Veille permanente psychophobie

Sujet dans 'Veilles permanentes' lancé par PousseMoussue, le 8 février 2015.

  1. PousseMoussue

    PousseMoussue
    Expand Collapse
    Better to be a wolf of Odin than a lamb of God

    Salut les Madz !
    Voilà, j'ai prit la décision de créer ce topic il y a un petit moment suite à une conversation sur la VPS, et en voyant de nombreux posts de madz atteintes de troubles psy (et l'étant moi-même). Je me suis dit que ce serait intéressant (d'autant que c'est un sujet dont on parle peu), et utile (pour toutes les personnes ayant eu à subir la psychophobie (stigmatisation des personnes atteintes de troubles mentaux) qui voudraient vider leur sac par exemple).
    J'espère que nous pourrons ici échanger librement nos questionnements, nos matériaux militants (articles, livres, etc.), nos coups de gueule, nos facepalm, etc. :)
     
    Hélidien, Serart., EdocSil et 24 autres ont BigUpé ce message.
  2. katnissvsw

    katnissvsw
    Expand Collapse
    Guest

    Androgyny, Poutre, Lunafey et 2 autres ont BigUpé ce message.
  3. PousseMoussue

    PousseMoussue
    Expand Collapse
    Better to be a wolf of Odin than a lamb of God

    (Je commençait à penser que ce sujet n'intéresserait personne :crying:)

    Oui, je suis sur les deux et elles sont vachement bien ! D'ailleurs ce sont mes principales "ressources" sur le sujet, il faut dire qu'on en parle très peu... malheureusement.
    Mais du coup c'est vrai que tu fais bien d'en parler, ça me fait penser que j'ai pas parlé de la Mad Pride (j'aimerais bien y aller d'ailleurs, mais pour l'instant c'est que sur la capitale (quoi que je crois avoir vu qu'ils envisageaient d'en organiser une sur Lyon, mais j'ai pas re eu de nouvelles là dessus) et du coup ça fait vraiment loin pour moi).
     
    katnissvsw a BigUpé ce message
  4. Fanncy

    Fanncy
    Expand Collapse
    Dealeuse d'herbe à chat

    Ce sujet est très intéressant @PousseMoussue :) (Je l'avais pas vu ! :red:).

    Bon j'ai rien de spécial à en dire pour le moment en fait :hesite: Même s'il y a pas mal de points intéressants à aborder sur ce point ... mais que j'ai pas le courage de développer là tout de suite :

    - La prise en charge en établissement spécialisé (ou par les services d'urgences) ses points forts, ses points faibles,
    - Le soin et la prise en charge des sans-abris atteint de troubles/pathologies psy- (et leur invisibilité)
    - La difficulté de concilier vie professionnelle et problèmes psy- (ou retrouver un emploi après une période d'inactivité à cause d'un trouble/d'une pathologie psy-).
    - Comment faire face au jugement de la part des autres (souvent à cause de méconnaissance ou de peur) ?
    - Quelle est la vision des malades mentaux transmises par les médias ( le fait, par exemple, de bien insister sur la situation psy- d'un meurtrier par exemple au risque de faire des amalgames :mur:).

    Ou alors j'suis à côté de la plaque et j'ai pas compris le sujet :red:
     
    Sloppy, I.WAS.HERE, PousseMoussue et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  5. PousseMoussue

    PousseMoussue
    Expand Collapse
    Better to be a wolf of Odin than a lamb of God

    @Fanncy : Non non tu as très bien compris le sujet !
    On peut aussi se partager des articles, témoignages, etc.
    Comme tu le dis il y a de nombreux points à aborder, le sujet est très vaste (et pourtant bien trop méconnu), je posterais les quelques articles que j'ai sous le coude tout à l'heure :)
     
    katnissvsw et Fanncy ont BigUpé.
  6. AngelTen Richard II

    AngelTen Richard II
    Expand Collapse
    Of course it is happening inside your head, but why on earth should that mean that it is not real ?

    hello !!!
    Je viens de découvrir cette veille, elle est très intéressante !
    Je ne suis pas personnellement atteint d'un trouble clinique "identifié", mais bon, fut un temps je voulais devenir psychiatre, donc j'ai pas la prétention d'avoir la science infuse mais disons que j'suis pas fermé.
    (Et puis j'ai eu mes périodes où avec le recul, je me dis que j'étais à la limite du trouble psy)
    Personnellement, il y a UN truc que je trouve absolument insupportable, c'est les plaisanteries sur le suicide. Je trouve que par exemple, dire "oh, j'ai perdu mon ticket de bus, ça me donne envie de me pendre" (j'invente hein) ça minimise complètement la gravité du suicide ou des pensées suicidaires. J'ai déjà eu des pensées et fait des TS, donc quand quelqu'un à côté de moi me sort "je vais me suicider, me tailler les veines avec ma carte de cantine haha" (vécu)
    Haha.

    Enfin voilà, petit coup de gueule personnel. Après on va me dire que je suis trop sérieux (haaaaan mais tu la trouve pas drôle ma blague sur le sexisme ? Ni sur les homos ? Et pas non plus sur le suicide ? Mais t'as vraiment aucun humour !) mais, sérieusement, moi, bin, ça me rappelle juste des choses que j'aimerais oublier.
     
    Vendémiaire, Laura Willowes, Candice452 et 11 autres ont BigUpé ce message.
  7. PousseMoussue

    PousseMoussue
    Expand Collapse
    Better to be a wolf of Odin than a lamb of God

    Ca me fait penser que je me suis souvent demandé si cette minimisation ne contribuait pas à ce qu'on déconsidère totalement les personnes dépressives/à tendances suicidaires/s'auto-mutilant.

    Les trucs du type "C'est dans ta tête", "Tu exagères", "Les gens qui se suicident sont des faibles" (vécu), "Pourquoi tu te mutiles, tu veux te suicider c'est ça ?", "C'est juste pour attirer l'attention", ... (C'est presque tout du vécu. Mon père m'a même mit son 44 dans la main quand j'avais 16 ans lorsqu'il a découvert que je m'auto-mutilais)

    J'ai l'immense sensation que les troubles mentaux ne sont pas considérés comme des maladies "réelles", et ça donne lieu à des choses vraiment immondes de la part des personnes qui ignorent tout d'eux (les gens qui me disaient de manger quand j'étais anorexique par exemple, quitte à m'en faire vomir, ou ceux qui disaient que j'étais pitoyable parce qu'alcoolique et toxico', ceux qui disaient que j'étais une conne de me mutiler parce que de toutes façons si je voulais mourir je me serais suicidée bien avant, et j'en passe et des meilleures...). Je pense qu'on devrait avoir une meilleure sensibilisation à ce sujet.

    (Au passage en parlant de ça, voici un article cool sur les conneries qu'on peut sortir sur les troubles mentaux)
     
    summer-winter, Vendémiaire, Laura Willowes et 11 autres ont BigUpé ce message.
  8. Fanncy

    Fanncy
    Expand Collapse
    Dealeuse d'herbe à chat

    @AngelTen Richard II : Je ne supporte pas non plus ce genre d'humour (au même titre que les "vannes" sexistes par exemple).

    Je peux comprendre que certains ados utilisent ce genre de phrase (l'exagération, c'est une figure de style à cet âge). Ce que je n'aime pas, au delà de la problématique que "le suicide c'est pas drôle", ce sont les adultes qui utilise cette expression. Je trouve que du coup, ça fait pas très mature et naïf.
    Je dis pas que je l'utilise pas ... mais en privé, avec des gens qui ne sont pas ultra-sensible sur cette thématique.

    Comme avec les vannes sexistes, homophobes, etc. je pense qu'il faut faire attention qui est avec nous quand on fait cette blague. Qui va l'entendre ou la lire et s'adapter. C'et pas une question de censure mais de respect d'autrui et de ses sensibilités.

    Dernièrement, ce sont les blagues sur les boulimiques qui me rendent fébriles. Parce que je suis atteinte de ça, qu'à côté de ça je sais parfaitement manger etc. Mais dans l'imaginaire collectif je devrais être une personne qui mange que des raviolis en boite et du Mc Do avec du Coca toute la journée :cretin: (:hello:Coucou médecin traitant qui me demande pourquoi je fais pas d'efforts pour mincir).
     
    Vendémiaire, Candice452, PousseMoussue et 2 autres ont BigUpé ce message.
  9. Lumiciole

    Lumiciole
    Expand Collapse

    J'ignorais qu'on appelait ça de la psychophobie, je disais simplement validisme.

    Ce que je trouve frappant quand on est concerné (donc dans mon cas, principalement par l'autisme), c'est l'intolérance à la différence. Je n'ai été diagnostiquée que l'an dernier mais j'ai toujours subi des jugements idiots parce que je ne fais ou ne faisais pas "comme il fallait". Mais souvent c'est vraiment absurde, par exemple on m'a régulièrement reproché mes attitudes vis-à-vis de mes sensibilités sensorielles. On m'a dit que c'était malpoli de mettre mes mains sur mes oreilles, de reculer quand on essaie de me toucher, chaque année on m'a ennuyée parce que je n'arrivais pas à faire de bonnes photos d'identité (je ne supporte pas les flashs). Mais on ne m'a jamais demandé pourquoi je faisais tout ça. On ne m'a jamais dit "qu'est-ce qui te dérange ?" et encore moins "je vais essayer de ne plus faire ce son qui a l'air de te faire mal aux oreilles". Même aujourd'hui, quand je grimace de douleur à l'écoute d'un bruit, on me dit "ce n'était pas fort". Je suis quand même dans ma propre tête, je sais si le son m'est supportable ou non !

    Vraiment j'ai toujours eu cette sensation qu'on ne m'écoute pas. Que si mon ressenti n'est pas vécu par une autre personne, c'est qu'en fait je me trompe ou que j'exagère. C'est impressionnant comme les gens pensent en premier que je fais erreur ou que je mens et comme il est si rare qu'ils se disent "tiens, on ne ressent pas de la même façon ?"

    Et ça c'est vrai pour énormément de cas. J'aimerais beaucoup pouvoir agiter les mains et chantonner en public sans qu'on me juge. Je m'en empêche, je dois réfléchir à tout ce que je fais parce que si je laisse échapper une attitude naturelle qui n'est pas assez acceptable, on a tôt fait de me le faire remarquer. On me regarde d'un air "va te faire soigner", on pouffe de rire dans mon dos, on se montre plus explicite parfois, pourtant objectivement je ne dérange personne... Là je parle des inconnus mais ce n'est pas beaucoup mieux dans un cercle plus privé. On ne me laisse pas saluer comme je le voudrais, on ne veut pas comprendre que je ne peux pas survivre plus de vingt minutes à un repas bruyant et/ou comportant plus de six personnes... Je trouve dingue qu'on puisse me dire de "faire un effort" alors que les gens préfèrent que je souffre pendant deux heures à un repas de famille (et que je dorme des heures ensuite à cause de l'épuisement) plutôt que d'envisager mon absence ou que je ne reste qu'un moment. Et on trouve encore à me reprocher que je ne souris pas assez et que je participe trop peu...
     
    Stachä, petitegazelle, Vendémiaire et 31 autres ont BigUpé ce message.
  10. PousseMoussue

    PousseMoussue
    Expand Collapse
    Better to be a wolf of Odin than a lamb of God

    @Lumiciole... :hugs:
    Je vois ce que tu veux dire... je veux dire, pas vis à vis de l'autisme (je ne le vis pas), mais par exemple moi je fais de la phobie sociale (entre autre) depuis ma deuxième agression physique (bon avant j'étais déjà pas tranquille dans les endroits bondés, je suis hypervigilante quand je suis entourée de monde que je ne connais pas, et je ne supporte absolument plus le contact physique (en dehors de quelques amis de très longue date en qui j'ai confiance) mais disons que c'est de pire en pire depuis ça) et on s'est souvent foutu de ma gueule en mode "Oh ça va c'est pas la mort de marcher vingt minutes seule dans la rue !", ou alors quand quelqu'un me dit quelque chose d"un peu" violent, je peux pas m'empêcher de me sentir jugée/humiliée et ça me stresse à un point inimaginable (par exemple, y'a un pote à mon copain qui est super agressif et catégorique quand il débat, il fait tout pour invalider ce que tu dis, et à chaque fois qu'on faisait des soirées ensemble je redoutais de le voir comme pas possible parce qu'à chaque fois j'avais la sensation qu'il m'en mettait plein la gueule) alors que quand j'en parle aux gens ils sont en mode "Mais arrête de te prendre la tête pour que dalle, ielle t'a rien dit !" :sad:. Mais le pire, c'était quand j'ai eu ma plus grosse période de dépression (je suis tombée dans l'alcool et la drogue à ce moment là) je me suis faite traiter de faible, on m'a dit que j’exagérais, que je faisais pitié, que les gens qui voulaient réellement mourir en parlaient pas, que j'étais égoïste, on m'a dit de penser aux gens qui étaient vraiment malheureux (y'a une nana (blanchecishet) qui m'a pété un trip de white savior en mode "Tu devrais penser aux petits africains qui meurent de faim, eux ils ont des VRAIES raisons d'être malheureux et pourtant ils le sont pas, t'es vraiment pas correcte vis-à-vis d'eux, agnagnagna")... aujourd'hui je rit (à moitié) de toutes ces paroles, mais à l'époque je m'en était rendue malade à n'en plus finir...
     
    petitegazelle, Illyria, Growing Entish et 9 autres ont BigUpé ce message.
  11. Selinde

    Selinde
    Expand Collapse
    Supercalifragilisticexpialidocious

    Pendant que j'étais en HP ma tante m'a dit "Je ne viendrais pas te voir, ça craint.". Ca m'a marqué. Surtout que je l'aime bien ma tante. Dès qu'on parle d'HP les gens ont peur. Pourtant c'est pas parce que t'as fais un séjour en HP que t'es complètement cinglé. J'y suis allée parce que je fais une dépression, c'est tout.
     
    summer-winter, Stachä, Candice452 et 13 autres ont BigUpé ce message.
  12. PousseMoussue

    PousseMoussue
    Expand Collapse
    Better to be a wolf of Odin than a lamb of God

    @Selinde : Je trouve ça hyper dur comme paroles... je te fais un méga-câlin virtuel :hugs:
    Je pense que ça vient surtout du manque de sensibilisation et d'information à ce sujet, les personnes atteintes de troubles mentaux ne sont pas rares, loin de là, mais on en parle tellement peu (et les rares fois où c'est le cas c'est pour "expliquer" des trucs horribles comme des meurtres ou des viols par exemple, y'a qu'à regarder les infos ou même une série policière basique pour voir les malades mentaux diabolisés au possible) qu'en gros tout ce que les gens en savent, c'est des grosses conneries. Y'a énormément de monde qui pense que les personne bipolaires (par exemple) sont forcément dangereuses. Ou que les autistes sont idiots. Les anorexiques superficiel/les. Les dépressifs des flemmard/es. Et j'en passe et des meilleures...

    Les idées reçues sur les maladies mentales sont légions, et on en parle si peu qu'on a encore quelques crétin/es qui pensent que ça n'existe pas... c'est dire. Je pense que si on informait plus les gens à ce sujet il y aurait probablement moins de préjugés de ce genre... mais bon, d'ici à ce que la société admette qu'il y a un problème à ce niveau, je pense qu'il y a encore du bon chemin à faire...
     
    Candice452, Growing Entish, AngelTen Richard II et 2 autres ont BigUpé ce message.
Chargement...
Sujets similaires
  1. Mama Sara
    Réponses :
    41
    Affichages:
    7001
  2. DestyNova_
    Réponses :
    682
    Affichages:
    115235
  3. Hocolat
    Réponses :
    17
    Affichages:
    4933
  4. Néron
    Réponses :
    6153
    Affichages:
    784326
  5. Dyspnée
    Réponses :
    7535
    Affichages:
    958968