Statut
N'est pas ouverte pour d'autres réponses.

7Tangerine6

Life doesn't make narrative sense
Je peux comprendre cette démarche : ne lui donnons pas d’attention, elle n’a jamais prétendu représenter quoi que ce soit pour les personnes trans, etc.
Mais il est difficile d’ignorer la force de frappe de J.K. Rowling — 14 millions de followers rien que sur Twitter — et la place qu’elle a dans le cœur de beaucoup de gens.
Totalement d'accord ! Perso j'ai une opinion qui a été très bien résumée par une personne sur Tiktok :
Le fandom Harry Potter est super, c'est une communauté majoritairement bienveillante et qui applique les préceptes expliqués dans les livres, la découverte de soi, la bienveillance, l'amour etc., et on s'est approprié le monde du livre pour plein de super raisons et il n'y a pas de raison de s'arrêter, surtout qu'on peut en faire des choses très chouettes (les cosplays HP sur Tiktok par exemple sont très souvent faits entre des personnes géniales et très différentes et ça fait vraiment chaud au coeur). Mais, pour autant, on ne peut pas nier et mettre de côté les propos de J.K Rowling, qui sont graves et blessent énormément de monde, et surtout comme tu le dis, on ne peut plus lui accorder l'ignorance comme excuse depuis longtemps !
 
Je ne sais vraiment plus comment me placer vis-à-vis de JK...
J'ai grandi en même temps qu'Harry, vu que j'avais 11 ans lorsque le premier tome est sorti ; il y a eu du décalage vers les derniers tomes, mais globalement il m'a quand même accompagné tout au long de mon adolescence. Et je ne suis pas la seule dans ce cas !!
Même si tout n'est pas parfait, que c'est parfois un peu manichéen, HP est quand même une oeuvre ultra importante, dans le sens où l'amour et l'amitié sont un des messages phares, d'accepter autrui, etc.
Alors découvrir que JK peut être aussi étroite d'esprit et bornée, qu'elle dénigre les personnes transgenres, malgré tout ce qu'on peut lui expliquer... J'avoue, ça pique.
Je veux dire, je ne suis peut-être pas la mieux placée pour en parler, étant donné que je suis une personne cis. J'ai encore beaucoup à comprendre et à apprendre, mais je m'informe, j'essaie de changer certaines idées (sur tout les sujets d'ailleurs), mais voilà, c'est pas dur de se remettre en question, d'écouter ce qu'autrui a à dire, et surtout de dire "Je ne comprends pas très bien, mais je suis désolée de t'avoir blessé, et j’essaierais de ne plus le refaire" !
Une femme est une femme, qu'elle ait ses règles ou pas, qu'elle ait un vagin ou pas, bref, lorsque elle dit qu'elle est une femme !
 

Kettricken

Hate is always foolish. Love is always wise
Je crois que ce que je vais dire peut être mal pris par des personnes trans. Ce qui me désolerait et je serais interessée d'en discuter si c'est le cas.
Mais si vous êtes trans et que ça n'est pas le moment pour vous de lire des propos possiblement triggerant, ne lisez peut-être pas ce qui suis

Je suis très mal à l'aise vis à vis de la possible transphobie de J.K. Rowling. Notamment vis à vis de ce dernier tweet concernant les règles.
Je comprends que ses propos peuvent être blessant pour des personnes trans, mais je ne vois sincèrement pas le problème à dire que les règles sont une question de femmes. On sait qu'on ne parle pas de toutes les femmes quand on dit ça, ne serait que parce que les femmes n'ont leurs règles que pendant une partie de leur vie. Mais d'un point de vue politique, ça peut être important de souligner que c'est une problématique de femmes.
J'ai l'impression que c'est ce qui tracasse Rowling. La dépolitisation de certains propos.
Personnellement, je fais très attention à parler la manière la plus inclusive possible, j'utilise moi-même des tournures de phrases comme "les personnes ayant leurs règles". Mais ça me gênes aux entournures si on ne peut plus dire "les règles sont une problématiques de femmes" sans que ça ne soit considérer comme transphobe.
Par exemple, quand mon assurance ambulatoire rembourse les traitements type viagra mais pas la pilule, je trouve ça important de souligner l'aspect sexiste de la chose en utilisant des termes comme "homme" et "femme" même si toutes les personnes à pénis ne sont pas des hommes et si toutes les personnes prenant la pilules ne sont pas des femmes

J'ai parfois l'impression que à l'heure actuelle, différentes minorités se retrouvent confrontées au fait que leurs besoins ne sont pas toujours compatibles.
Ainsi, je vois aussi passer des témoignages de femmes lesiennes auto proclamées "butch" qui en ont marre qu'on leur demande leurs pronoms, ou qu'on pense direct qu'elles sont des hommes trans alors qu'elles se sont battues pour faire valoir qu'elles sont bel et bien des femmes même si elles ne se conforment pas aux stéréotypes de genre.
 
des « personnes ayant leurs règles » au lieu de dire « les femmes » (faut-il rappeler que toutes les femmes cis n’ont pas leurs règles et que ce n’est donc pas déconnant d’utiliser cette paraphrase ?).
Je pense que dans la langue pour aller plus vite et parce qu'on essaye d'englober le plus de monde possible, on utilise des termes généraux.
A chacun ensuite de faire preuve de recul concernant les termes.

Si on écrit dans un article : "les jeunes" c'est à moi de décider si je m'inclus dans le "jeunes" ou pas. Je vais pas demander au journaliste de faire une tournure de phrase tarabiscotée pour me faire plaisir : "les 16-24 ans, les 25-29 ans et les 30-35 ans ...aiment sortir le samedi soir"
Tu mets les jeunes et si jamais t'as 34 ans et que tu ne te considères pas jeune tu ignores.
Ou l'inverse, si t'as 37 ans et que tu penses que tu fais partie des jeunes, cool pour toi.

Après je suis quelqu'un qui voit en "big picture" et je me rends compte que c'est relativement rare par rapport aux gens qui sont "detail oriented".

Les "detail oriented" aiment la précision, voir chaque détail, lire chaque mot, préciser.
Les "big picture" sont plutôt en mode "j'ai compris ce que tu voulais dire, c'est bon".
Aucun des deux n'est mieux que l'autre, parfois je reconnais que ma collègue au boulot m'aide pas mal en repérant des petits détails là où moi j'avais une vision très globale du projet.

Je suis du genre à préférer les résumés non exhaustifs et à ne pas m'attarder sur les détails qui me semble superflus pour comprendre le message global.

Donc c'est peut-être ma façon de voir les choses qui fait que je n'arrive pas à être sensible à des termes comme "personnes qui ont leur règles" vs "femme" (<-- qui pour moi signifie quelqu'un qui ressemble de près ou de loin à une femme, je ne me pose pas plus de questions que ça, ou bien quelqu'un qui veut qu'on l'appelle "femme").

Dans le même genre je n'utilise pas le langage inclusif car je considère, de mon point de vue, que le pluriel masculin englobe tout le monde, quand on dit "ils" je n'enferme pas le "ils" dans la catégorie "masculin - seulement des hommes", pour moi ça englobe vraiment tout le monde, c'est rapide et court.
Mais encore une fois je suis une "big picture thinker".
 
Les règles est une problématique qui concerne toutes les personnes qui ont leurs règles, femmes cis comme hommes trans. Pourquoi il ne faudrait pas inclure toutes les personnes qui sont menstruées alors que c'est une réalité?
Mais au-delà de son dernier tweet, comme expliqué dans l'article, J.K. Rowling semble ne pas vouloir comprendre que le sexe et le genre sont deux choses différentes et que ses propos sont problématiques.

PS: Je suis pas très douée pour argumenter alors quelle charge mentale ça doit être pour les personnes oppressées de devoir toujours expliquer et éduquer autrui quand cet.te autrui ne veut pas comprendre.


Rajout: et les personnes nées avec les deux sexes, du coup elle en fait quoi?
 
Un BU ne suffisait @Kettricken. J'ai l'impression que parler de "personnes dotées d'utérus" ou de "personnes menstruées" ça dilue complètement des problématiques féministes comme la précarité menstruelle ou les questions liées à la maternité au motif qu'il faut être le plus inclusif possible et ne heurter la sensibilité de personne. En tout cas c'est comme ça que je comprends les propos de JK Rowling et je trouve dommage que ça provoque des réactions aussi épidermiques sur les réseaux sociaux.
 

Querencia

tournesol de tes mort
Une militante trans/intersex (Jade Whirl) sur Twitter avait aussi posté un thread avec d'autres preuves supplémentaires de la transphobie (en autre, puisqu'être TERF n'est pas son seul et unique problème, malheureusement) où elle expliquait qu'au-delà de ses tweets, elle apportait son soutien à des personnes qui portent un projet de loi aux UK visant à interdire les parcours de transition pour les mineurs et bloquer le droit à l'auto-détermination pour les personnes trans.
Il faut aussi rappeler qu'elle suit de nombreux comptes transphobes sur Twitter, notamment, celui extrêmement clair, qui s'intitule "LGB Alliance".
Ici pour plus d'informations :

 
Je suis assez d'accord avec @Kettricken sur ce coup là. Si la précarité menstruelle existé, si le tabou des règles existé, si les règles renvoient à l'impureté, sont vues comme honteuses et peuvent entraîner l'exclusion sociale c'est parce que c'est une problématique de femmesfemmes, parce que la société est sexiste, c'est politique en fait de nommer les choses.

Parler de personnes qui ont leurs règles et pas de femmes ça a du sens dans tout un t'as de contexte notamment si on décrit le fonctionnement des règles, si on parle du choix des protections etc.

Mais quand le sujet touche au tabou des règles ça renvoie aux femmes et au sexisme en fait. Donc on devrait pouvoir le nommer.
Alors oui ça inclus pas tout le monde mais... C'est pas le sujet non?

Sinon on va pas pouvoir avancer et défoncer le sexisme et le patriarcat, enfin pas en renvoyant les tabous des règles à un simple sujet "fonctionnel" en parlant seulement utérus quoi. Le problème il se niche dans le sexisme et dans la domination masculine, des hommes sur les femmes.

Je pense qu'on gagnerait un peu à voir "the big picture" surtout quand on parle de sujet comme le sexisme.
 

Camility Jane

pragmatique jusqu'à l'absurde
Je ne veux blesser/choquer personne, je cherche à comprendre.

Voici ce que je ne comprends pas (et depuis longtemps):
dans la quasi totalité des dictionnaires, le mot femme renvoye au sexe et non au genre (en anglais c'est la même chose: le premier résultat google). Si on suit le Larousse par exemple, J. K. Rowling ne confond rien mais applique à la lettre une définition (qui est écrite par des gens agés et conservateurs, certes...). Si on suit le dictionnaire: une femme = un individu adulte de sexe féminin = quelqu'un qui a (ou a eu) très probablement ses règles un jour. Et donc, ses tweets ne sont pas faux...
Pour moi le problème est que le mot femme renvoye pour certaines personnes au genre et pour d'autre au sexe et que personne ne se comprend. Sauf que comme le sujet est sensible, on ne peut pas trop partir en débat linguistique dans un contexte apaisé...
 
Je suis assez d'accord avec @Kettricken sur ce coup là. Si la précarité menstruelle existé, si le tabou des règles existé, si les règles renvoient à l'impureté, sont vues comme honteuses et peuvent entraîner l'exclusion sociale c'est parce que c'est une problématique de femmesfemmes, parce que la société est sexiste, c'est politique en fait de nommer les choses.

Parler de personnes qui ont leurs règles et pas de femmes ça a du sens dans tout un t'as de contexte notamment si on décrit le fonctionnement des règles, si on parle du choix des protections etc.

Mais quand le sujet touche au tabou des règles ça renvoie aux femmes et au sexisme en fait. Donc on devrait pouvoir le nommer.
Alors oui ça inclus pas tout le monde mais... C'est pas le sujet non?

Sinon on va pas pouvoir avancer et défoncer le sexisme et le patriarcat, enfin pas en renvoyant les tabous des règles à un simple sujet "fonctionnel" en parlant seulement utérus quoi. Le problème il se niche dans le sexisme et dans la domination masculine, des hommes sur les femmes.

Je pense qu'on gagnerait un peu à voir "the big picture" surtout quand on parle de sujet comme le sexisme.

C'est vrai que les personnes transgenres subissent pas le sexisme ni la précarité menstruelle ni le tabou des règles ni l'exclusion sociale qui en découle. . . Et en fait si ça fait parti du sujet.

Et comme expliqué plus haut, l'idée que les règles ne concernent que les femmes exclue des personnes qui sont déjà exclues dans beaucoup de domaines.
 
Statut
N'est pas ouverte pour d'autres réponses.

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes