j'ai beaucoup de mal à me concentrer et ma vie amoureuse me préoccupe assez.

Hmm... Suis-je vraiment célibattante ? :hesite:
 
Dernière édition :
Merci de ta réponse @Osha ! Je te réponds, dis-moi si tu veux que je supprime les citations :jv:
- Évoluer dans un milieu féminin/masculin, je trouve que ça ne change pas grand chose. Bon tout le monde ne sera pas de cet avis mais perso, je pense que les relations avec des gens de mon milieu pro c'est no way. Et je bosse dans un environnement extrêmement masculin mais jamais je considère sérieusement un collègue de travail. Par contre j'aime bien avoir des relations qui vont au-delà du bureau avec mes collègues, donc sortir et potentiellement rencontrer leurs amis. Et ça, ben qu'ils soient des hommes ou des femmes, je pense que ça offre plein d'opportunité de faire des rencontres.
Concernant le fait de sortir avec un collègue ou non, pour l'instant je n'y ai pas vraiment réfléchi parce que je ne suis pas encore entrée dans le monde professionnel ; PAR CONTRE, en tant qu'étudiante, je peux dire qu'étudier avec des mecs ça aide ! Je parle en mon nom, mais la plupart des mecs que j'ai rencontré, je les ai rencontré pendant mes études, d'où mon point de vue, mais c'est parce que je n'ai encore connu que ça.

- Du coup on en vient à mon deuxième point : sortir. Si tu n'aimes pas sortir, ce n'est pas grave ! Mais si tu ne sors pas parce que tu n'en as pas l'opportunité, eh bien ça se résout très simplement en créant ladite opportunité. Tu peux proposer quelque chose à tes camarades/collègues (un verre le vendredi soir pour fêter le week-end, par exemple), ça permet de renforcer les liens.
Aujourd'hui je suis dans un bon état d'esprit alors ça ne me semble pas insurmontable de proposer à des camarades de ma promo de sortir prendre un verre, effectivement ça crée des liens. Je le ferai sûrement. Et je vais dans un bar, le mardi. En soit je suis déjà contente de sortir dans ce bar parce que je me dis que je pourrais rencontrer des gens et tout, mais mes parents me disent que ce n'est pas assez pour possiblement rencontrer un mec. Sauf que je suis très timide, aussi (et que finalement il y a peu de gens avec qui j'arrive à bien accrocher, à me sentir à l'aise, souvent j'ai beaucoup de mal à parler) :sweatdrop:

- Sinon est-ce qu'il y a une activité/un loisir que tu aimes pratiquer ? Ça pourrait être l'occasion de t'inscrire en club et donc rencontrer des personnes qui partagent ta passion.
J'aime beaucoup lire et pendant plusieurs années, j'ai fait de la poterie mais j'ai arrêté parce que je ne me sentais plus motivée. Après, j'aimerais potentiellement faire du bénévolat mais j'ai du mal à me sentir légitime à commencer.

Pour finir, est-ce que tu cherches activement à rencontrer quelqu'un au point que ça occupe ton esprit dans la journée ? Est-ce que tu y penses beaucoup ? Quelle énergie tu mets à y penser ?
Alors... je rêve de vivre une histoire d'amour, c'est ce dont j'ai le plus envie. Vivre une histoire d'amour, et ça occupe une bonne partie de mon esprit. Mais de différentes manières. Parfois, je m'inquiète à l'idée que je ne trouverais jamais personne ; d'autres fois, j'essaye de réfléchir à comment faire pour rencontrer un mec. Parfois que je me contente de rêver.
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes