La famille, cet écosystème improbable

5 Septembre 2009
1 509
1 258
3 964
issy les moulineaux
chadik.canalblog.com
Je suis surprise de voir que je ne suis pas la seule à avoir des relations familiales toxiques…

Ma mère est née dans une famille de 6 personnes dans le Paris d’après-guerre où il n’y avait ni chauffage ni eau courante, ni nourriture pour tout le monde… ma grand-mère lui a toujours reproché de vivre, ses tentatives d’avortements maison ont raté, ma mère a osé naître, et rousse de surcroît… s’en est suivi des années d’anorexie infantile, de traumatismes d’enfance, additionnés à la pauvreté et à des drames (meurtre du frère, viol & avortement maison d’une des sœurs,…). Ma mère n’a jamais eu d’amour de sa mère et le suicide de cette dernière après une dispute n’a pas aidé… mais elle a épousé son ami d’enfance et a réalisé son rêve : avoir des enfants. Manque de bol, accouchement difficile médecin incompétent : enfant avec un grave handicap moteur et mental.

10 ans plus tard, les crises de ma mère (névroses infantiles + dépression + un traitement inapproprié ont causé des crises de paranoïa, des manies etc… et tout ça sans suivi psy…) avaient fait fuir leurs amis et familles. Elle a décidé d’avoir un autre enfant…moi !!!  devenu mère au foyer elle a rabaissé mon père au rang de porte monnaie, elle ne partageai plus rien avec lui si ce n’est son compte bancaire… sans aucun entourage, coupé du monde avec ses enfants, toutes ses névroses, phobies et superstitions se sont décuplées. J’étais étouffée je n’avais pas le droit de dormir dans mon propre lit, je n’ai eu le droit d’aller à l’école qu’en CP, ma mère était mon monde je ne connaissais qu’elle. Je n’ai pas pu me construire une personnalité normale, je n’étais en sécurité que si ma mère était là je n’ai pas pu découvrir le monde ni faire mes expériences…

A 5 ans je savais déjà que ma mère était fragile, je devais la protéger, la garder en vie et être une petite fille modèle. Elle faisait des crises de colères dès que quelque chose arrivait, que nous n'étions pas d'accord avec elle pour une broutille... Hurlements, chantage, destructions matériels, coups sur mon père… une goutte d’eau par terre pouvait la mettre dans une rage folle. Elle menaçait de se suicider : si j’étais vilaine ma mère se tuerait, si je me mettais en danger (=en allant à l’école ou me faisant des amis) je pouvais mourir, ma mère se tuerait et ça sera ma faute… je ne sais pas pourquoi je n’ai pas eu de trouble alimentaire alors qu’elle surveillait ma nourriture, interdisait quiconque de cuisiner et me traitait de grosse vache…j’avais l’impression de décevoir ma mère tout le temps, elle pensait trouver en moi un amour inconditionnel, le moyen de ne jamais être seul, j’étais sa maman et ensuite sa fille…  

Mon frère était très perturbé par les colères de ma mère, il hurlait était violent et se mutilait. Parfois ma mère s’amusait à déclencher ses crises de violence pour pouvoir en accuser mon père ou se faire plaindre…
Mon père est devenu le bouc émissaire, tout était de sa faute, chaque jour il était humilié, elle le punissait en le molestant ou en cassant les objets qu’il chérissait, tout en dilapidant l’argent qu’il gagnait en achats frivoles. Mon père n’a jamais répliqué a la place il a sombré dans l’alcoolisme et le tabagisme. Ma mère a monté ses enfants contre leur père, si nous faisions une bêtise c’était les gènes paternels qui étaient responsables, mon père était le mal incarné, il fallait le punir. Ainsi dès 3-4 ans, je n'adressais plus la parole à mon père, je prenais le parti de ma mère et insultait mon père pendant les crises maternelles.

De l’extérieur nous étions une famille parfaite, une mère courage & enfant handicapé, petite fille modèle, père qui gagnait bien sa vie. On nous enviait… s’ils savaient… Ma situation a empiré à l’adolescence, je n’ai pas eu la liberté de me développer, je devais rester la même, chaque écart à la petite fille modèle était puni (mes cheveux blonds ont osé devenir châtain, m’a mère s’en est moqué jusqu’à m’obliger à me teindre en blonde…) pas d'intimité ma chambre était mise à sac une fois par semaine et le moindre signe d’opinion personnelle était réprimé… je n’ai pas eu la liberté de réfléchir à mon orientation, le but était que j’aille près de la maison pour y revenir dès que je le pouvais : lycée de quartier pourri et fac de secteur.

En terminal, mon père est mort soudainement… trop d’alcool et de tabac pour un cœur brisé. J’espérais que lorsque je serai adulte je découvrirai enfin quel homme il était… il restera le grand inconnu de ma vie. Ma mère en a profité pour jouer la carte de la veuve éplorée, chacun devait la plaindre elle parlait de suicide à tout le monde ; mon deuil est passé après, je devais empêcher ma mère de mourir, encore…

J’ai passé ma 1ère année de fac chez moi à la tranquilliser, ce qui m’a valu 1 an de dépression, personne n'a rien remarqué. Manque de chance j’étais dans une fac de psycho et j’ai progressivement fait un travail sur moi et analysé mes symptômes et ma famille… j’ai compris que je n’avais pas une vie normale. J’ai tenté d’établir une relation d’adulte avec ma mère, ça n’a pas fonctionné elle me reprochait d’aller en cours au lieu de m’occuper d’elle, de prendre la pilule (je devais lui fournir un bébé avec qui elle pourrait jouer) elle faisait pression pour que j’abandonne mes études alors même qu’elle prélevait la moitié de ma bourse…Lorsque j’ai obtenu ma licence et été acceptée en master j’ai voué ma vie à mes études, lorsque j’étais chez moi je m’enfermais dans ma chambre et faisais la morte en espérant qu’on me laisse en paix, cachée et dans le silence, ce qui a déclenché en ma mère des crises de rage mémorables.
Mon frère basant ses opinions sur ma mère, ne percevant que de la colère envers moi, il a donc décrété que j’étais l’ennemi à abattre, je suis alors devenu mon père… le nouveau bouc émissaire, depuis je suis régulièrement privé de repas, je ne peux ni utiliser la cuisine, ni l’électroménager, on ne me souhaite pas mon anniversaire etc…

Cet été, j’ai appris que j’étais diplômée et major de promo, cela n’a suscité que du mépris… la semaine dernière ils ont essayé de défoncer ma porte pour mettre ma chambre a sac et récupérer mon ordinateur portable qu’ils m’avaient offert il y a des années, afin de me punir… j’ai été voir ma mère pour parler calmement, j’ai dit ce que j’avais sur le cœur depuis des années, tout en restant calme, sans l’accuser, en adoptant une neutralité de psy. Je savais qu'elle n'accepterait pas tout ce que je dirai mais j’avais un petit espoir que ça lui ferait comprendre des choses, prendre du recul et que nous pourrions avancer… Raté, déni total et depuis elle se sert de ce que j’ai confié pour me torturer moralement plus efficacement.

je ne sais pas combien de temps je tiendrais encore à vivre comme ça.. je n'ai plus aucun espoir que les choses s'améliorent...
 
28 Décembre 2012
9 284
120 239
4 854
J'ai vraiment du mal à supporter ma mère. :goth:
On vient (encore) de s'engueuler, mais cette fois je ne me suis pas soumise et j'ai gueulé. :supermad:

A chacune de nos conversations, soit 1 fois par mois ou 1 fois tous les deux mois, il faut qu'elle dise du mal de mon copain. Cette fois-ci je lui ai dit cash "Tu arrêtes ça. C'est pénible, à chaque conversation il faut que tu dises qu'il profite de moi, arrête, je n'en peux plus."
Ensuite elle me sort "Mais vous pensez quand même pas à faire un bébé ?" :bomb: ET BAH SI. "Ah, alors tu veux faire un ptit africain pauvre, un traine-savate qui trainera dans la poussière ?"

Là, je me suis énervée, violemment. Et elle "Oh, mais je comprends pas que tu sois si agressive, si tu étais vraiment au clair avec toi-même, tu ne serais pas si énervée ! :innocent:"   :slap:

Puis la rengaine habituelle, comme quoi je suis complètement "à l'ouest", que je vis "dans mon monde, qui n'est pas LE monde"... (LE monde s'arrêtant aux frontières de la France évidemment). :rolleyes:

Et bien sûr, toujours la culpabilisation : "Mais si je te dis ça c'est parce que je t'aime, je t'ai fait naître, tu es mon enfant..." ...

Ça me gave, car je ne sais pas comment déjà la "convaincre" que mon copain est avec moi parce qu'il m'aime et pour rien d'autre. Ensuite lui faire comprendre que la vie toute tracée qu'elle rêve pour moi n'est pas celle qui ME fait rêver. Que mes choix sont réfléchis, que je ne suis pas inconsciente...

Elle est hyper culpabilisante (et mon père et mon frère sont bien d'accord là-dessus eux aussi, ce n'est pas que moi qui pense ça). Et en même temps hyper égoïste. Genre je lui dis "Bon, j'ai bientôt 30 ans, c'est normal que je pense à faire un bébé non ?" et elle "Ah non, tu n'as pas bientôt 30 ans !" moi "euh bah j'ai 30 ans dans 3 ans donc si, c'est bientôt" et elle "Ah non dis pas ça, parce que ça veut dire que moi j'aurais bientôt tel âge dans 3 ans alors non". :rolleyes: Désolée que le temps passe hein... :eh: :non:

Le pire dans tout ça c'est que je sais qu'elle souffre réellement de mes choix, c'est tellement inconcevable pour elle ! Je sais qu'elle s'inquiète énormément (beaucoup trop), que vraiment elle ne me dit pas tout ça pour "me faire chier" mais parce que c'est un vrai problème pour elle. Mais qu'est-ce que je peux y faire ?! Je vais quand même pas tout quitter ici, rentrer en France pour chercher des mois et des mois un emploi qui me fera chier et trouver ma vie morne et sans intérêt, juste pour lui faire plaisir..?!!! :non:

Et parallèlement à tout ça, mon grand-père est au plus mal, encore hospitalisé, il dort tout le temps, ne mange plus, la fin est proche... Et quand ça arrivera, je rentrerai en France pour assister à l'enterrement etc., et ça me fait chier de penser que je vais devoir vivre chez elle et supporter encore et encore ses paroles acerbes, ses culpabilisations, ses "moi je sais, moi j'ai raison"... :tears:
 
19 Août 2014
9
4
64
Au niveau fratrie, j'ai eu quelque soucis avec ma grande sœur il y a quelque années (dû à un de ses copain non fréquentable). Mais je me suis toujours entendu a merveille avec mon petit frère. En même temps, n'ayant pas de père, il avait que moi pour jouer au foot avec lui ou aller se paumer dans les bois sans téléphone :lalala:
Puis ma mère m'a responsabilisé très jeune, comme ma sœur s'occupait que de son nombril, elle pouvait aller bosser que si je surveillais mon frère.
Comme au niveau financier (vi vi les soucis d'argent quand on est seule on en parle à la fille qui comprend le mieux). Ceci dit ça m'a beaucoup aidé dans ma courte vie (merci maman :supermad:)

En somme la famille c'est cool, mais pas toujours :P
 
14 Janvier 2011
2 249
7 184
5 194
Un astéroïde.
Cette année, je vais faire le truc un peu casse-gueule d'avoir un job + faire un M1 + avoir une vie de couple (parce que c'est vachement bien aussi :cretin:).

J'ai trop types de réaction quand je l'annonce.

- les enthousiastes. Ca me fait tout chaud au coeur. Ils savent que ça va pas être facile mais ils sont contents que ça puisse m'autonomiser et tout
- les sceptiques. C'est d'eux dont je viens me plaindre en déversant ma bile. :drama:  J'ai eu la réaction "ah bon ?" assortie d'un "mais attention, hein, j'ai une copine qui a fait ça ils imposent des résultats de fou. Je te dis ça pour pas trop te décourager si ça t'arrives" ... Non mais on ne parle pas de la même chose. :facepalm: Une fois que je lui ai expliqué, ça allait mieux. Et j'ai eu un "mais elle va gérer tout ça ?" de mon frère, ce glandeur intersidéral (parce que du coup, je suppose qu'on va voir qu'il n'en fout pas une.)
- les gens qui répondent pas au téléphone. :lol:


Et bon sang, ça me mine d'avoir deux rabats-joie comme ça dans mon entourage. La difficulté de mes études est toujours minimisée. Je demande pas à ce qu'on me lance des fleurs, mais ça me ferait plaisir de ne plus passer pour une gamine.
Mais je râle pour rien, c'est juste le relent de mauvaise humeur du moment.

(pas citer)
 
27 Août 2014
1 439
5 946
4 174
Je viens squatter un peu ici pour parler de ma mère, parce que fiou des fois tout ça pèse lourd sur mes petites épaules.

(ne pas citer :fleur:)


Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes