Trop BON les commentaires, ça fait du bien de savoir qu'on n'est pas seule à s'être couverte de ridicule pour un mec ...
Moi j'en ai eu 2 de crush hyper intenses. A tel point qu'il m'arrive encore aujourd'hui, alors que je suis sortie du lycée depuis quasi 10 ans, de penser à eux (nostalgie on)

Le premier, c'était au lycée, j'étais en première et lui en terminale, comme de bien entendu, il s'appelait Loic, avait des grands yeux bleus et des cheveux chatains et j'étais troooooooop entichée de lui. Je ne dirai pas amoureuse car je ne le connaissais pas DU TOUT, mais je passais mes jours et mes nuits à rêver de lui. Avec mes copines on avait inventé un code pour dire qu'il était dans les parages : 23 (pour 22 vl'a les flics, 23 vl'a Loic, wesh vazy t'as vu la rime). Total creepy, même les autres gens de ma classe l'avaient grillé tellement on n'arrêtait pas d'en parler.De missions commando pour le prendre en photo aux rougissements intempestifs quand il apparaissait, il avait fini par se rendre compte de quelque chose le pauvre, je le matais tout le temps en silence, détournant les yeux dès que lui me regardait, hyper flippant. J'avais quand même vécu un grand moment à cette période-là : il devait en avoir tellement marre que je le regarde de loin avec des yeux de merlan frit qu'il a fini par me faire signe de venir le rejoindre sur le parvis du lycée. :eek::bave::paillettes:
Mais moi, cruchasse que j'étais, j'étais tellement stupéfaite que je pensais qu'il ne s'adressait pas à moi et que je n'ai pas réagi :gonk: :mur:. Après vérification, c'était bien à moi que c'était destiné, et j'ai tellement  regretté de n'avoir rien fait !
Le deuxième c'était à la fac, un ami d'amie, et là je l'aimais, il le savait mais n'était pas intéressé qu'il disait .... j'ai fini par arriver à mes fins à force de lui tourner autour, et quelle amère désillusion !
 
H

hana-lys

Guest
haha j'ai lu l'article au boulot pendant ma pause, quand mon collègue est arrivé, j'ai voulu lui signifier que quelqu'un l'avait appelé et j'ai dit "y'a Benjamin qui t'a appelé" (spoiler: le gars qui avait appelé ne s'appelait pas DU TOUT Benjamin). lol. La honte. :ninja:

Sinon pour apporter ma petite pierre à l'édifice, j'ai aussi eu 2 crushs principaux (parmi les nombreux que j'ai eu entre la primaire et la fac ^^).
Un en 5ème pour un gars en même année que moi mais pas dans la même classe, et qui ne connaissait pas du tout mon existence. J'écrivais son nom avec des petits coeurs sur mes cahiers et je le matais "discrètement". Faute de résultats (il ne savait toujours pas qui j'étais), j'avais fini par laisser un peu tomber. Mais en 3ème, ô joie, je suis tombée dans sa classe et EN PLUS à côté de lui (merci le plan de classe). Du coup mon espoir est revenu :P Malgré le fait qu'il était dans le clan des "populaires" et que j'étais l'intello de service, on s'est bien entendus. Évidemment je n'ai jamais tenté quoi que ce soit, mais après la fin du collège une amie commune m'a dit qu'elle soupçonnait fortement qu'il était intéressé par moi. Trop incertain, mais surtout trop tard.
L'autre c'était en seconde, pour le-BG-de-seconde-4, sur lequel on était au moins 5 de mes amies à baver, à base de ricanement, hormones en folie et matage pas discret du tout. j'ai fini par sortir (pas longtemps) avec un de ses potes qui ne me plaisait pas mais était "fou de moi", parce que je pensais n'avoir aucune chance avec celui qui me plaisait.
Plusieurs années plus tard, le fameux BG du lycée m'a ajoutée sur facebook, et en discutant du bon vieux temps, a fini par me dire qu'il craquait sur moi en seconde... Comme quoi le manque de confiance en soi, ça pue et ça nous fait louper plein d'occaz
 
  • Big up !
Reactions : Bleulagon
Deux ans et demie je me suis accrochée à lui !
Au début je ne lui avais jamais adressé la parole et pourtant j'avais l'impression de le connaitre par coeur ! Puis on a eu des potes en commun et on est devenus potes à notre tour... mais ça m'a pas empêché d'être folle amoureuse de lui. Je connaissais son emploi du temps par coeur, toutes les semaines j'avais qu'une hâte c'était le moment où on avait tous les deux pauses et que je savais que j'allais le trouver à la cafet' du lycée. Comme dans l'article, je gardais tout ce que je pouvais garder de lui. Il était venu à mon anniversaire (dans une salle des fêtes) et il avait fait un dessin sur une des nappes en papier des tables... J'ai toujours ce dessin :x

Mais bon il a dû l'apprendre tout ça parce qu'une sale lozhoiehzefn m'a entendu en parler à quelqu'un et apparemment, serait aller tout lui répéter :x Je l'aurais tuée cette fille. Puis aussi le soucis c'était que son meilleur pote de classe était amoureux de moi, ça a posé beaucoup de soucis ...

Je l'ai revu plusieurs fois après le lycée, soit par hasard, soit parce qu'on avait prévu d'aller à un concert ensemble (d'ailleurs j'avais dormis ce soir là chez lui, j'étais hystérique) mais maintenant je n'ai plus aucunes nouvelles ! Je sais juste, par un ami à moi qui l'a vu récemment, qu'il est devenu dessinateur comme il le voulait.

Ça me ferait tellement plaisir de le revoir, juste pour discuter !
Mais avec du recul, c'est tellement ridicule tout ça. Le petit coeur qui palpite dès que tu vois une seule mèche de ses cheveux alors que tu sais très bien que tout ça, ça se fera jamais... J'en garde des bons souvenirs mais c'est complètement ridicule. Rah la jeunesse ! :rolleyes:
 
Oh ça fait tellement de bien de lire un article comme ça ! C'est marrant parce que quand ça m'est arrivé, je me disais que c'était pas normal du tout d'être obsédée à ce point, mais je vois qu'on est toutes faites pareil au final ahah.
J'ai eu plusieurs crushes durant le collège, mais bon j'étais un peu bête à ce moment là. LE crush, LE VRAI, est arrivé quand j'étais en seconde (il y a déjà trois ans, mais j'y repense encore avec émotion parfois ..) J'étais toute nouvelle, je n'avais qu'une amie avec moi dans ma classe, et il y avait dans ma classe une bande bien sympa qui s'était vite formée, comprenant le fameux crush. J'ai fini par m'intégrer à eux, et oh mon dieu mais c'est pas possible de ne pas pouvoir quitter quelqu'un des yeux comme ça. Mais à part ma pote, personne ne s'en est rendu compte étrangement. On s'entendait très bien lui et moi, on rigolait énormément, je suis tombée amoureuse de lui, et là vient la soirée organisée par les secondes ... Quelques jours avant l'avais avoué le fameux crush quelques potes de la bande, et tout le monde était super excité, "Oh mais j'avoue vous iriez trop bien ensemble, tente ta chance à la soirée !" (Les mauvais conseils de lycée, quand tes amis ne pensent pas à tâter le terrain de l'autre côté) Arrive la fameuse soirée, tout le monde m'encourage dès que lui et moi sommes ensemble, et BIM LE DRAME : ayant un petit coup dans le nez mais très lucide quand même, je fonds en larmes dans la remise, certaine que ça ne marcherait pas. Arrive la seconde "bonne idée" d'une amie : aller prévenir l'élu, lequel me cherchera pour s'expliquer avec moi, évidemment je me suis cachée.(ahah trop bête) Lendemain explications par sms, "mais non je suis pas sur toi j'étais trop bourrée ahah lol je suis bête aller tchô mon pote" :facepalm:

Bref, je me demande ce qu'il se serait passé si je ne m'étais pas cachée (même si je crois quand même m'être évité une humiliation), mais on est toujours potes et j'ai fini par relativiser (merci les grandes vacances, dixit "cure de désintox de crush")
Moi aussi je voulais partager mon humble expérience de coeur tout retourné, c'est maintenant fait, je vous soutiens toutes dans vos anciens/actuels/futurs crushes, ça ne finit pas toujours mal ! :rainbow:
 
Ohoh que c'est rafraichissant de retrouver cet article, ça me rend nostalgique du collège et du lycée!
J'ai bien été ridicule aussi alors j'accepte l'invitation au club haha
 
Ouf ! ça prouve bien que j'étais pas la seule à être psychopathe, bien que pour moi c'était au collège. J'ai aussi invoqué toutes les forces obscures possible dans ma chambre le soir pour que mon ex retombe amoureuse de moi ou souffre au choix haha. J'avoue que y'avait aussi un ultra beau gosse sur lequel on était à fond une pote et moi et on lui avait fait la bise on en pouvait plus de notre vie (on voulait plus jamais se laver la joue). Le plus drôle c'est qu'on avait fait un cahier en commun de toutes nos aventures palpitantes. Je l'ai gardé, des fois je le relis et j'avoue que c'est très très drôle ! Alors, je te rassure, t'es pas la seule à avoir été un peu (voir totalement) taré étant jeune :)
 
Oh ça fait tellement de bien de lire un article comme ça ! C'est marrant parce que quand ça m'est arrivé, je me disais que c'était pas normal du tout d'être obsédée à ce point, mais je vois qu'on est toutes faites pareil au final ahah.
Du coup, je rejoins le club et je me libère ici de cette histoire :)

C'était au lycée, je venais d'arriver dans un nouvel établissement et je cherchais ma salle. C'est là que je suis tombée sur lui, qui cherchait la sienne aussi. Gros coup de foudre, je crois que j'ai dû cramer sur place. Et perdre conscience quand j'ai réalisé qu'il était avec moi en cours, et qu'en plus ce serait mon voisin de classe. Seulement impossible de lui parler, je m'enflammais trop rapidement et il me mettait terriblement mal à l'aise. L'exacte définition du mec ténébreux. Plutôt beau gosse, il est sorti avec plusieurs filles mais n'a jamais posé posé les yeux sur moi. Jusqu'au jour où il s'est mis à me parler et qu'il me demande mon numéro (ce jour là je suis morte et j'ai ressuscité). Mais je n'ai pas osé lui envoyer une batterie de textos pour ne pas paraître lourde et du coup on a pas tant discuté que ça..

Trois ans à fond sur ce garçon, à pleurer s'il se montrait trop froid, à virevolter quand il me dragouillait (ça c'était surtout vers la fin), mais on est jamais sortis ensemble. On a quand même sympathisé durant ces trois années, même s'il n'a jamais rien su de ma fascination pour lui. Je m'interdisais de flancher, je ne voulais pas qu'il me voie comme un toutou qui le suivait partout. Ma fierté me protégeait de cette trop grande fragilité. Je me rappelle qu'en dernière année il m'a invitée à danser à une fête, on était seuls sur la piste. J'avais rêvé de ce moment pendant ces trois années et pourtant j'étais triste. Je savais que je ne serais jamais à lui, que même si je sortais avec lui il me briserait sûrement le cœur comme toutes les filles qui en avaient fait l'expérience (il ne se comportait pas toujours très bien avec la gente féminine). Puis les années lycée ont pris fin, et je n'ai pas eu trop de nouvelles pendant un an. A la fin de l'été de l'année suivante on a été prendre un café ensemble, et j'ai été tentée de tout lui dire. Je suis allée jusqu'à lui dire " hé, tu sais.. " et quand il m'a regardée, j'ai changé d'avis. C'était du passé. Depuis, plus de nouvelles, et j'ai tourné la page heureusement !
 
Dernière édition :
Tout vos commentaires et cet article me fait remonter des souvenirs.. Ca fais du bien de voir qu'on est vraiment pas la seul à vivre ce genre de chose. J'étais en seconde quand j'ai une un gros coup de coeur pour l'ami d'un pote de terminale, à chaque fois qu'il arrivait qu'on se parle je me faisait des films mais vraiment pour rien quand j'y repense je me dis que j'étais vraiment stupide, c'étais une obsession tellement ridicule! Le pire c'est que ça aurait pu durer que quelques mois vu qu'étant en terminale il aurait du quitter le lycée , mais non il a fallu qu'il redouble pour mon plus grand bohneur (ou pas...). Avec le temps heureusement c'est passéet aujourd'hui j'en rigole même !
 
Copines psychopathes \o/
C'est beau de lire ça et de voir que je ne suis pas la seule timbrée dans le monde. Je me souviens qu'un de mes potes m'a surnommée agent de la CIA à cause de mon crush. Il s'étonnait que je connaisse le prénom, la date d'anniversaire et la ville d'un mec à qui je n'avais jamais parlé à par pour lui dire que c'était pas grave quand il m'avait marché sur le pied (meilleur jour de ma vie à une époque!). Un grand brun avec une voix profonde qui a illuminé mes matinées de première et de terminale.

Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.


Parfois je me surprends à penser encore à lui me disant que c'était l'homme idéal (ouais quand j'ai personne en vue :sweatdrop:). J'ai eu du mal à l'oublier totalement aussi.
 
Ah ça rassure tout ça ! Moi aussi j'étais une psychopathe au lycée (mais aussi au collège ^^). Au collège, il s'appelait Jérémy et il ressemblait à Harry Potter, de la 6ème jusqu'à la 4ème (après j'ai déménagé :'( ), il me connaissait pas du tout, mais mes amies l'avait invité à mon anniversaire en 4ème, et il a dit qu'il viendrait mais bon ça s'est jamais fait en fait et du coup , j'étais grillé , et après j'ai pleuré toutes les larmes de mon corps:crying: quand il a eu une copine (qu'en plus je trouvais pas jolie, qui était un garçon manqué, et donc je ne comprenais pas ^^), j'ai été jalouse :evil:

Ensuite au lycée, pendant 2 ans, j'ai craqué sur un François, qui ne me connaissait pas non plus, il avait été dans ma classe pendant une journée avant d'en changer, ce fut assez pour me charmer (sans m'adresser la parole :rolleyes: )
Du coup je voulais le voir le plus possible, et avec mes amies on faisait donc : DES TOURS DE COURS, oui on appelait ça comme ça, on faisait des tours et des tours pendant "la récréation", jusqu'a ce que je le repère et que je puisse mater :bave:jusqu'au prochain cours où je ne penserai qu'a mes prochains tours de cours.

Bon un jour, j'ai eu un coup de folie:mur:, j'ai crié son prénom dans la cour alors qu'il n'y avait personne, SAUF lui, j'ai couru jusqu’à lui, me suis présentée, lui ai demandé s'il serait ok pour aller boire un verre avec moi :boire:, et après son accord, j'étais tellement euphorique, que j'ai oublié de lui demander son numéro de téléphone:red:, et que je n'ai plus jamais oser l'aborder. Sauf que j'étais repéré depuis ce jour la, et que du coup, je n'étais plus du tout discrète lors de mes repérages/matages:ninja:, et qu'il m'a donc prise pour une folle (j'ai eu même la confirmation quand un an plus tard, après avoir chopper son adresse mail , j'ai retenté de lui reparler:yawn:)
Bref, j'étais carrément psychopathe, mais malgré la honte, ça reste de bons souvenirs pour la plupart ^^

D'ailleurs j'écrivais aussi un journal intime avec des phrases du genre :"Oh mon dieu aujourd'hui il m'a regardé !!!!!!!!!!!" (alors que bon non ma fille, c'est juste un hasard si son regard pointais dans ta direction) ou "il m'a sourit" bref tout signe pouvant me confronter dans l'idée que oui il savait que j'existais (mais euh non en fait)
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes